A la uneActualitéArt & CultureBilletEconomieEconomie & FinancesFoot ballLes Debats de MakréSociétéSportsUrgences

 Le footballeur le plus riche de la planète ? Non pas Messie ou R7, mais, c’est lui…

 

Il s’appelle Mathieu Flamini

Le footballeur le plus fortuné du monde, Mathieu Flamini, ne s’est pas enrichi grâce au ballon rond, mais grâce à la chimie verte.

Oubliez Lionel Messi, Cristiano Ronaldo, David Beckham ou encore Neymar. Le footballeur le plus riche du monde n’est pas celui que vous croyez. Et pour cause : il n’a pas fait fortune dans le football, mais dans la chimie verte. Il s’agit d’un provençal de 34 ans, Mathieu Flamini, formé à l’Olympique de Marseille, passé par Arsenal et l’AC Milan, et jouant actuellement au modeste club madrilène Getafe au poste de milieu de terrain, rapporte Le Parisien.

En 2008, alors qu’il travaillait à l’AC Milan, Mathieu Flamini s’est associé avec un entrepreneur italien, Pasquale Granata, pour créer la start-up de biochimie GF Biochemicals (“GF” pour Green Future et Granata-Flamini), qui développe un substitut bio au pétrole : l’acide lévulinique. C’est même l’une des douze molécules qui pourraient contribuer à sauver la planète, selon le département américain de l’énergie. “Cet acide, c’est une façon bio de remplacer le pétrole à partir de la biomasse (matières organiques, tels que les déchets végétaux de bois ou les résidus de maïs, pouvant se transformer en énergie, NDLR) pour créer des plastiques, des solvants, des détergents, de la peinture et même, pourquoi pas, du fioul”, indiquait en 2016 Mathieu Flamini dans les colonnes des Echos.

Avec Pasquale, on avait envie de trouver une idée de business qui pourrait avoir un impact sur l’environnement. On a rencontré un scientifique italien qui nous a parlé de cet acide aux propriétés étonnantes. La grande difficulté n’est cependant pas d’utiliser cet acide, mais d’être capable de le produire à l’échelle industrielle”, expliquait le joueur de football au quotidien économique. C’est ainsi qu’est venue l’idée de créer GF Biochemicals, qui serait actuellement valorisée 30 milliards d’euros, après seulement dix ans d’existence, selon des experts cités par El Pais. La fortune de Mathieu Flamini serait ainsi évaluée à près de 15 milliards d’euros – soit 25 fois celle de David Beckham, le footballeur qui s’est le plus enrichi au cours de sa carrière de joueur, selon le classement Forbes.

GF Biochemicals, actuellement basé aux Pays-Bas, produit en Italie et s’est agrandi aux Etats-Unis. Il a notamment racheté l’américain Segetis en 2016. Le groupe, qui suscite de plus en plus l’intérêt, est positionné sur un marché estimé à plusieurs dizaines de milliards d’euros et porté par le durcissement de la réglementation liée aux problématiques environnementales. Sans compter les évolutions erratiques des prix du pétrole…

Reste une ombre au tableau. Pour financer son entreprise de biochimie, le footballeur français, épinglé lors des révélations des “paradise papers” (l’enquête menée par des journalistes d’investigation sur les mécanismes d’optimisation fiscale), aurait reçu l’appui de sociétés offshore proches de l’oligarque russe Alicher Ousmanov (l’un des principaux actionnaires de son ancien club Arsenal), a rapporté le Monde.

L’analyse des données du registre du commerce maltais, révélées par l’enquête du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), dont Le Monde est partenaire, “permet de mettre en lumière l’existence de plusieurs structures-écrans dont le Français est, ou a été, actionnaire, au côté de sociétés domiciliées aux îles Vierges britanniques, paradis fiscal notoire. Des montages financiers que le footballeur n’avait jusqu’ici jamais publiquement évoqués”, soulignait en novembre dernier le quotidien.

Afp

© 2018, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com