REVALORISATION DU SMIG, STATUT DE LA CNPS, TOUT DROIT ETRE CLARIFIE

Les responsables de la fédération nationale des Dockers de Côte d’Ivoire (FENAD-CI) ont convié la presse ce vendredi à la maison de la presse au plateau pour échanger sur leurs revendications sociales et leur statut. Trois points essentiels ont été évoqués au cours de cette conférence tenue par ADEHI KA PLIKE GUEHI secrétaire général de ladite fédération. D’abord concernant la revalorisation du SMIG et son impact sur les taux  horaires, les Dockers estiment que les augmentations sont autorisées dans la fourchette allant de 5% (plancher) à 15% (plafond). Quant aux augmentations octroyées par les entreprises à l’ensemble de leurs salariés depuis 1998 ainsi que les avoirs sur les augmentations légales, elles devraient être prises en compte dans le respect du nouveau barème.

Le secrétaire général de la FENAD-CI reconnait néanmoins que leur secteur d’activité a engrangé entre 2010 et 2015, 16% d’augmentations, contrairement à ce  qui se distille dans les journaux, sur les réseaux sociaux et à travers des tracts. Il avoue fièrement que la corporation a bel et bien bénéficié des augmentations dans les conditions établies. Toutefois, la lutte syndicale étant par essence dynamique, la FENAD-CI se tient toujours prête à négocier des augmentations en faveur des travailleurs Dockers. Concernant les revendications sur la réforme de leur statut, elles ont débuté en décembre 2000, mais les tentatives de solutions initiées en 2001 et en février 2009 par le gouvernement sont restées sans suite. Et pourtant les raisons qui militent en faveur de cette réforme sont nombreuses et variées notamment : l’adoption en septembre 2001 d’un nouveau code maritime et  les articles 2 et 3 par le parlement fait d’eux des travailleurs journaliers à vie. Ce qui n’est pas conforme aux lois sociales en vigueur. La nature occasionnelle de son métier n’offre pas une meilleure sécurité sociale au Docker, à la caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS). Cette préoccupation avait été reconnue par les états généraux de la mer et a fait l’objet d’une importante recommandation.

Le métier de Docker étant l’un des  plus dangereux au monde, les nombreux risques de chute, d’écrasement, de noyade  et d’exposition aux produits dangereux commandent que des dispositions spécifiques soient prises. Les répercutions sociales dues aux aléas inhérents à l’activité de manutention exposent le travailleur Docker à de nombreuses difficultés. La modernisation et la motorisation du travail portuaire pointant à l’horizon, il y a nécessité d’adaptation aux nouvelles réalités. Au regard de ce qui précède, les Dockers réclament la réforme du décret régissant leur travail. C’est pourquoi leurs regards se tournent vers le président de la république pour l’aboutissement heureux de ce long processus. Des pas significatifs ont été posés par le ministre de tutelle,  AMADOU KONE  qu’ADEHI KA PLIKE GUEHI et ses camarades remercient d’ailleurs pour son engagement dans le dossier des dockers.

FORD RAYMOND GUEI

© 2018, herve_makre. All rights reserved.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.