PEI EDOUARDEDMOND N'GOUAN UN PLAN POUR AZAGUIE LEDEBATIVOIRIEN.NET

EXCLUSIF-EDMOND N’GOUAN, (PEI):  «POUR L’AFRIQUE, IL FAUT UNE GOUVERNANCE ÉCOLOGIQUE, EN COTE D’IVOIRE, LE PEUPLE DOIT OSER ET PRENDRE UN NOUVEAU VIRAGE LOIN DES VIELLES FAMILLES POLITIQUE»

Par HM

«JE VAIS CHANGER A AZAGUIE, JE GAGNE ET OBSERVEZ   DANS 5 ANS, JE VAIS LA BÂTIR »,EDMOND N’GOUAN, (PEI)

La Côte d’Ivoire actuelle présente  l’image d’un malade au diagnostic incertain eu égard  à la danse de  la classe  politique dominée par les libéraux, néolibéraux et des socialistes en chute libre. C’est dans  cette ambiance que les  écologistes  ivoiriens lèvent de  plus en  plus la voix. Edouard-Edmond  N’gouan, président du Parti Ecologique Ivoirien  (PEI) pense qu’il faut  un nouvel ordre. Mais dont  le ressort déclencheur reste le peuple ivoirien lui-même qui refuse de s’émanciper de la politique ethnico-clanique dans laquelle, l’actuelle classe  politique l’a enfermé. «Il faut un nouveau virage», clame l’Ecologiste. Mais il a aussi une  petite  idée et là,  très  claire de ce qu’il compte faire de sa cité  natale Azaguié…suivez-le avec  ledebativoirien.net.

CELA FAIT DÉJÀ PLUSIEURS ANNÉES QUE VOTRE FORMATION POLITIQUE MONSIEUR LE PRÉSIDENT DU PARTI ÉCOLOGIQUE IVOIRIEN EST PRÉSENTE SUR L’ÉCHIQUIER POLITIQUE IVOIRIEN, ALORS QUEL EST SA POSITION AUJOURD’HUI ?

Nôtre position aujourd’hui n’a pas varié de celle d’hier ou d’avant, concernant ses ambitions et surtout son idéologie. Voir la conduite de ses actions dans le respect de cette idéologie politique. N’oublions pas que nous sommes des écologistes politiques. Vous souhaitez connaitre notre position par rapport aux politiques présents et à leurs actions ? Mais, toujours critique. Critique de voir comment le système est porté vers une fraternisation, dans une gestion dépassée, rudimentaire approprié par des politiques anciens. Aussi critique envers la population qui ne cesse de se plaindre du système mais qui par défaitisme, suit ces politiques enfermés dans des options tribales. Critique envers cette population qui veut mieux, mais qui ne sait pas fermer les yeux pour une décision radicale, pour un virage à cent pour cent. Donc plus que critique envers nous peuples, parce que j’en fais partie, d’être notre propre fossoyeur. Notre position aujourd’hui est de conserver notre neutralité, dans l’intérêt même de ce bon peuple.

  PENSEZ-VOUS QUE LES VERTS PEUVENT APPORTEZ UN CHANGEMENT EN AFRIQUE ET PRÉCISÉMENT EN COTE D‘IVOIRE OU LE SOCIALISME ET LE LIBÉRALISME SONT DURABLEMENT IMPLANTES ?

Rien n’est durablement implanté. Houphouët-Boigny a été mortel et après lui, il y a eu des successeurs. Eux-mêmes transplantés les uns les autres. Dans des vanités présentes, nous pensons que cela restera éternité, sans regarder tous les bouleversements au jour les jours autour de nous et à l’intérieur. Nous écologistes disons que tout évolue, la mentalité du peuple lui-même. Même si la formation dans le pays s’anéantie, il y a l’autre côté de la culture par la mondialisation et ses effets qui cultivent plus nos peuples. Il est vrai que nous souffrons dans le présent, ce qui accentue les prises de consciences internes par des révoltes internes. Qui aurait pensé l’anéantissement des vieux partis en France et leurs notables avec, puis voir venir l’apparition de nouvelles forces vives, incarnées par la mise en place d’un non connu. Le Président Macron. Un vent brutal s’est levé et a créé le changement. Ce qui est bon est souvent repris par les peuples dans l’aigreur. Ce vent de soulèvement est là, dans le silence, dans les consciences en silence éveillées chez nous. Donc il y aura forcément des changements.

