A la uneActivité gouvernementaleActualitéCategory 2Côte d'IvoireDossiersEconomieEconomie & FinancesElection 2015LedebaTVLes Debats de MakréPetites AnnoncesPolitiquePolitiquesSociétéUrgencesVidéos

SCANDALE A ABIDJAN-UNE AUTRE GUERRE DE  LIBÉRATION : VICTIME DU COMPLEXE DE  L’HOMME BLANC, LE MINISTRE DE  LA JUSTICE SANSAN KAMBILE DÉCIDE VRAIMENT D’EXPROPRIER KOUDOU DAGO AU PROFIT DU COUPLE DE FRANÇAIS DALQUIER

Par H. MAKRE

LE DIPLOMATE GILLES HUBERSON DÉSACRALISE LA SOUVERAINETÉ DE  LA JUSTICE IVOIRIENNE

Si l’Etat de Côte d’Ivoire et le gouvernement Alassane Ouattara exproprient cet ivoirien, KOUDOU Dago, vu comme un financier du Front  populaire ivoirien de  KOUDOU Gbagbo Laurent détenu à la prison de la CPI  à La Haye, au profit du couple de français, les Dalquier,  c’est que ce pays ; la Côte d’Ivoire  est mal partie avec la célébration de son 58ème anniversaire de son indépendance arrachée de haute  lutte par Félix Houphouët-Boigny et ses compagnons aux mains aïeuls des Dalquier, français !

Il était une fois, et il y’a 19 ans, Koudou Dago et les époux Dalquier concluaient  un  accord commercial autour d’un  projet de construction’ d’une école sur la propriété appartenant  à l’ivoirien, par le couple de Français. Koudou Dago a lui aussi un projet d’école sur sa propre propriété. Étant occupé à bâtir  une unité industrielle du côté de Yopougon (commune d’Abidjan) sur une autre de ses propriétés qui, faute d’être exploitée immédiatement lui sera reprise par l’administration, il cède  à la proposition du couple. Il passe un contrat de bail à l’effet d’exploiter sa propriété pour la réalisation du même projet : une école. Propriété sur laquelle Koudou a déjà bâtit ses bureaux en attendant d’y bâtir son école. Commence l’enfer pour l’ivoirien face aux français avec l’Ecole Paul Langevin!

Insupportable ! La première étape de sa détermination à spolier totalement l’opérateur économique ivoirien qui a eu  pour malheur de contracter avec des français, depuis 1990 a été entamée, le 10 août 2018 dernier à la Cour d’Appel. Avec  un juge en larmes parce que le ministre de  la justice ivoirienne, son patron, Sansan Kambilé qui a le marteau de l’ambassadeur de France à Abidjan sur sa tête, lui demande de suspendre un Arrêt de  la Cour d’Appel. La Grosse N°30 COM/18 du 02/03/2018 de  la Cour d’Appel d’Abidjan disant ceci: «…Les époux DALQUIER sont déchus de  leur droit au renouvellement du bail ; ordonne en conséquence leur expulsion tant de leurs personnes, de  leurs biens que de tous occupants de  leur chef sur le lot N°737 Bis ILOT 76 situé à Marcory Zone 4 C et objet de  l’acte notarié du2/12/1999 portant bail commercial entre monsieur KOUDOU Dago et les époux Dalquier. Les condamne aux dépens…Et ont signé Président  ALY YEO et le Greffier, Me KROU ADUOBO…» Ainsi jugé ? Non, un ministre de  la justice militant du RDR au pouvoir entend  faire  la peau à un simple  militant du FPI, combat déloyal dans  une affaire de particuliers qui ne le concerne même pas !

La prochaine étape est annoncée pour  le 26 août 2018 ; Et assoyez-vous bien! Il sera là, question  pour le président de  la Cour d’Appel d‘Abidjan, qui a rendu la décision haut que vous venez de  lire, le juge Ali Yéo d’annuler lui-même sa  propre décision  rendue en mars 2018, après au moins douze procédures initiées par le couple de français, les époux Dalquier contre le propriétaire d’un terrain qu’ils exploitent, depuis 1990 et qu’ils auraient dû libérer en décembre 2011. C’est donc  l’Etat ivoirien lui-même qui prend le relais des français, en mettant en action l’Agence de Gestion du Foncier, héritière de la SETU et aussi des actes de la Direction de ventes immobilières du ministère de la Construction qui reconnait à monsieur Koudou Dago ses titres et propriétés. Une situation surréelle en 2018 comme  pour dire aux ivoiriens : ‘’vous êtes aujourd’hui retournés  aux heures de  la colonisation avec  la peur de l’homme blanc’’ !

Sinon difficile d’appréhender avec la raison pure, l’attitude du ministre de  la Justice ivoirienne garant des  libertés et des droits des  investissements en terre ivoirienne dans ce dossier qui relève purement  d‘une affaire civil-commerciale entre des particuliers qui ont passé un contrat aux termes duquel,  une partie refuse de se plier aux clauses.  Et de surcroît condamner par la justice jusqu’à la Cour Suprême qui rend irrecevable l’action du couple de français ! Est-ce réellement  la Françafrique ou le complexe du blanc qui envahi tout le corps de  la justice ivoirienne ? Le gouvernement ivoirien va-t-il VRAIMENT sur ordre de l’ambassadeur de France Giles HUBERSON exproprier Koudou Dago au profit du couple de Français Dalquier ?…Scandale !

