A la uneActivité gouvernementaleActualitéArt & CultureCategory 1Category 2Category 3Côte d'IvoireEditorialeElection 2015Petites AnnoncesPolitiquePolitiquesSociétéUrgences

Côte d’Ivoire: Akossi Bendjo un révolté de la SIR renifle-t-il l’air de  la liberté ? Si la petite guerre Bédié-Ouattara peu…

AKOSSI BENDJO LEDEBATIIVOIRIEN.NET

Par HM

Désormais il en sera ainsi ! Par personne bien choisie, le Sphinx devenu Bouddha parlera en terre ivoirienne. Pour le bonheur de tous et pour la joie de chacun. Tout ne sera  plus pareil dans la cité en révolte. Piques contre piques et  piques  pour piques, les deux hommes forts du RHDP se parleront bien évidemment avec des lieutenants  bien présents.

  Ainsi, l’un tenant l’autre mettra la pression et l’autre tenant l’un fera de la menace son arme parfaite puisque, la peur  de  ne plus être très présent sur la scène politique  le hante si fortement. C’est que, depuis le weekend, une brise légère souffle sur Abidjan allant jusque dans les hameaux du  pays  profond avec  un doux chant de  liberté de  parler. Du fond des maisons, les familles paisibles  jusque-là, elles l’ont ressentie venant de la baie de Loccodjro du moins d’Abobodoumé, côté base navale de l’armée ivoirienne  avec ses vestiges.

Il y eu un homme appelé Bendjo. L’on dit dans son entourage qu’il n’aurait plus rien à perdre dans cette lutte  de  positionnement  interne au RDR-PDCI. Il peut se rebeller sans  plus rien à craindre, puisqu’il n’a plus rien à craindre et à préserver. Si ce n’est  son honneur qu’il peut perdre à tout moment  et à tout instant dans  un environnement RHDP, mouvant et incertain, lorsque la tentation de s’affranchir, juste  un peu pour tenter de se retrouver sur  l’autre rive!

Le décore était beau et l’ambiance aux couleurs du grand PDCI  pour ne pas y percevoir  la présence de Konan Bédié en petite guerre avec le mentor du RDR, président de  la république.

Lire aussi :  Réconciliation à Dalilié (Gagnoa)-Les populations à Guikahué: «Nous avions voulu vous inviter…, mais les circonstances du moment nous ont obligés à ne pas vous associer»

Ce samedi 21 avril 2018 là, à Abobodoumé, à Abidjan,  le village natal du maire du Plateau l’ex-PCA de la Société ivoirienne de raffinage, ils étaient bien réunis : les communautés atchan, avec le très remarqué de Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif du PDCI menant un combat face  plusieurs forces  internes et externes au sein de son parti.

Mais  il y avait aussi Félicien Sékongo, l’autre Soro Guillaume, et Jean Félicien Gbamnan Djidan, ex-maire de Yopougon venant du Front Populaire Ivoirien d’alors. A côté d’eux une forte communauté des notabilités: agni, baoulé et gouro. Est-ce la figure d’une COALITION en gestation de ce qui viendra en 2020 ?

Il fallait un homme à Bédié pour parler au nom du PDCI sur les questions qui fâchent Alassane Ouattara. C’est que jamais, au RHDP-RDR, la réconciliation est du menu fretin ! Ni même savoir qu’il y a des exilés en Côte d’Ivoire encore moins des  prisonniers dans les geôles ivoiriennes. Car l’effet de la victoire sur un adversaire y est encore trop fort ! Et même, trop pesant.

Si la petite guerre interne Bédié-Ouattara peu…

Lorsque  le vent frais  de se sentir enfin soi souffle dans l’esprit, l’on peut souvent  être emporté  par  une  forte  émotion face  à  une  situation  inattendue. Puis, être rattrapé  par le réel. Un appel tardif du PDCI, certes mais il pourrait s’annoncer comme un signe d’un nouvel environnement inchangé.

Mais qu’a dit  au juste ce cadre du parti de Bédié, l’allié représentant le Julius Kambarage Nyerere dans  l’esprit de M.   Ouattara ? Suivons-le ! «Je me sens prêt à poursuivre, avec tous mes frères cadres et élus, la mission que vous nous avez confiée, afin de contribuer d’avantage au bonheur du peuple de Côte d’Ivoire  dont les attentes sont si grandes. Continuez de prier afin de nous aider à promouvoir un esprit nouveau au sein de la classe politique », ça, c’est une  nouvelle façon de  parler au PDCI.

«Car les populations, les citoyens ont soif de vivre des valeurs qui les rassemblent, des valeurs qui ne les éloignent pas, les uns des autres, mais qui, bien au contraire, resserrent le tissu social et donnent un sens à leur vie quotidienne souvent difficile. Les populations aspirent à l’espoir d’une vie meilleure pour elles-mêmes et leur descendance ».

Un nouvel esprit est-il né au PDCI ?.

«La Constitution ne fait pas de nous, hommes politiques, des hommes qui rivalisent pour le pouvoir, mais des hommes qui s’associent pour le progrès», disait John Kennedy. Nous devons à tous les niveaux intégrer au plus profond de nous, le besoin et le désir du peuple ivoirien de vivre une véritable réconciliation qui ouvre enfin la porte de cette paix durable si indispensable à la poursuite de la construction de notre pays ». Dur  à écouter du côté du RDR ?

Lire aussi :  Côte d'Ivoire: la découverte du Bibliobus de Children Of Africa par les élèves de l’EPP Didier Drogba d'Anyama

«Pour se réconcilier, on n’apporte pas un couteau qui tranche, mais une aiguille qui coud, dit un proverbe africain. Une aiguille qui permet de réparer toutes les déchirures. Peuple Atchan, nos traditions nous prédisposent à ce rôle «d’aiguille».

Et, en matière de réconciliation, nous les Africains avons un modèle que nous devons copier. Il s’appelle  Nelson Mandela. C’est cet homme qui, après vingt-sept ans de vie en prison, a tendu la main à ses geôliers pour bâtir la Nation «Arc en ciel» d’Afrique du Sud, symbole d’humilité, de pardon et de réconciliation.

Mandela doit être pour nous tous ivoiriens une source d’inspiration. La Place de la Réconciliation Nelson Mandela que nous allons bientôt inaugurer au Plateau est l’expression de notre volonté d’apporter notre modeste contribution au processus de réconciliation dans notre pays ». ‘‘L’Appel de Yopougon’’ !

« Je voudrais nourrir l’espoir, que cette réconciliation aboutisse au retour d’exil, et à la sortie de prison de tous nos frères afin d’apprendre à nouveau à vivre ensemble de partage et de solidarité. Le désespoir n’est pas Ivoirien, dans le dialogue, nous parviendrons à nous surpasser pour nous entendre car, comme disait le père de la nation, « Le dialogue est l’arme des forts».

Ben, Bendjo AKossi a  parlé, Ouattara l’a-t-il écouté ? Max avouons-le tout net, quelque chose change au PDCI…Soro Guillaume va avoir  un allié! Sawegnon aussi?

Par HERVE MAKRE

© 2018, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com