Activité gouvernementaleActualitéDossiersEconomiePolitiqueUrgences

Exclusif-CIE: un commando lancé aux trousses des trafiquants de l’électricité-hallucinant ! (Dossier)

CIE CONTRE LA FRAUDE DE L'ÉLECTRICITÉ LEDEBATIVOIRIEN.NET
  • La CIE PEUT-ELLE VAINCRE ?

  • DÉCOUVERTE STUPÉFIANTE DU COMMANDO

  • ET ABIDJAN RAVIE LA PALME  

  • UN COMBAT INTERNE A LA CIE ENGAGE

Par HM

 Des unités d’élites de contrôleurs de la Sous-direction Rendement Distribution à la CIE. Une sorte de commandos appuyés par la force de l’ordre, gendarme  ou police pour opérer sur toute l’étendue du territoire. Il faut alors passer la vitesse supérieure: sévir contre la fraude de l’électricité qui annihile tous les efforts de l’Etat ivoirien et ses partenaires. Des opérations sont lancées nuitamment comme de  jour par la Compagnie Ivoirienne d’Electricité face  à de redoutables réseaux. Le résultat de l’action est séduisant. Ledebativoirien vous conduit. Appréciez !

L’IMPACT DES ACTES FRAUDULEUX D’ÉLECTRICITÉ ?

Surcharge des réseaux de distribution, avaries de matériel avec des câbles qui brûlent, des transformateurs qui explosent, des fusibles qui fondent, mauvaise qualité de la tension et de la fourniture avec des pannes à répétition. Et là,  l’insécurité se traduit par des accidents et incendies etc. Des pertes estimées à 40 milliards de francs CFA par an pour l’Etat ivoirien. Réponse apportée: des campagnes d’économies d’énergies et la mise à niveau des branchements sans frais pour les clients grâce au Programme Electricité Pour Tous (PEPT). Mais, pas encore suffisant  pour dissuader les fraudeurs. Conséquence : L’impossibilité pour l’État de disposer de ressources financières à l’effet d’investir pour l’extension de réseau dans les quartiers et l’électrification rurale. Mais aussi, la construction de postes sources dans les grandes villes afin d’améliorer la qualité de la fourniture. Il faut sévir.

DÉMANTÈLEMENT DE RÉSEAUX ET ARRESTATIONS AVEC GRINCEMENTS DE DENTS

La loi  n°2014-132 du 24 mars 2014 portant code de l’électricité en main sur toute l’étendue du territoire, la Sous-direction Rendement Distribution conduite par Sekongo Tannignigui agit. Avec des agents qui doivent être engagés, disponibles 24h/24, courageux, capables de travailler sous pression et d’oser, mais dans  la discrétion et avoir la maitrise de soi. Non sans risques internes et externes à la Compagnie. Résultats :

Plus de 5000 fraudeurs d’électricité arrêtés de mars 2018 à avril 2019. Une liste sur laquelle figurent  en très  bonne  place, de hauts cadres de l’administration publique et privé ivoirienne. Ils sont : des complexes hôteliers, de grands restaurants,  des Commissaires de police, des directeurs généraux de l’administration, des généraux de l’armée, des ministres, des cadres et  non des moindres de la présidence de la république et même des cadres de la Compagnie ivoirienne d’électricité…tous  bien traités avec  l’agent du contribuable. Mais, pas du tout suffisant pour ressentir du chauffage dans  leur vie. C’est  contre eux qu’une vaste opération de contrôle de vérification et de démantèlement de réseaux de fraude est lancée à la CIE,  sous le regard  bien averti du Directeur général, Bakayoko Ahmadou.

Dans cette lutte contre la fraude sur l’électricité, la Compagnie Ivoirienne d’Electricité-CIE a identifié  par ses enquêtes plusieurs réseaux frauduleux. Ils  sont réalisés par des revendeurs qui commercialisent l’électricité frauduleuse moyennant des montants mensuels variant en fonction du nombre d’équipement de leur receleur. Cette activité de vol et commercialisation d’électricité exercée par les revendeurs est plus répandue dans la ville d’Abidjan et commence à s’étendre depuis 2018 à l’intérieur du pays.

