Vous êtes au rendez-vous de LA 4EME VOIX LA VOIX DES SANS VOIX avec le président THEOPHILE SOKO WAZA. Nous sommes à notre rendez-vous hebdomadaire et nous voulons vous dire merci de nous suivre sur les réseaux sociaux, sur notre télévision en ligne via YouTube. Merci pour votre fidélité, merci pour vos j‘aimes, pour vos partages .Nous vous disons encore grand merci.

ALORS AUJOURD’HUI NOUS ALLONS PARLER :  A QUI PROFITE LA CROISSANCE ECONOMIQUE EN COTE D’IVOIRE ? 

Ils nous ont annoncé, depuis 2012, 2013 jusqu’au jour d’aujourd‘hui que la Côte d’Ivoire connait une croissance économique. On est tous contents de féliciter le gouvernement parce que quoiqu’on dise nous avons une croissance économique. Mais alors quand nous analysons de près cette croissance économique, elle repose sur deux piliers.

ANALYSE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE

Le premier pilier est le secteur agricole et le deuxième pilier ce sont les investissements.Alors quand nous analysons très bien ces deux piliers, le secteur agricole est constitué de tous nos parents paysans : les planteurs de cacao, de café, d’hévéa, anacarde et autres. Mais  regardons de près le niveau de vie de ces populations,  ceux qui sont à la base de la production agricole. Ils font partie des plus pauvres de la Côte d’Ivoire, ils font partie de ceux qui n’ont aucune sécurité sociale,aucune retraite.

Regardons sur le deuxième pilier l’investissement.  Les investissements en Côte d’Ivoire reposent sur près de 10 000 milliard de prêt que la Côte d’Ivoire a dû prendre auprès des organisations international donc nous faisons une croissance à crédit.Quand nous descendons plus bas pour dire lorsqu’il y a une croissance économique dans un pays, on doit pouvoir ressentir les retombées de cette croissance économique.Mais lorsque nous regardons le taux de chômage ou encore le taux de non emploi en Côte d’Ivoire, ce taux avoisine facilement les 50%.

 50% des jeunes en Côte d’Ivoire sont sans-emplois, 50% des jeunes sont au chômage. Regardons le cout de l’électricité pendant que la Cote d’ivoire s’est offert un autre barrage électrique à Soubre, le cout de l’électricité à grimper.

 Lorsque nous regardons dans le secteur de la santé, beaucoup d’ivoiriens continue de mourir dans les urgences médicales parce qu’on n’a pas un plateau de technique plus varié et donc le train de vie des ivoiriens ne s’est pas vraiment améliorer.

ALORS ON POURRAIT  SE POSER LA QUESTION A QUI PROFITE CETTE CROISSANCE ECONOMIQUE ?

Quand nous observons de près la croissance économique profite premièrement au multinationale, au grand super marche qui florissant de Gauche à droite au détriment de nos marches ordinaires. Elle profite plus à l’étranger.Puisque quand nous regardons les grands investissements, les routes, les ponts;qui fait les routes, qui fait les ponts ? C’est encore les multinationaux à l’étranger. Cependant,  les ivoiriens n’ont que des emplois temporaires,des emplois sectoriels et saisonniers.

IL FAUT REPENSES LA REDISTRIBUTION DES RICHESSES

Nous voulons demander de  repenser  à la  redistribution des richesses dans cette croissance économique. Comment redistribuer les fruits de cette croissance  pour que le maximum d’ivoirien puisse  en  bénéficier et non une élite sélectionnée ou présélectionnée seulement qui en profite. A ce jour vous n’allez pas voir un tenant du pouvoir qui n’est pas riche, ils sont tous riches ;  ils sont tous à l’aise. Mais tous ceux qui les ont portés au pouvoir, tous ceux qui ont travaillé pour qu’ils soient là sont dans la pauvreté.

 La croissance économique en Côte d’Ivoire nous pose un problème parce qu’il y a une mauvaise répartition des richesses. Une mauvaise distribution des richesses et les fondements qui soutiennent cette croissance ne sont pas solides.

Premièrement : au niveau de l’agriculture il y a une chute des cours des matières premières, il y a les problèmes de pluie. Il suffit qu’il ait un évènement climatique pour que cette croissance chute.

Deuxième : les investissements en Côte d’Ivoire a pratiquement atteint un niveau  d’endettement très élevé  donc bientôt on ne pourra plus s’endetter puisque on est surendetté. L’investissement reposant sur les dettes que nous prenons fera en sorte  qu’on ne pourra plus grandir, on ne pourra plus progresser. Il faut repenser comment est-ce que nous amorçons cette croissance économique et une fois que nous avons une croissance économique, comment  distribuer les richesses née de cette croissance économique. Je vous remercie.

THEOPHILE SOKO WAZA

Président de la 4eme voix, la voix des sans voix

© 2018, herve_makre. All rights reserved.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.