Activité gouvernementaleActualitéSociétéUrgences

Man : AIBEF soulage 10 ex-porteuses de fistules obstétricales

Le bureau UNFPA/Côte d’Ivoire dans le cadre de la mise en œuvre de son 7ème programme a signé une lettre d’entente avec l’Association Ivoirienne pour le Bien Etre Familiale (AIBEF) à travers le produit « les capacités nationales sont renforcées pour accroître l’offre des services intégrés de santé sexuelle et de la reproduction de qualité y compris en situation humanitaire». Ces activités de produit 1 sont inscrites dans le PTA fistule qui est exécuté dans 8 localités en Côte d’Ivoire dont la ville de Man dans l’ouest ivoirien.

 A cet effet, le mercredi 26 juin dernier s’est tenue à l’antenne régionale de l’AIBEF de Man au sein du Centre d’Excellence des Femmes de Man la remise de kits AGR aux 10 ex-porteuses de fistules obstétricales. Depuis 2012, selon le coordonnateur régional, Jean Marius Niamien, l’AIBEF met en œuvre ce projet de réinsertion des femmes ex-porteuses de fistules obstétricales. Ce programme s’inscrit dans un plus vaste programme de lutte ladite maladie. Et l’AIBEF a pour mission d’identifier les porteuses de fistules, de les référer au CHR de Man pour leur prise en charge chirurgicale gratuite et leur réinsertion dans le tissu sociale. Signalons qu’à ce jour 70 femmes ont été guéries et réinsérées dans la vie sociale à travers des AGR. C’est au total 10 ex-porteuses de fistules obstétricales qui ont reçues des kits AGR d’une valeur 500 000 francs.

Il s’agit de sac de sel, riz, morceau de savon, bidon d’huile, poissons et biens d’autres. Au dire du coordonnateur régional Jean Marius Niamien, ces dons devraient permettre aux bénéficiaires de reprendre en main et de se réinsérer sur le plan économique afin d’être plus autonomes pour subvenir aussi besoins de la famille. «Nous devons marquer un nouveau départ pour vous qui étiez dans un état de mort sociale. C’est pour vous un retour à la vie » a-t-il dit. Ajoute-t-il qu’elles doivent être rigoureuses dans la gestion des activités afin qu’elles prospèrent et que le bailleur Koica, UNFPA, l’AIBEF et l’ensemble des partenaires soient fiers et continuent d’aider d’autres femmes à revivre » a indiqué la coordination régional. Yao Quenteny Lefils, sous-préfet de Sandougou-Soba représentant le préfet de région a félicité l’AIBEF et ses partenaires qui se soucient des femmes atteintes de cette maladie dite maladie de la honte.

Aussi a-t-il souligné que cette maladie est un problème mondial plus observé en Afrique en générale et en particulier en côte d’ivoire d’où la prévalence a été estimée en 2013 en Côte d’Ivoire à 1,6% soit de 9425 cas avec une incidence de 250 nouveaux cas chaque année. A l’en croire, le programme de l’AIBEF qui bénéficie des fonds de la coopération coréenne (Koica) à travers l’UNFPA vient soulager les femmes qui souffrent de cette maladie.« J’exhorte les femmes victimes de cette maladie à se faire identifier pour leurs prise en charge » a-t-il invité. Le sous-préfet de Sandougou-Soba, Yao Quenteny Lefils a demandé aux ex-porteuses de fistules de faires bon usage des kits afin de féliciter leur réinsertion sociale pour le bien être de tous. Et exhorté celles-ci à être des ambassadrices auprès des communautés pour montrer que la fistule n’est pas une fatalité.

Dan De San

© 2019, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com