Pour y faire face, un dispositif mis en place permet d’accentuer les contrôles sur tous les quartiers de la ville d’Abidjan et les villes de l’intérieur où les résultats de facturation sont en baisse. Chaque jour, une opération de contrôle est lancée dans chaque Direction Régionale d’Abidjan.

DÉCOUVERTE STUPÉFIANTE DU COMMANDO DE LA CIE ET ABIDJAN RAVIE LA PALME  

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Devant la fraude généralisée, qui fait perdre d’inestimables fonds au secteur de l’électricité, l’État ivoirien fait adopter par l’assemblée nationale, la loi n° 2014-132 du 24 mars 2014 portant code de l’électricité pour réprimer la fraude sur l’électricité en ces articles 59, 60, 61, 63 et 64. Allons-y pour quelques révélations des responsables de la CIE:  De nombreux cas de dépannage sont provoqués par la fraude exercée sur le réseau de distribution par les «revendeurs». Dans les quartiers huppés d’Abidjan, la fraude s’est sophistiquée avec la pose d’appareil de contournement du compteur dans l’installation intérieure de la maison. L’identification de ce type de fraude ne peut se faire que si la CIE peut avoir accès à l’installation intérieure : «Un mandat du juge est nécessaire pour avoir accès à l’intérieur de la maison pour perquisitionner les installations électriques intérieures», explique-t-on à la Sous-direction Rendement Distribution.

Avec ingéniosité, des branchements souterrains pour alimenter les équipements à forte consommation d’électricité sont réalisés ; des immeubles entiers sont en direct sur le réseau et les gérants proposent généralement aux locataires un prix de location intégrant la consommation d’électricité.

En survolant la capitale économique  ivoirienne, Abidjan (même sans drone), l’on s’aperçoit que des cours communes à Anono (Cocody), Koumassi Campement, Anoumanbo (Marcory) sont raccordées en direct sur le réseau et l’électricité qui est vendue par le propriétaire aux locataires. On y trouve des ateliers de confection en branchement direct; des locaux de fabrication de glace avec des dizaines de congélateurs raccordés en direct sur le réseau sans compteur. L’illustration éloquente de la fraude à grande échelle reste tout le quartier précaire de Boribana  au pied de l’ancien poste de l’ONUCI. Il est alimenté à du courant anarchique, c’est le chao. Un peu au sud d’Abidjan à Gonzagueville, aux quartiers Jean Folie ou Adjouffou dans la commune de Port-Bout, les ménages sont servis en plénitude au courant parallèle. A Yopougon Micao ou le sous quartier Sicobois jouxtant le 16ème arrondissement de police, c’est l’inondation aux branchements anarchiques. Bingerville, bientôt confondue à Abidjan ou encore Man, Danané, Yamoussoukro la capitale politique  ivoirienne n’échappent pas à cette envolée de vol d’électricité.

«La fraude touche tous les quartiers, toutes les couches sociales de la société, autant les domiciles que les locaux professionnels. La fraude est devenue un fonds de commerce pour certaines personnes qui sont organisées pour percevoir de l’argent dans les quartiers moyennant une alimentation frauduleuse», explique le Sous-directeur Sekongo. Des réseaux mafieux sont constitués dans certains quartiers et menacent les personnes qui veulent avoir un abonnement normal à la CIE. «Ces réseaux raccordent les usagers aux réseaux sans poser de compteurs et encaissent chaque fin de mois entre 3.000 et 10.000 F.CFA en fonction du quartier et des équipements».

Le taux de fraude à Abidjan est de l’ordre de 30% à 40% avec une part importante pour, «les branchements directs avec ou sans compteur; les récupérations de neutre ; les manipulations de compteurs».

