POUR LE FINANCEMENT DES ACTIVITÉS GERMINATRICES DE REVENUS  dans le PROCESSUS DE RÉPARATION

Dans le cadre de la mise en œuvre du processus de réparation des préjudices des crises survenues en Côte d’Ivoire, le ministère de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté, entend apporter un appui financier à la création d’activités génératrices de revenus en faveur des victimes en situation de vulnérabilité. Afin de faciliter leur insertion ou réinsertion socio-économique.

A ce titre, la signature d’une convention de financement des activités génératrices de revenus au profit des victimes, s’est matérialisée entre le ministère et la micro-finance CELPAID,  jeudi 29 novembre, au siège dudit ministère, sis à la tour E de la cité administrative d’Abidjan, Plateau. Ainsi, pour permettre aux victimes de sortir de la précarité, le ministère en charge de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la lutte contre la Pauvreté, met à la disposition de CELPAID finance S.A, la somme de 100.000.000 FCFA.

Monsieur Souleymane Ouattara Directeur Général de CELPAID finance S.A a exprimé sa gratitude à la ministre Mariatou Koné, du fait d’avoir porté son choix sur sa structure, dans la réalisation de ce projet, précieux aux yeux du président ivoirien, son Excellence Alassane Ouattara. Il explique que sa mission consistera à apporter son expertise et un appui logistique dans l’analyse de la fiabilité et de la rentabilité de l’activité des potentiels bénéficiaires. Afin que, dans le recouvrement des fonds ayant servi au financement, il s’agira de recevoir du ministère les ressources affectées, de prendre en compte les demandes formulées par les bénéficiaires, de faire l’analyse et de les financer. De ce fait, la victime en situation de vulnérabilité pourra bénéficier d’un financement allant jusqu’à 500.000 FCFA. Ce montant est revu à la hausse quand les victimes se constituent en personne morale.

La Ministre Mariatou Koné, a profité de cette occasion pour remercier le Chef de l’Etat, quant à sa volonté manifeste à compatir auprès des victimes. Selon elle, la signature de cette convention marque une autre étape dans le processus de réparation des préjudices des crises survenues en Côte d’Ivoire. Cette aide supplémentaire permettra aux victimes de s’investir davantage et à participer pleinement à la vie culturelle de leur pays, non seulement en créant des activités génératrices de revenus mais aussi en améliorant leur savoir-faire.

   David Gogbé

© 2018, herve_makre. All rights reserved.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.