Activité gouvernementaleActualitéArt & CulturePolitique

ABIDJAN- EN ATELIER : LES ARTISTES MUSICIENS IVOIRIENS : « NOUS AVONS APPRIS ET SU CE QUI NOUS APPAUVRIS»

Surpris par les rouages de la propriété intellectuelle

Les participants à «l’Atelier de suivi sur le renforcement du SAMCI et l’égalité femmes-hommes dans la musique en Côte d’Ivoire », , ce mercredi 19  juin 2019, qui planchent au  troisième jour de l’atelier sur  la problématique des «relations du SAMCI et BURIDA (Bureau ivoirien des droits d’auteurs) expriment leur satisfecit. Membres du syndicat des artistes  musiciens de Côte d’Ivoire-SAMCI, ils ne pensaient être si loin de la connaissance des rouages de gestion de la vie artistique.

«Au fur et  à mesure que nous avançons, les uns et les autres se disent  que cet atelier et bien venu. Ils ne savaient  pas beaucoup et les choses se passent  bien. En ma qualité de secrétaire général je suis heureuse. On aurait aimé que  tous les artistes  musiciens participent mais  on ne  pouvait pas prendre tout le monde», s’est exclamée l’artiste Dan Log.

Et d’autres artistes d’appuyer: «Il y a plein de choses qu’on croit savoir, et à la fin on se rend compte que non ! Mais est on ne sait rien. Il est bon d’avoir des informations concrètes. Les artistes musiciens seront outillés. Parce que les administrateurs eux-mêmes ne savent pas et si le manager ne se sait pas on peut l’informer» ou encore :«J’étais ignorante des choses qui appauvrissent les artistes, je suis très heureuse…nous sommes devenus les ambassadeurs pour les autres artistes. Nous avons appris à nous défendre… ».

A la suite des artistes participants, le formateur Thomas Dylan, ressort l’importance d’une telle rencontre : «Il s’est agi d’information sur les  droits d’auteurs et des droits  voisins dans  le secteur du  disque. Les discussions  ont été très animées et c’était très  important…Les artistes  ont en général  une  idée assez vague des informations sur  la propriété intellectuelle ou la gestion de la propriété intellectuelle. Il  est  important que les artistes soient  accompagnés par les  syndicats, les formations et les formateurs. Mais c’est un travail de longue haleine…Il est important  d’apprendre  à lire les textes. Et  voir améliorer les choses… Le combat des artistes est permanent. Il est important de connaitre les  lois  pour défendre ses droits…».

Au terme des deux  premiers  jours de l’atelier, ce mercredi, troisième  jour, les artistes et autres participants planchent sur « les relations entre le SAMCI et le BURIDA (Bureau Ivoirien des droits d’auteurs), puis sur les priorités d’action du syndicat des artistes musiciens de Côte d’Ivoire en dehors des questions d’égalité femmes-hommes. En attendant le lendemain jeudi 20 juin, dernier  jour de l’atelier qui portera essentiellement  sur l’égalité-femme-hommes dans  le secteur de  la musique, mais aussi de  la violence fondée sur le genre et le leadership féminin. Les  priorités du SAMCI seront  connues.

Ouvert, lundi 17 juin 2019 dans  la capitale économique  ivoirien Abidjan, l’atelier du syndicat des artistes musiciens de Côte d’ivoire prend fin, jeudi 20 juin 2019 par l’annonce de grandes actions du SAMCI avec le soutien de la FIM (Fédération International des Musiciens).

HERVE MAKRE

© 2019, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com