A la uneActivité gouvernementaleActualitéChroniqueElection 2015PolitiqueUrgences

APRES SA REELECTION-1ER PREMIER VOYAGE A L’ETRANGER DE XI JINPING : COOPÉRATION ET GOUVERNANCE GLOBALE AU MENU

   UN NOUVEAU ELAN POUR LES RELATIONS SINO-AFRICAINES 

    Le président chinois Xi Jinping va occuper une grande place diplomatique du 19 au 28 juillet à l’occasion d’une tournée qui va l’emmener aux Emirats arabes unis (EAU), au Sénégal, au Rwanda et en Afrique du Sud, hôte du 10e sommet des BRICS à Johannesburg, ainsi qu’une escale prévue à Maurice.    Ce voyage, son premier après avoir été réélu président en mars, vise à promouvoir des efforts concertés pour renforcer le développement commun et améliorer la gouvernance mondiale dans une conjoncture internationale marquée par des changements profonds. 

 COOPÉRATION DANS LE CADRE DE “LA CEINTURE ET LA ROUTE” 
La visite d’Etat de M. Xi aux EAU est la première d’un chef d’Etat chinois depuis 29 ans. Il doit rencontrer Mohamed ben Rachid al-Maktoum, vice-président et Premier ministre des EAU, ainsi que Mohamed ben Zayed al-Nahyan, prince héritier d’Abou Dabi. Les EAU sont le premier pays du Golfe à avoir établi un partenariat stratégique avec la Chine. Ces dernières années, les coopérations bilatérales ont connu un développement global, axé sur les résultats, efficace et rapide sous la direction des deux chefs d’Etat.   La Chine est le plus grand partenaire commercial des EAU depuis des années, tandis que les Emirats sont devenus pour la Chine le second plus grand partenaire commercial et la première destination des exportations dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord.

Le partenariat stratégique Chine-EAU ne couvre pas un ou deux domaines, mais des domaines variés, souligne l’ambassadeur émirati en Chine, Ali al-Dhaheri.    Pendant cette visite, les deux pays devraient nouer une série de coopérations fructueuses que ce soit dans le cadre de l’initiative “la Ceinture et la Route”, les capacités de production, l’énergie, l’agriculture et la finance, ainsi que promouvoir davantage leur partenariat stratégique.
Les EAU ont été l’un des premiers pays à soutenir l’initiative “la Ceinture et la Route”, étant par ailleurs membre fondateur de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (BAII).    La Chine et les EAU ont coopéré de façon étendue, profonde et substantielle dans le cadre de l’initiative “la Ceinture et la Route”, qui joue un rôle majeur dans les coopérations entre la Chine et les autres pays arabes, juge Wu Sike, ancien émissaire spécial chinois pour le Moyen-Orient.

Lire aussi :  ABIDJAN-MICROFNANCE: POURQUOI LES COOPEC COCODY ET  GUIBEROUA EXCLUS DU RÉSEAU  PAR L’UNACOOPEC-CI

   UN NOUVEAU ELAN POUR LES RELATIONS SINO-AFRICAINES 

“Le développement des relations sino-africaines doit toujours se conjuguer au présent et jamais au passé”, avait déclaré M. Xi en 2013 lors d’un petit-déjeuner de travail avec des dirigeants africains à Durban, en Afrique du Sud.
Cinq ans plus tard, il se rendra une fois de plus en Afrique, qui abrite le plus grand nombre de pays en voie de développement que tout autre continent, y entamant sa quatrième visite depuis son entrée en fonctions comme président chinois en 2013.     Son déplacement au Sénégal sera le premier d’un chef d’Etat chinois en neuf ans et son premier dans un pays d’Afrique de l’Ouest. Xi Jinping s’entretiendra avec son homologue sénégalais Macky Sall et assistera à la signature d’une série de documents de coopération.

Les relations entre Beijing et Dakar ont connu un développement solide et stable depuis le rétablissement de leurs relations diplomatiques en 2005. En 2016, MM. Xi et Sall ont convenu d’élever les relations bilatérales au niveau de partenariat stratégique global lors du sommet du G20 à Hangzhou (est de la Chine).     La Chine est aujourd’hui le deuxième partenaire commercial du Sénégal et sa plus grande source d’investissements.  Au Rwanda ensuite, M. Xi sera le premier chef d’Etat chinois à effectuer une visite dans ce pays d’Afrique de l’Est. Il s’entretiendra avec son homologue rwandais Paul Kagame et les deux dirigeants assisteront à la signature de plusieurs documents de coopération, élevant la coopération bilatérale à un niveau supérieur.

