A la uneActualitéArt & CultureSociétéUrgences

Abidjan : DJ Arafat sacré meilleur artiste de coupé-décalé; «Applaudissez pour Serge Beynaud mon frère»

«Applaudissez pour Serge Beynaud mon frère, s’il vous plaît. Qu’il sache qu’il n’est pas mon ennemi. C’est le numéro deux du coupé-décalé», a lancé DJ Arafat à Beynaud, scellant ainsi la réconciliation entre les deux hommes.

La star de la  musique ivoirienne, DJ Arafat a été élu le 1er octobre 201 : «Meilleur artiste de l’année» pour la deuxième année consécutive, lors de la seconde édition des «Awards du coupé-décalé», devant ses rivaux et ses fans réuni dans un grand hôtel d’Abidjan.

DJ Arafat a aussi remporté le prix RFI du meilleur artiste à l’issue des dizaines de millions de votes, selon les organisateurs. «Je remercie tous mes concurrents de toujours me donner la force de toujours garder ce niveau», a-t-il déclaré. Debordo Leekunfa, actuel rival de DJ Arafat, a remporté, lui aussi pour la deuxième fois, le prix du meilleur concept avec son titre «Pikimin» et Serge Beynaud a été désigné meilleur artiste masculin.

Le public a désigné les vainqueurs par un vote par SMS (30%) ou internet (30%). Un jury de quatre membres a ensuite départagé les nommés. Le prix du meilleur artiste féminin est revenu à Vital qui s’est proclamée « la patronne du coupé-décalé ».

Genre musical, mais aussi attitude, le coupé-décalé, musique au rythme endiablée utilisant souvent des sons électroniques, est né en 2003 dans les boîtes de nuit ivoiriennes pour se disséminer ensuite dans toute l’Afrique. Il commence à conquérir l’Europe et les États-Unis, notamment grâce aux sportifs qui ont popularisé certains pas de danse.

Une des légendes qui entoure le genre veut que l’expression provienne des arnaques ivoiriennes : «On coupe (on arnaque), on décale (on s’enfuit ou disparaît)», explique le journaliste Usher Aliman, auteur de Douk Saga, l’histoire interdite du coupé-décalé. D’autres affirment que le nom est inspiré de la danse traditionnelle Akoupé.

Palmarès

Artiste de l’année : DJ Arafat

Meilleur artiste masculin de l’année : Serges Beynaud

Meilleure artiste féminin de l’année : Vital

Meilleure chanson de l’année : «Mon heure a sonné» Kerozen DJ

Prix révélation de l’année : Ariel Sheney

Prix artiste Next Generation : Ariel Sheney

Prix du meilleur concept : « Pikimin » Debordo Leekunfa

La plus belle voix : DJ Mix Premix

Prix du meilleur artiste étranger : « Pamela » DJ Petit Piment

Meilleur arrangeur : Champi Kilo

Meilleur clip : « Mal à la tête » DJ Mix Premier

Meilleur chorégraphe : Gadoukou la Star

Prix RFI : DJ Arafat

© 2017, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com