A la uneActivité gouvernementalePolitiqueUrgences

Education Nationale ivoirienne :Kandia Camara renforce son dispositif anti fraude aux examens

FRAUDE AUX EXAMENS À GRAND TIRAGE : LE MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE, DE L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE RENFORCE SON DISPOSITIF ANTI-FRAUDE

Les acteurs du système éducatif de la région de l’Iffou ont été mis face à leurs responsabilités

Fort de l’expérience peu honorable tirée du BEPC 2019 où des cas avérés de fraudes ont été observés et punis et qui ont concernés plusieurs villes de l’intérieur du pays notamment Abengourou, Gagnoa, Divo, Guytri, Bouaflé, Bonon et Zuénoula le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (Menet-fp) avec à sa tête le ministre Kandia Kamissoko Camara, a mis en place un dispositif plus renforcé pour combattre la fraude qui risque de décrédibiliser les examens de fin d’année. C’est dans ce cadre que ce dimanche 30 Juin 2019, la directrice régionale de l’éducation nationale de la région de l’Iffou, à la veille du CEPE et des épreuves orales du Baccalauréat 2019, accompagnée par les membres du corps préfectorales avec à leur tête le préfet intérimaire de région, préfet de M’Bahiakro M’Ba Blaise, a rassemblé, à la préfecture de Daoukro, tous les acteurs du système éducatif de la dite région pour les sensibiliser sur ce dispositif et les mettre surtout face à leurs responsabilités.

Aux chefs d’unité de la police et de la gendarmerie, la Directrice régionale Madame Taregue Chantal M.Rosine leur à fait part de l’innovation les concernant c’est-à-dire une fiche de présence pour les agents des forces de l’ordre présents dans le centre d’examen. Aux acteurs du système éducatif, la Directrice régionale a exigé la ponctualité de sorte à rassurer les candidats et non les traumatiser. La nourriture de même que les téléphones portables ou autres supports numériques sont formellement interdits dans le centre d’examen. Cela est valable aussi bien  pour les enseignants que pour les élèves. Tout élève pris avec un cellulaire ou tout autre objet connecté dans le centre d’examen est dans un cas de flagrant délit de fraude et subira toute la rigueur de la loi. Aux parents d’élèves notamment aux COGES, la première responsable de l’éducation nationale a demandé que les salles de classe soient en bon état surtout les toilettes afin que les candidats puissent se soulager en cas de besoin. Ils devront exhorter leurs enfants au travail car c’est la voie idoine pour se garantir le succès à un examen qui somme toute n’est plus aussi difficile qu’auparavant. Ils devront en outre demander à leurs enfants de laisser leurs  portables ou autres gadgets connectés à la maison pour éviter d’être tentés par la fraude. Les seuls habilité à avoir un téléphone portable dans le centre d’examen sont le président du jury, le vice-président et le chef de secrétariat.

Lors des échanges avec les acteurs du système éducatif, il est ressorti que toute la communauté éducative doit être sensibilisée pour que la région de l’Iffou ne soit pas entachée par des cas de fraudes qui jetteront du discrédit sur tous les acteurs du système éducatif de la dite région. C’est pourquoi tous seront sensibilisés par voie de presse notamment par la radio Iffou. Le nombre d’agents des forces de l’ordre sera renforcé dans les localités ou le besoin se fera sentir. Le commissaire de police de Daoukro mettra ses agents à l’entrée des centres d’examen pour procéder à des fouilles au corps des candidats en respectant le genre.

Prenant la parole pour mettre fin à cette importante réunion, M. Bah Blaise, préfet intérimaire de la région de l’Iffou, préfet du département de M’Bahiakro a indiqué à chaque acteur du système éducatif que la démarche de ce jour est plus que de la sensibilisation car étant un appel à la responsabilité puisqu’il y va de l’image de toute la région de l’Iffou. Il a pris l’engagement avec tous les acteurs du système éducatif de sa région afin qu’aucun bruit de fraude ne soit entendu car paraphrasant un auteur il a dit : « Pour détruire un pays, on n’a pas besoin d’armes, de bombes mais c’est de tuer l’éducation à la base ».

                                                    GUY SEKAN (Correspondant)

© 2019, herve_makre. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com