La Chine, le plus grand partenaire commercial du Rwanda, a aidé et soutenu le pays dans son processus de reconstruction et d’industrialisation. “Les Chinois apportent ce dont l’Afrique a besoin”, a noté M. Kagame.
Cette visite intensifiera la coopération sino-rwandaise et sino-africaine dans toute une série de domaines, à savoir la politique, l’économie et le développement social, pense Herman Musahara, professeur à l’Ecole d’économie de l’Université du Rwanda, exprimant l’espoir que ce voyage favorisera également l’arrivée d’investissements chinois en Afrique.     Enfin, le déplacement de Xi Jinping en Afrique du Sud constituera sa troisième visite d’Etat dans ce pays africain. Avec son homologue sud-africain Cyril Ramaphosa, il participera aux célébrations du 20e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays.

Lire aussi :  Trahi par Bédié : Affi N'Guessan va créer une plateforme de l'opposition

Au cours des vingt dernières années, Beijing et Pretoria sont passés d’un simple partenariat à un partenariat stratégique global. La Chine est aujourd’hui le plus grand partenaire commercial de l’Afrique du Sud et cette dernière est le plus grand partenaire commercial de la Chine sur le continent africain.  A Maurice, le président chinois et le Premier ministre mauricien Pravind Kumar Jugnauth devraient discuter de relations bilatérales et de coopération, mais aussi de questions internationales et régionales d’intérêt commun.  La Chine est le premier partenaire commercial de Maurice, qui est le premier pays africain à avoir entamé des négociations de libre-échange avec la Chine. Au cours de ces cinq dernières années, la Chine et les pays africains ont approfondi leur confiance politique mutuelle, leur assistance mutuelle dans le développement et se sont inspirés des visions et des efforts concertés dans la mise en oeuvre de l’initiative “la Ceinture et la Route” et d’une communauté de destin sino-africaine.
Cette année est une année florissante pour la coopération sino-africaine. En plus de cette tournée du président chinois dans quatre pays africains, Beijing devrait accueillir en septembre prochain le sommet du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA).

   NOUVEL HORIZON POUR LA GOUVERNANCE MONDIALE 

 Du 25 au 27 juillet, M. Xi se joindra à d’autres dirigeants des BRICS pour le 10e sommet du bloc à Johannesburg. Ce sera la sixième fois consécutive que le président chinois assistera à de telles réunions.    La coopération entre les BRICS est née parallèlement à l’émergence de nouvelles forces mondiales et entre maintenant dans sa deuxième “décennie d’or”.    Sur le plan international, l’économie mondiale connaît d’une part une reprise soutenue, tandis que la quatrième révolution industrielle bat son plein, alors que d’autre part, la gouvernance mondiale est confrontée à des défis croissants, un unilatéralisme et un protectionnisme en hausse.    Dans ce contexte, la façon dont les BRICS assumeront leurs responsabilités et le rôle qu’ils joueront attire l’attention du monde entier.

Lire aussi :  Abidjan : La MATCA célèbre les 12, 13 et 14 Novembre 2019 ses 30 années d'existence

“La montée du protectionnisme économique a infligé un sévère coup au commerce international et à la reprise économique mondiale. Les partenaires des BRICS et la communauté internationale sont tous très attentifs à la proposition chinoise de préserver une économie mondiale ouverte”, note Mauricio Santoro, professeur de relations internationales à l’Université de l’Etat de Rio de Janeiro.    Le président chinois assistera au Forum commercial des BRICS, aux réunions des dirigeants du bloc, ainsi qu’à une réunion informelle pour célébrer le 10e anniversaire du premier sommet des BRICS. Il aura également des réunions bilatérales avec les dirigeants des pays concernés.
Lors de ces activités, le chef de l’Etat chinois devrait faire des propositions sur la façon d’approfondir la coopération au sein des BRICS et de bâtir une communauté de destin pour l’humanité.

LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE FAIT L’ÉLOGE DE LA CONTRIBUTION DE LA CHINE LEDEBATIVOIRIEN.NET Dans la lancée de la dynamique de coopération du sommet de Xiamen (sud de la Chine) de l’an dernier, le sommet de Johannesburg, intitulé “BRICS en Afrique : collaboration pour une croissance inclusive et une prospérité partagée dans la 4e révolution industrielle”, adoptera le modèle de Xiamen en invitant davantage de pays en développement à y participer et organisera des discussions entre les dirigeants des pays des BRICS et des pays africains, ainsi qu’un dialogue des dirigeants du “BRICS Plus”.    “Le mécanisme de coopération des BRICS est une plateforme importante pour la coopération Sud-Sud, qui aidera les pays en développement à faire entendre leur voix et à préserver l’ordre international fondé sur le multilatéralisme”, estime Chen Fengying, chercheur à l’Institut chinois des relations internationales contemporaines. “La consolidation de la coopération entre les BRICS, ainsi que la coopération Sud-Sud seront la plus grande contribution à l’amélioration de la gouvernance mondiale”, selon M. Chen.

BEIJING, Xinhua

© 2018, herve_makre. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com