Pour l’Afrique, oui, il nous faut des programmes d’écologie politique. Déjà, il n’y aura plus de groupe tribal dans la Nation, ce sera un peuple Nation. Une gouvernance écologique apporte la cohésion sociale, elle impose et fait appliquer et respecter les lois. Elle n’expatrie pas ses enfants, elle règle ses problèmes à la maison. Elle est plus soucieuse du bien-être et de l’essor de la population. Elle pense à une gouvernance écologique d’abord pour les plus démunis, savoir si les indices de développement et l’économie les ont atteints. C’est leurs indices de développement. Cela, concernant tous les grands projets de développement tant généraux que communaux. Et puis, qui mieux que les écologistes savent appliquer le développement durable, dans ses bâtis et décisions.

Regardez ce que font les Maires notables dans toutes nos communes. Les anciens comme les nouveaux. Des œuvres simples que la population applaudit et qui font long feu. Tous sont dans la flatterie, la méconnaissance et le précaire. Tous sortent des titres de ministres, de députés et quoi encore… A l’image des biens de tous qui leurs ont été confiés et dont rien n’est sorti. Un écologiste pense durable. Maintenant revenons à nos forêts, parcs et forêts classées, la protection de nos espèces animales, les lois rigides qui maintiendront leurs effectivités ne peuvent encore provenir que des écologistes. A cela, il faut ajouter l’environnement et l’urbanisme urbain. Partout où il y a un décideur écologiste, c’est le parti le plus grand et le plus uni, les écologistes mondiaux qui l’assiste, notamment dans les voies de la diplomatie et de la paix.

LORS DES DERNIÈRES PRÉSIDENTIELLES, L’ON A SENTI UN FRÉMISSEMENT DU COTE DES VERTS IVOIRIEN ET, PLUS RIEN ! QU’EST-CE QUI EXPLIQUE SOUVENT CE QUI EST PERÇU COMME UN VOLTE FACE DES VERTS LORSQU’IL S’AGIT D’OSER EN COTE D’IVOIRE ?

C’est vrai. Si les politiques le savent tous, le grand peuple ne voyait pas nos actions régulières et avec du rudimentaire. Je dirais alors que dans la stratégie de communication, il fallait continuer à exister, continuer, toujours continuer, sauf que nous n’étions pas prêts pour véritablement affronter le peuple. Un écologiste politique ne vient pas pour des titres, pour s’assoir sur une commune après des échecs ailleurs ou dire gérer les affaires d’une Nation sans avoir construit autour, ce qui permettrait la réussite de ses programmes. Il ne s’agit pas dire vouloir un parti. Il faut même si on la communique, construire ses bases, lui créer des relations internationales, l’insérer dans des réseaux de développement. Quand tout cela est prêt, on peut s’affirmer. Maintenant, nous sommes prêts pour donner l’exemple de développement, puis représentés par la jeunesse, voir se rependre.

 L’ACTUALITE RECENTE VEUT QUE VOUS PARLEZ UN PEU DU NOUVEAU GOUVERNEMENT IVOIRIEN JUGE PLETHORIQUE ET LA CREATION D’UN NOUVEAU PARTI, LE RHDP AVEC UN PDCI DIVISE, QUELLE EST VOTRE ANALYSE DE CES ACTUALITES ?

C’est vrai, il y a trop de monde dans ce gouvernement. Que peut faire ce si grand nombre si ce n’est à des fins plus d’alliances électorales futures. Actes de développement, dans la prudence et pour sa récente, je dirais observons. Bien que je ne pense que rien d’eux individuellement ne sortira pour nous. Ce sont les mêmes qui iront dans les campagnes vouloir avec de vieux titres et du rien derrière, les représenter. Le mal, est que le peuple acclame «l’ancien tant…» Puis derrière après, toujours, toujours, toujours rien ! Mon cher, concernant leur palabre, union, désunions, nous on regarde cela d’un air amusé. Ce qui compte pour nous est de faire comprendre au peuple, qu’il faut oser, totalement changer, prendre un nouveau virage loin de ces familles qui sont plutôt un frein pour nous.

