Le moindre que l’on puisse dire, c’est que la réunion s’est terminée en queue, dans la confusion totale et Bitty Souho Georges, traité de tous les noms et hué par les populations de Trochu et de Morokro, massivement présentes à cette rencontre.

Le dimanche 2 avril 2017, une rencontre très houleuse s’est déroulée à Morokro-village, dans le département de Tiassalé, entre, d’une part, les envoyés de la Palmafrique, conduits par Yapi Lambert, ex-maire de Tiassalé pendant 12 ans, facilitateur de la société pour le projet palmier dans la savane fictive de 507 ha et Angaman Habib, fils de monsieur Angaman Ettien Jean-Désiré, soutenus par Bitty Souho Georges.

Et d’autre part, en face, les populations de Morokro-village qui ont reçu le renfort d’une une forte délégation de planteurs venue du village de Trochu conduite par Nanan Kouamé Amani, chef du village appuyé des communautés entre autres : Agni, Baoulé, Gouro, Ehounikro, de la communauté Cedeao et des jeunes d’Akpénankro. Car, eux aussi concernés par le projet de la société Palmafrique qui va raser toutes leurs réalisations de mille ans d’efforts.

Nous avons reçu à notre niveau, le lundi 3 avril 2017, une note d’information aux autorités de Tiassalé dot la teneur  suit :

Les populations de Morokro et de Trochu, à Madame le sous-préfet De Morokro. Objet : Vous tenir informée d’une réunion avortée sur les 507 ha de Savane d’un seul tenant

Le vendredi 24 mars 2017, un communiqué diffusé par sms de monsieur Bitty Souho Georges, dont teneur: «Nanan Souho Bitty convoque tous les fils 2 Morokro à la rencontre, le
dimanche 2 avril pour démarrage des travaux du projet palmier dans la savane. Présence de la Palmafrique à Morokro suscite présence de tous pour large information
», parvient aux populations des villages de  Morokro et de Trochu.

Le dimanche 2 avril 2017 donc, se retrouvent face à face, d’un côté, monsieur Bitty Souho Georges et une délégation de Palmafrique, composée, essentiellement, de messieurs Yapi Lambert, Koua Komenan Bilé Germain et d’Angaman Habib, et de l’autre, les populations de Morokro et de Trochu, venues en grand nombre pour en savoir plus sur cette affaire d’occupation de 507 hectares de savane d’un seul tenant par la Palmafrique pour y cultiver du palmier en détruisant les plantations de cacao, d’hévéa, de palmier, de teck, etc. déjà existantes.

Commencée à 12h 04, la réunion s’est subitement arrêtée à 12h49 à cause de monsieur Bitty Souho Georges qui a inopinément quitté  les lieux sous les huées de la population pour se réfugier chez lui.

Pourquoi ce départ précipité de Bitty Souho Georges ?

En fait, abordant la question centrale et extrêmement délicate de l’occupation des terres des populations par la société Palmafrique, les planteurs de Morokro et de Trochu ont marqué leur refus catégorique. Quant à l’autre camp, il n’arrivait pas à accorder ses violons. Pendant que messieurs Koua Bilé Germain, Yapi Lambert et Angaman Habib parlent de trouver des terres pour le projet, Bitty Souho Georges parlait d’un projet scellé depuis trois (3) ans. Ses propos ont provoqué les huées des populations présentes

En définitive, la réunion a avorté. C’est ce que font savoir les populations de Morokro et de Trochu viennent.

Les populations de Trochu et de Morokro, au cours d’une séance d’information, tenue au domicile de Nanankoua Gnamantêh, le même dimanche 2 avril 2017, marquent leur indignation devant ce qu’elles qualifient de cruauté de messieurs Bitty Souho Georges, Yapi Lambert, Angaman Habib et autres. Elles réaffirment leur refus catégorique de céder leur seule source de subsistance,  à savoir, leurs plantations, au risque de leur vie.

Les populations de Morokro et de Trochu prient donc les autorités préfectorale, sous-préfectorale, judiciaire, militaire, de ne point associer leur image à une mascarade de cérémonie de «démarrage des travaux» dans la savane fictive de 507ha, déclarée par  monsieur Bitty Souho Georges.

Une correspondance  particulière de G. K.

© 2017, redaction. All rights reserved.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.