Il est Expert en Sécurité Internationale, diplômé en  Coopération Civilo-militaires-CIMIC-Awareness, en résolution des Conflits, de Contrôle démocratique et Intervention Humanitaire, il est membre du counter-terrorism and Geopolitical Security. Egalement membre de la Security & counter-terrorism High powered Think tank, du Trac-Terrorism, Research & Analysis Consortium et membre du Group Conflict Transformation, Peacebuilding and Security; du Risk Manager; du Leadership & Organizational Development ; membre de l’International Mediators Community of Practice (IMPC), l’Ivoirien, Samba Koné, jette un regard sur l’environnement sécuritaire ivoirien et fait des propositions.

La Côte d’Ivoire retrouve une relative accalmie après la colère des soldats et ex-combattants, est-ce désormais la sérénité ?

Je voudrais d’abord féliciter l’élection de la côte d’Ivoire en qualité de membre non permanent au conseil de sécurité de l’ONU car ce choix pourra renforcer la réconciliation nationale et l’unité du pays.

Mais en ce qui concerne les événements de ces derniers temps, il faut dire que c’est très regrettable, non seulement pour l’image de la Côte d’Ivoire, mais aussi pour la stabilité économique et sécuritaire dans la sous-région ouest Africaine.

C’est pourquoi, je voudrais demander aux jeunes ivoiriens de mettre l’intérêt national en priorité avant tout. Je les invite à ne pas désespérer et de croire en l’avenir, de mettre en valeur leur esprit de créativité et de sens de responsabilité.

Par ailleurs, je suis très inquiet face aux détentions illégales d’armes de guerre en ce sens que celles-ci peuvent servir d’instruments d’actes d’agression ou de braquage aux bandits de grand chemin.

Et le pire est que la majeure de ces armes cachées se trouve dans le nord de la Côte d’Ivoire qui, on le sait tous, a beaucoup souffert d’une longue crise de plus de 10 ans.

C’est pourquoi, je voudrais profiter de l’occasion pour saluer la détermination du Chef d’État-Major qui est en ce moment même sur le terrain pour rétablir l’ordre et la discipline dans les casernes, ainsi que l’ensemble des forces de sécurité et de défense.

Après l’analyse, quelles  propositions l’Expert peut-il faire aux autorités ivoiriennes ?

Pour mes propositions, je crois qu’il serait envisageable que le Président de la République Alassane Ouattara tienne compte de ces crises pour redynamiser les structures et autres appareils de sécurité et de défense,

Notamment en matière  de renseignements, de l’encadrement des soldats, de la diffusion de l’information, des services liés à la formation et toutes les actions civilo-militaires, etc.

A cela, je propose que les campagnes de sensibilisations et de moralisations déjà entamées par le Chef d’État-Major, soient appuyées par un plan de renforcement de la doctrine militaire qui comprend les aspects liés à la neutralité et l’esprit citoyen d’un vrai soldat.

Je propose également que des mesures soient prises afin d’interdire le port de la tenue militaire hors des casernes. Je propose qu’il soit procéder à l’affectation de certains hauts responsables militaires qui ont une emprise directe et affective sur certains soldats à l’extérieur du pays.

Enfin, je propose que les soldats puissent être instruits sur leur rôle dans le processus de réconciliation et qu’ils puissent connaître les bases élémentaires des principes humanitaires dans un pays qui sort d’une crise.

Par Hervé Makré

© 2017, redaction. All rights reserved.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.