VOILA QUE SE PROFILENT DE NOUVELLES ELECTIONS, NOTAMMENT LES MUNICIPALES PLUS TARD LES REGIONALES. VOUS AVEZ ETE ANNONCE CANDIDAT DANS UNE LOCALITE IVOIRIENNE, PRECISEMENT A AZAGUIE, FARCE OU REALITE, MONSIEUR LE PRESIDENT ?

Réalité. Pourquoi ce serait une farce ? Vous avez la confirmation.

POURQUOI AVOIR CHOISI AZAGUIE ET PAS YOPOUGON OU UNE AUTRE VILLE ?

Il faut bien débuter quelque part. Assoir ses capacités quelque part pour en faire profiter la généralité. Azaguié, parce que c’est la ville où j’ai été conçu, ma ville natale et celle de mes parents maternels. C’est là où j’ai passé toute mon enfance et mes vacances. C’est de là que j’ai fait ma valise pour l’Europe. Ce que j’ai appris ailleurs, je veux commencer par l’appliquer dans la ville où je vais m’installer, finir mes jours, en donnant à partir de cette localité qui est toute vierge, un exemple de développement en Côte d’Ivoire. Azaguié est mon tremplin.

AZAGUIE A VU LE PASSAGE DE MAMADOU KOULIBALY EN TANT QUE DÉPUTÉ ET PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE SOUS LE RÉGIME DES REFONDATEURS, VOUS QU’ALLEZ-VOUS CHANGER DANS CETTE LOCALITÉ ?

Azaguié comme beaucoup de villes dans le pays a eu un illustre homme en la personne de l’Ex-Président de l’Assemblée Nationale, M. Mamadou Koulibaly. Ce fut un honneur pour la ville. Même pour moi. Quelle ville, quelle population ne verrait pas d’une satisfaction et d’un bon œil, un de ses fils honoré ! Le nom de la ville a été vendu. C’est bien ! Je ne veux parler de l’arrière-plan pour ce qui m’intéresse, du changement en bien ou bonnes influences en développement pour la ville.

Je signale qu’Azaguié n’a pas vu le passage de Mamadou Koulibaly ni comme député ou tout autre titre. Il s’est présenté comme député, pour ailleurs, pas pour Azaguié. En revanche, je dirais qu’Azaguié a eu un de ses fils devenu Président de l’Assemblée Nationale. Lui, oui. Qu’est-ce que je vais changer à Azaguié ? Mais je vais la bâtir. Je ne serais pas venu pour lui faire du précaire mais pour tout penser en durable. Je gagne et observez Azaguié dans 5 ans, ce sera une belle ville mieux construite. D’ailleurs, avant même les 5 ans, vous ivoiriens auriez fait une ville où il faut aller. Je ne viens pas avec mon nom pour me vendre, je viens vendre des programmes et les plans permettant leur réussite. Et puis, la population d’Azaguié, surtout sa jeunesse partage avec moi, la conviction écologiste.

PEI EDOUARDEDMOND N'GOUAN UN PLAN POUR AZAGUIE LEDEBATIVOIRIEN.NETENFIN, LA COTE D’IVOIRE VA CÉLÉBRER LE 7 AOÛT 2018 LE 58ème ANNIVERSAIRE DE SON INDÉPENDANCE, QUE PENSE LE PRÉSIDENT DU PARTI ÉCOLOGIQUE IVOIRIEN DE CETTE LIBERTÉ DE LA RÉPUBLIQUE ?

C’est une cérémonie commémorative d’une liberté, de notre liberté. Il faut pour la mémoire nationale que ça continue. Maintenant, la question est : «Sommes-nous libre ?», pour moi oui !. Savons-nous nous s’en saisir, savons-nous profiter de cette liberté ? Je dirais là, non !

RÉALISÉ PAR HERVE MAKRE

© 2018, herve_makre. All rights reserved.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.