Activité gouvernementalePolitique

ECHEC DE L’OPPOSITION IVOIRIENNE-BAH ENOCH :«AUCUNE PLATE-FORME INTÉRESSE APRES LA TRAHISON DE LA CNC»

Quelques semaines après sa conférence de presse de rentrée politique, le président du CRI (congrès pour la renaissance ivoirienne) se confie à ‘‘ledebativoirien’’. Un homme très déçu des acteurs de  l’opposition  ivoirienne, Bah Enoch ne cache pas sa colère contre la rébellion de  2002.

COMMENT AVEZ-VOUS REVÉCU LA SEMAINE DU 11 AVRIL 2019, DATE QUI MARQUAIT LA CHUTE DE L’EX-PRESIDENT LAURENT GBAGBO ?

Ce jour là, la démocratie a été assassinée Côte d’Ivoire. C’est une réalité qui s’est imposée au peuple de Côte d’Ivoire et à tous les Africains. On ne peut que remercier Dieu qui a permis que ce jour ne soit pas le jour du drame. Un jour où la Côte d’Ivoire  devait perdre un de ses illustres fils. Mais, il y a eu drame quand même, parce que ce jour là,  elle a perdue un de ses fils en la personne de Désiré Tagro. Et beaucoup d’ivoiriens, sont tombés à la suite de cette guerre atroce. L’on a officiellement déclaré 3000 morts. Ce qui a consacré le bafouement de la souveraineté de notre État.

 

A QUI, FAUT-IL IMPUTER LA RESPONSABILITÉ DE CES 3000    MORTS, PUISQUE LAURENT GBAGBO A ÉTÉ ACQUITTE PAR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE?

Il faut imputer la responsabilité de ces morts aux acteurs de cette crise. En premier temps à la rébellion qui a été créée depuis 2002. Je continue à le dire, les Ivoiriens sont prêts à pardonner et à aller de l’avant mais, il faut savoir dire les choses. C’est la rébellion née en 2002 qui a massacré les Ivoiriens en Côte d’Ivoire. Elle est mauvaise. A aucun moment personne ne trouve sa survie ou  une victoire dans une rébellion. Aucun pouvoir rebelle ne peut instaurer la démocratie dans un pays. Que sa responsabilité historique  et celle de ses acteurs soit située.

QUE PENSEZ-VOUS DE L’OPPOSITION ACTUELLE ?

L’opposition Ivoirienne a  démissionné. Tous ses membres ont fait leur expérience et cela a conduit la Côte d’Ivoire dans le chao dans lequel nous sommes plongés. Ils sont incapables de se réconcilier eux-mêmes, on ne peut pas être acteur en même temps dans un jeu. Leurs actes ont conduit la Côte d’Ivoire dans la déchéance. Même la réconciliation ce n’est pas l’un ou l’autre qui va la portée. Dans tous les cas les peurs sont là. Une méfiance s’est installée entre les différents acteurs politiques. C’est pourquoi, ils doivent céder la place céder leur place à certains acteurs comme nous…LORSQUE

Pour ceux qui dirigent, au président Ouattara, qu’il jette un regard dans le domaine de l’entrepreneuriat, parce que tout ce que nous relevons est du mauvais fonctionnement de L’État, par l’acquisition des marchés, par rapport aux paiements des primes des entreprises Ivoiriennes. Ce sont des points qui existent dans notre administration.

LES ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES DE 2020 APPROCHENT, MAIS POINT DE PAS BAH ENOCH DANS UNE PLATE FORME. EST- CE A DIRE QUE LE CRI COMPTE FAIRE LE CHEMIN SEULE ?

S’il y’a une plate forme en Côte d’Ivoire qui attirait l’attention des gens et de la communauté internationale, je vous le dis, honnêtement c’était la CNC. Je demande ce que va donner pour l’heure ce qui est annoncé, mais nous ne sommes pas intéressé par une plateforme. Nous estimons que tout combat politique est difficile. Les leaders de l’opposition ont échoué. Une opposition qui est confrontée à d’énormes contradictions, une opposition qui se combat contre elle-même, elle est divisée. La division de l’opposition ne profite à l’opposition. Je vais vous expliquer un fait, quand nous étions à la CNC, dans nos dix protocoles, il n’était pas dit que nous devions participer à des élections. La condition sine qua non  pour que nous parlions d’élections, était que nos protocoles soit respectés.

Mais rien de cela n’a été fait. Et un matin des barons de la CNC se sont désignés ou déclarés  comme candidate pour accompagner le candidat Ouattara à la présidentielle. Alors que nous avions dix qu’il fallait que nos conditions soient respectées et bien évidemment par le pouvoir. Mais  il se son déclarés candidat. Chose  à laquelle je me suis  opposé et que j’ai été le seul  à dénoncer.  A quoi bon créer une coalition si telle condition était d’aller aux élections  sans conditions, sinon nous aurions suivi Pascal Affi N’guessan qui faisait déjà le jeu du pouvoir en place. Alors ; lorsque j’ai dénoncé cela, j’ai été accusé d’avoir reçu de l’argent du candidat Alassane Ouattara. Pour avoir dénoncé une telle attitude, on m’a traité de vendu et que Ouattara m’aurait donné 400 millions FCFA  et vous les journalistes avez contribué à cette propagande.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Qui était là lorsque monsieur Ouattara m remettait cet argent! Si ce n’est que de la délation, pour jeter l’opprobre sur l’influence de quelqu’un. C’est en raison de tout cela, que ne compte pas être dans une plateforme.  Mon combat aujourd’hui,  c’est d’éclairer les ivoiriens. Et je serai  à ce rendez-vous de l’histoire…

Réalisé par Martial Tahou

© 2019, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com