Activité gouvernementaleActualitéPolitiqueSociétéUrgences

«Avec le reboisement chacun doit jouer son rôle pour restaurer le couvert végétal ivoirien», Lt-Colonel Assiri TANO Maximin

reboisement ledebativoirien.net

Atteindre les objectifs de 20% pour que le pays soit un pays forestier

Le Lieutenant-Colonel Assiri TANO Maximin, Directeur département des eaux et forêts de Danané  fait du reboisement son cheval de bataille et félicite le ministère pour toutes les actions entreprises afin d’améliorer les  conditions de travail des agents des eaux et forêts. Il couvre deux départements à savoir Danané et Zouan-Houin. Il a,  à sa charge deux cantonnements. Celui de Danané qui couvre Daleu, Mahanpleu et Koulinlé et Zouan-Hounien qui couvre  Teapleu et Bin- Houye

LIEUTENANT-COLONEL, QUEL EST L’ETAT DES LIEUX DES FORETS CLASSEES ET VILLAGEOISES DANS LE DEPARTEMENT DE DANANE ? ET AVEZ-VOUS LES RESSOURCES HUMAINES NECESSAIRES POUR COUVRIR TOUTES CES ZONES ?

Nous avons 66 agents mais avec la mutation qui vient d’intervenir, nous avons aujourd’hui 45 Agents. En fait, les forêts classées sont gérées par la Sodefor, mais les eaux et forêts ont un regard sur les 6 forêts classées puisque la Sodefor est sous la tutelle du ministère des Eaux et Forêts. Donc, c’est avec la Sodefor que nous pouvons avoir les réelles statistiques. Mais la direction départementale couvre 5 forêts classées dont 3 à Danané et 2 à Zouan-Houin. En générale, toutes les  forêts classées de la Côte d’Ivoire sont infiltrées mais, il y a eu une opération de déguerpissement dans celles-ci.  Au niveau de Danané, c’est dans le mont Momi et la forêt classée de Teapleu. Pour le moment, nous pouvons dire que grâce à toutes ces opérations qui sont menées par la SODEFOR  et d’autres forces vives, nous avons ont permis de déguerpir les clandestins.

SELON LES INDISCRETIONS, LE PHENOMENE DE SCIAGE A FAÇON A PRIS DE L’AMPLEUR DANS LA REGION. QUE FAITES-VOUS POUR REMEDIER A CE FLEAU ?

Il faut dire que c’est un fléau qui mine la forêt ivoirienne et les agents des Eaux et forêts  font de cette lutte, un combat quotidien. Il y a eu même un décret présidentiel concernant ce fléau. Il est difficile de les prendre à l’hameçon parce que les scieurs ont adopté un autre système, celui de scier nuitamment. Mais, nous faisons l’effort avec les moyens mis à notre disposition par notre ministère de diminuer le fléau. Mon souhait, c’est de réduire l’activité des scieurs. En ce moment, nous sommes en saison pluvieuse, nous avons des difficultés par rapport à la dégradation très avancée des pistes. Mais dans ce sens encore, le ministre a doté nos postes de deux motos qui nous permettent d’être plus opérationnels. Notre objectif, c’est de réduire le sciage à façon. Au mois d’avril, nous avons traduit un scieur devant la justice pour montrer aux populations que ce fléau détruit les forêts ivoiriennes.

QU’AVEZ-VOUS FAIT EN PLUS DE CETTE ACTION?

Comme, je le disais, normalement tout forestier doit se baser sur le reboisement. C’est le reboisement qui va nous permettre d’atteindre les objectifs de 20% pour que le pays soit un pays forestier. Mais, nous avons un souci celui de la disponibilité des terres et nous faisons des sensibilisations avec l’appui de la mairie et la préfecture.

Au niveau de Danané, nous avons 15 mille plants en pépinière et 4 mille à Zouan-Hounien. C’est au totale 19 mille plants et nous sommes en train de faire la sensibilisation auprès des villageois et des personnes physiques pour avoir les terres disponibles. Je vous annonce que cette année, nous avons 25 hectares disponibles dont 3 hectares à l’hôpital de Danané que nous sommes en train  de reboiser. Le  lancement de l’opération est prévue si possible le 7 août 2019. Donc, le travail du forestier est basé sur le reboisement si nous voulons atteindre les 20%.

L’ETAT IVOIRIEN A MIS EN PLACE UNE NOUVELLE POLITIQUE FORESTIERE. QUEL COMMENTAIRE EN FAITES-VOUS ?

La nouvelle politique est salutaire surtout qu’il y a la question de changement climatique aujourd’hui qui est un problème  mondiale. Alors chacun doit faire l’effort pour donner satisfaction à son niveau. Je pense que cette nouvelle politique forestière enclenchée par le ministère est la bienvenue surtout, on parle de l’agro foresterie qu’il faut accentuer. C’est pourquoi, nous sensibilisons les parents pour dire qu’aujourd’hui, s’il n’y a pas de forêt, l’agriculture va perdre son lustre d’antan. Il y a aussi le projet forêt-cacao qui est aussi lancé. C’est une bonne politique parce qu’après 30 ans, les eaux et forêts ont été dotées de moyens de déplacement. 1998 a été décrétée année de la forêt ivoirienne. 30 ans après, en 2018 nous venons d’être dotés de moyens. C’est une satisfaction totale pour les agents des Eaux et forêts que nous sommes. Le ministre a joué sa partition et le reste nous appartient.  Mais la question de la forêt n’est pas seulement le problème des forestiers, il faudrait que tout le monde joue sa partition parce que planter un arbre est capital dans la vie d’un homme.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

UNE ADRESSE AUX  POPULATIONS

Je voudrais remercier votre journal et féliciter le Ministre pour toutes ces actions entreprises en vue d’améliorer les conditions des agents des eaux et forêts. Et dire que chacun doit jouer son rôle pour restaurer le couvert végétal ivoirien.

Par  Dan De San

© 2019, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com