C’est que, Koudou Dago né en 1947  à Tagolilié à Lakota propriétaire d’une parcelle de terrain   est devant les tribunaux ivoiriens depuis 2011, face à M. Dalquier Maurice, né en 1943 à Marseille-France et Mme Oudart épouse Dalquier, née en 1942 à Alger de nationalité française.  Le 2 mars, la Cour d’Appel d’Abidjan-Plateau a condamné les époux Dalquier reconnaissant Koudou Dago dans ses droits. Il est dans une bataille juridique alors que voilà déjà sept ans, il serait déjà entré en possession de sa  propriété toujours aux  mains du couple français DALQUIER. Mais le super justicier d’ambassadeur de France qui tétanise la justice  ivoirienne au haut niveau est en scène. Alors que, ce qui oppose Koudou Dago au couple de Français est très simple.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tout est beau et tout est doux dans le meilleur des mondes au moment  où les deux parties concluent ceci : «Aménagements-transformations», au paragraphe 6 de  l’acte notarié en date de décembre 1999 comportant bail commercial entre Koudou Dago et les époux DALQUIER :

«Tous aménagements, embellissements,  améliorations ou constructions nouvelles, meubles fixés aux murs, sols ou plafonds appartiendront de plein droit au bailleur en fin de bail sans aucune  indemnité. Il convient de noter que le bailleur et le preneur se sont mis d’accord pour que ce dernier construise une école de neuf (9) classes à la condition que les  plans de ferraillage  et de béton soient à l’appréciation du bailleur. Les locaux construits  par le preneur reviendront au bailleur à la fin du bail-décembre 2011». Voici ce que les deux parties ont conclu. Le bailleur n’est autre que KOUDOU DAGO, et les preneurs ne sont autres que les époux DALQUIER.

Il est aujourd’hui question de se soumettre à ce qui a été convenu en toute liberté. Mais  le ministre de  la justice  ivoirienne entend après la décision de rétropédalage du président de  la Cour d’Appel d’Abidjan Ali Yéo, entamer la troisième phase qui est celle de l’annulation des titres de propriétés de Koudou Dago devant la Cour Suprême. Et simplement donner son terrain aux français les Dalquier. Digne  d’un polar français ! Qu’ont-ils donné au gouvernement  ivoirien, ces deux français dans leur  couple pour que le gouvernement agisse ainsi ?

 Marchant sur la séparation des pouvoirs dans cet Etat démocratique indépendant

comme un éléphant dans une plantation de coton, lle couple  ministre de  la justice ivoirienne et l’ambassadeur de France à Abidjan Gilles Hubeson broie tout le droit ! alors  que l’arrêt de  la Cour d’Appel a acquis autorité de  la chose jugée irrévocable… ;En conséquence : le Président de la République de Côte d’Ivoire mande et ordonne à tous les  huissiers de  justice, à ce requis, de pourvoir à l’exécution du présent arrêt ;Au Procureur général et aux procureurs de la République près les tribunaux de  première instance, d’y tenir la main ; à tous Commandants et Officiers de  la force publique de  prêter main forte lorsqu’ils seront requis. Que fait-on de toutes ces valeurs ?

Alors le président de la Cour d’Appel, Aly Yéo a exigé leur expropriation du site tout en les déclarant déchus de leur droit au renouvellement du bail, qu’il veut revenir sur ces  paroles. C’est que sa décision est bloquée à la suite de l’intense activisme de  l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, Gilles Huberson. Il se souvient que le  3 mars 2018,  le diplomate a profité d’un entretien avec Alassane Ouattara pour évoquer l’arrêt de la Cour d’Appel. Deux jours plus tard, il a rencontré le ministre de la justice, Sansan Kambilé. Il a également sensibilisé  le ministre de  l’Education nationale Kandia Camara, dont les services ont dénoncé l’illégalité du groupe scolaire du couple de français. Mais déjà le directeur général de la police nationale, le général Youssouf Kouyaté, la procureure générale de  la Cour Suprême Colette Bajo ont été  rapidement  saisis afin de suspendre l’arrêt de la Cour d’Appel.

L’ivoirien Koudou Dago n’en croit pas ses yeux et  à ses oreilles : «Prendre ce qui est mien, ce qui m’appartient pour pour faire plaisir à un français sur injonction de l’ambassadeur de France. Non ! Je refuse cette expropriation. C’est mon domaine, c’est ma propriété. Non !»,   Ledebativoirien.net a essayé de comprendre cette affaire. Qui libèrera le  ministre de  la justice ivoirienne et tout l’appareil  judicaire des griffes du justicier d’ambassadeur de France Giles Huberson à Abidjan agissant encore aux  bords de la lagune ébrié, sous les reliques et vestiges de la Françafrique qu’Emanuel Macron croit anéantir?

Difficile de se détacher du complexe du blanc du côté du ministère de  la Justice et du gouvernement ivoirien ? L’affaire d’expropriation de l’ivoirien KOUDOU Dago parce que  militant du Front populaire ivoirien au profit du couple de français, les époux Dalquier est terriblement  dommageable pour la Côte d’Ivoire en 2018. La justice ivoirienne à travers la Cour Suprême a encore un peu de force  pour sauver son honneur et rétablir la séparation des  pouvoir. Exit la diplomatie dans l’appareil judicaire ! Haro, sur la dépendance du judicaire face à l’Exécutif. L’Affaire Koudou Dago contre les époux Dalquier sera inscrite en Gras et noir dans les archives claires de  la justice ivoirienne ! Il faut sauver les investisseurs contre les  pratiques  moyenâgeuses !

Par HERVE MAKRE

© 2018, herve_makre. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com