LE DEBAT IVOIRIEN

Parce que Nous avons tous le droit de reflechir

Côte d’Ivoire :”Bédié et Gbagbo l’avaient prédit, Soro a compris !”, CNP

gnamaLe candidat éligible à la présidentielle 2015, mais recalé pour sa défense des Autochtones, dans sa dernière adresse s’intéresse à l’attitude politique de la deuxième personnalité  politique  ivoirienne, Guillaume Soro pris dans une  fournaise d’attaques du parti au pouvoir. Et ce dans  un débat dit de succession  à l’actuel chef d’Etat Alassane Ouattara dont  l’annonce  à sa  propre succession s’active.

absence-prolongee-de-ouattara-soro-se-prepare-a-bouake   «Tirons des leçons du passé » ! Paroles prononcées par l’imam Traoré Mamadou, à l’occasion de la fête du massacre des moutons, dénommée la Tabaski, le lundi 12 septembre 2016, à la grande mosquée de la riviera Golf à Cocody. Au moment où, le front posé, je me demandais comment j’allais rentrer à la maison après la prière.

Comment expliquer aux chers miens que moi, si connu dans le quartier pour mes parades en matière de sacrifice de moutons-j’en tuais parfois jusqu’à vingt (20)- ne puisse pas offrir un seul mouton à ma famille depuis ce maudit lundi 11 avril 2011 où toutes les calamités semblent nous tomber sur la tête. Pourquoi ce maudit pont  de Dimbokro qui nous a donné un maudit avec ses histoires de « gnangami » ? Non seulement je n’aurai pas de mouton, mais mes millions ont été engloutis par ces soi-disant hommes intègres d’un pays voisin.

J’en étais là à maudire ciel et terre – qu’Allah me pardonne – en pleine mosquée quand j’ai entendu, « Tirons des leçons du passé » de l’imam Traoré Mamadou. Quel passé !?! Me suis-je demandé, tout retourné. L’homme religieux musulman regretterait-il déjà le passage des présidents Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo à la tête de la Côte d’Ivoire ? Surtout, le dernier qui a pu résister, au nom de son nationalisme, tiré de l’article 35 de la Constitution ivoirienne, au « gnangami » ambiant  pendant dix (10) ans ?

Lire aussi :  CIV-Dérive totalitaire : Le Président du CNP attaque la RTI1

gbagbo-bedie-allassaneAu demeurant, à qui le guide religieux musulman, Traoré Mamadou,  s’adressait-il au juste ? A Alassane Ouattara qui, obnubilé par sa succession, fait de la politique partout où il se trouve ? Même à la mosquée, la maison d’Allah ? De toutes les façons, le molosse ne change jamais sa manière de s’asseoir ! Il doit avoir des insomnies actuellement, « ADO solutions, à l’écouter :

« Que le référendum se passe dans la paix » ! A qui le dis-tu, maugréais-je ?  Comment veut-on vouloir diriger un pays en paix en parlant de « rattrapage » au profit  d’un groupe ethnique ? «Il s’agit d’un simple rattrapage. Sous Gbagbo, les communautés du Nord, soit 40% de la population, étaient exclues des postes de responsabilité », dixit Alassane Drame Ouattara, le mercredi 25 janvier 2012 à l’hebdomadaire français, ‘L’Express’.  Est-ce que les militants du Pdci-Rda, qu’il courtise tant, font partie des 40% de ses exclus ?

Une chose est sûre, les Ivoiriens courent après la paix car, son projet de changer la Constitution divise, même dans son propre camp. On n’écrit une nouvelle constitution, selon les exégètes du Droit comme Francis Vangah Wodié, que s’il y a crise, comme ce fut avec le regrettable inutile coup d’Etat du vendredi 24 décembre 1999.  Ce n’est point le cas aujourd’hui. Donc, les Ivoiriens sont fondés à soupçonner de préparer un sale coup contre leur pays.

gbagbo_bedie-9« Tirons des leçons du passé » de l’imam Traoré Mamadou s’adresserait-il à Soro Kigbafori Guillaume ? Lui qui est, aujourd’hui, traqué par la coterie d’Alassane Ouattara ? On le soupçonne d’un mauvais coup pour avoir parlé « d’ingratitude ». Les hommes, proches de lui, s’ils ne sont pas retournés à coups de milliards de francs Cfa, sont l’objet de mutations arbitraires pour briser le front militaire unitaire, nécessaire à tout combat de libération.

Lire aussi :  Côte d'Ivoire: Les jeunes filles encouragées par les USA à choisir les matières scientifiques

A ceux de ses adversaires, pourquoi pas ennemis, qui se barricadent derrière des barbouzes israéliens, Soro Kigbafori Guillaume prévient : « Il y a un temps pour observer, un temps pour agir ». Et, croyez-moi, Soro Kigbafori Guillaume agira pour avoir été trahi au plus haut point ! Et surtout, pour le bien de la Côte d’Ivoire !

Mais pour l’heure, « Tirons des leçons du passé » de l’iman Mamadou Traoré s’adresse, beaucoup plus, aux Ivoiriens « Et », en ces moments  où Alassane Ouattara veut faire un passage en force de son projet de modification de la Constitution pour mieux vendre la Côte d’Ivoire à l’étranger.

Les faits passés et présents l’attestent, fort éloquemment. Mamadi Diané, son conseiller spécial, qu’il fait semblent d’avoir viré pour être  trempé jusqu’au cou dans un sale coup au Gabon en faveur de Jean Ping contre Ali Bongo Ondimba à la présidentielle 2016, a trois nationalités : guinéenne d’origine, ivoirienne et américaine.

soroMamadi Diané est le poulain de Sidya Touré qu’on croyait Ivoirien parce que directeur de cabinet d’un premier ministre, nommé Alassane Drame Ouattara, dont la nationalité ivoirienne est contestée au pays d’Henri Konan Bédié. Sidya Touré a fui la Côte d’Ivoire pour être Premier ministre en Guinée-Conakry. De là à dire que celui qui ne recrute rien que des étrangers ne peut qu’être qu’un étranger, c’est un pas que beaucoup d’observateurs ont allègrement franchi.

Henri Konan Bédié et Laurent Koudou Gbagbo ont prédit la main basse de cette connexion étrangère sur la Côte d’Ivoire. Pour cela, ils ont été chassés du pouvoir par les armes. Soro Kigbafori Guillaume a compris qu’il a pris les armes, mais ce n’est pas pour vendre son pays, la Côte d’Ivoire, à l’étranger. Pour cela, on le traque, on veut le museler. On veut simplement le faire passer de vie à trépas !

Lire aussi :  Côte-d’Ivoire, ça chauffe au sommet de l’Etat ! «Est-ce le début de la fin ? », CNP

gnamaOui, ce que les présidents Henri Konan et Laurent Gbagbo avaient pressenti et prédit, Soro Kigbafori Guillaume l’a compris. Puissions-nous le comprendre, nous Ivoiriens,  en nous opposant, avec la dernière énergie, au coup d’Etat constitutionnel d’Alassane Drame Ouattara contre la Côte-d’Ivoire ? », interroge  Gnamantêh Nanankoua.

HM

© 2016, herve_makre. All rights reserved.

This site is protected by wp-copyrightpro.com