Activité gouvernementaleActualitéPolitique

Une grande concertation régionale pour l’élimination de la  faim et la malnutrition à  Abidjan

Abidjan accueille depuis ce lundi 25 juin 2019 une grande concertation régionale sur l’état d’avancement des feuilles de route pour l’élimination de la faim et la malnutrition. Cette rencontre est organisée par le centre d’excellence régional contre la faim et malnutrition (CERFAM) avec le soutien du programme alimentaire mondial (PAM).

C’est la première activité de ce centre depuis le lancement  officiel de ses activités le 25 Mars 2019. Prenant donc la parole, Dr Issa Sanogo, directeur du CERFAM a dit l’atteinte des objectifs de sa structure dépendra de du soutien de ceux qui ont contribué à sa naissance. Le CERFAM a été crée pour renforcer la lutte contre la faim et la malnutrition. C’est pourquoi, il se réjouie de la mobilisation des partenaires et les acteurs clés de la nutrition, ce qui montre l’intérêt qu’ils portent à la lutte contre la faim. A sa suite, Peter Musoko, directeur adjoint du PAM pour l’Afrique de l’ouest et du centre  a dit que la situation de la nutrition est un défi auquel les pays de la sous-région doivent répondre.

L’engagement des pays  africains notamment du secteur privé et la société civile doit contribuer à la mise en œuvre du partenariat dans la lutte contre la faim et la malnutrition. Quant à Josephine Mayumba Kala, représentante de l’union africaine en Côte d’Ivoire, elle a fait savoir que la population africaine devrait doubler d’ici 2030 . Ce qui oblige nos pays à rechercher des solutions pour une adéquation entre l’évolution de la croissance démographique et la disponibilité des ressources alimentaires. Comme solution, l’union africaine propose la contraception volontaire aux femmes africaines pour faire reposer leurs corps et avoir la capacité de s’occuper de leurs progénitures.

Lire aussi :  Sur Afrique Média-l'opposant Théophile Soko Waza:"Les héritiers d'Houphouët-Boigny préparent un dernier chaos en Côte d'Ivoire

Pour Dioncounda Traoré, ex-président par intérim du Mali et facilitateur du processus de faim zéro dans son pays, le rendez-vous d’Abidjan donne l’opportunité de réfléchir sur les stratégies de la lutte contre la faim et la malnutrition. La sécurité alimentaire est réalisable, car elle est entre les mains des décideurs africains. S’agissant de la situation au Mali, il a fait savoir que c’est la crise qu’il traverse depuis plusieurs années qui contrarie la mise en œuvre de la politique de l’accès aux opportunités. Procédant à l’ouverture des travaux, Daniel Kablan Duncan, vice président de la république de Côte d’Ivoire a salué les excellentes qui existent entre notre pays et le programme alimentaire mondial. Continuant son propos, il a dit que l’Afrique et particulièrement les  régions ouest-africaine et centrale ploie sous le poids de la malnutrition à cause des crises socio politiques et l’explosion démographique.

A cela, il faut ajouter la faible capacité de transformation et de conservation des denrées alimentaires. C’est pourquoi  mentionne Daniel Kablan Duncan , qu’il faut encourager la

Duncan veut la place de Bédié

promotion de la prospérité partagée pour aider nos politiques à atteindre les objectifs nationaux. Le vice président de la république a conclu en demandant aux pays africains à rester déterminés pour la lutte contre la faim et la malnutrition.

Ford Raymond Guei

© 2019, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com