Dimanche 23 avril 2017. Les Français ont voté. Deux candidats sur onze se qualifient pour le 2è tour, le dimanche 7 mai 2017. A savoir, Marine Le Pen du Front national et Emmanuel Macron. Marine Le Pen, on la connaît. Un discours sans démagogie, franc, direct, engagé pour la France, une France libre.

C’est la préférence nationale. Marine Le Pen, c’est la patriote, nationaliste pure et dure surtout. C’est la France aux Français, d’abord pour une question de sécurité, entre autres.

Emmanuel Macron, d’où sort-il ? A l’entendre, on se pose une question : peut-on faire du neuf avec du vieux ? Tous les Français sont unanimes qu’Emmanuel est l’héritier de François Hollande. Le candidat du Parti socialiste, Benoît Hamon parle de traître !

Et que sert-il, le traître, au monde ? Un discours démagogique : « Je veux être le président des patriotes face à la menace des nationalistes » ! Alors, question : peut-on être patriote sans être nationaliste ?

A moins d’avoir l’esprit aussi borné qu’une route départementale, on se rend compte qu’Emmanuel Macron échouera comme son maître François Hollande.

Dès lors, les électeurs doivent porter leur choix sur Marine Le Pen pour être la présidente de la France, la Grande France que nous avons connue avec De Gaulle et des Français.

Après la Grande-Bretagne avec le Brexit. Après Donald Trump avec « USA great again ». La France, enfin, avec Marine Le Pen, nationaliste, sécurisée, ouverte au monde et libre ! Notre souhait. Ardemment ! ».

 

 

Gnamantêh Nanankoua: Président du Congrès national populaire (Cnp)

© 2017, redaction. All rights reserved.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.