DES OPÉRATIONS PARFOIS TRÈS RISQUÉES

Les travaux de contrôles sont très sujets à des attaques pendant les opérations. «Nous avons enregistré plusieurs attaques, lors des opérations de contrôle qui ont entraîné des blessés au niveau CIE tout comme au niveau de la gendarmerie. A cela s’ajoute les dégâts matériels au niveau des véhicules. Le collaborateur Sangaré Doh  a subi une opération chirurgicale au niveau de l’œil suite à une attaque à Marcory Anoumabo. Il a été hospitalisé sur plus d’un mois dans  une   clinique. Son véhicule a enregistré des fissures sur les pare brises». Un  collaborateur Yapi Taya Elvis a reçu un projectile au niveau de la joue et a été hospitalisé sur plus deux (2) semaines dans la même clinique. L’agent Diomandé Aboubakar, lui, a  reçu un violent coup au visage, lors d’un contrôle et a été hospitalisé.

Un autre, Coulibaly Tora a été agressé à l’arme blanche à Grand Bassam. Les éléments des forces de  l’ordre ne sont  pas épargnés ; un gendarme de la Brigade de Sécurité est blessé au quartier Paillet Adjamé. Un autre de l’escadron mobile est blessé au carrefour Diallo précisément à Abobo derrière rail. Que dire, le Sous-Directeur Contrôle Rendement, lui  a été attaqué à quatre (4) reprises, depuis 2016 à domicile avec la montée des descentes musclées dans  les quartiers  pour  contrôle.

LA RÉPRESSION

Les fraudeurs devront se tenir avertis avec l’article 53 : Quiconque exerce les activités de production, de transport, de dispatching, d’importation, d’exportation, de distribution, de commercialisation du secteur de l’électricité…est puni d’amendes et d’emprisonnement. Les peines sont portées au double en cas de récidive. Avec l’article 59 : Quiconque, pour son propre compte, vole de l’électricité, c’est-à-dire réalise une connexion clandestine et/ou frauduleuse au réseau électrique d’un opérateur, effectue toute manipulation illicite des équipements de comptage de l’énergie électrique ou utilise tout procédé visant à réduire en partie ou en totalité le comptage de l’énergie électrique effectivement consommée, est puni d’un emprisonnement de 1 à 5 ans et d’une amende de 10 000 000 à 50 000 000 FCFA. La tentative est punissable.

ARTICLE 60 : Quiconque, au profit de tiers et moyennant rétribution ou non, réalise une connexion clandestine et/ou frauduleuse au réseau électrique d’un opérateur, effectue toute manipulation illicite des équipements de comptage de l’énergie électrique ou utilise tout procédé visant à réduire en partie ou en totalité le comptage de l’énergie électrique effectivement consommée, est puni d’un emprisonnement de 1 à 5 ans et d’une amende de 20 millions à 100 millions FCFA. La tentative est punissable.

Est constaté  immédiatement : la cessation immédiate de la fourniture de l’énergie électrique, le paiement des frais de constat, le paiement des frais de coupure et de rétablissement ainsi que le rappel de consommation et/ou de prime fixe. Les modalités de gestion des amendes et des pénalités sont déterminées par voie réglementaire.

LA SOUS-DIRECTION RENDEMENT DISTRIBUTION DANS  L’ACTION

Sa mission principale est l’éradication totale de la fraude pour une amélioration pérenne du ratio de facturation. Et qui passe par la maîtrise de l’énergie livrée en vue d’améliorer le ratio de facturation. Et de mettre fin à l’activité du vol et commercialisation d’électricité illicite dans les quartiers péri urbains et ce, par l’application du code de l’électricité. Procéder au démantèlement des réseaux frauduleux construits par les revendeurs pour alimenter leurs receleurs. La  surveillance des réseaux des fraudes des quartiers péri urbains déjà démantelés en vue d’éviter la reprise de la fraude. En somme mettre fin au vol d’électricité dans les quartiers et améliorer la facturation et le recouvrement du crédit branchement PEPT. En encaissant le manque à gagner pour chaque fraudeur d’électricité désirant d’opter pour une résolution amiable. Facturer et recouvrer les dommages validés par les juges, lors des jugements des fraudeurs n’ayant pas opté pour l’amiable.

RÉSULTATS DES OPERATIONS

En 2018 : l’arrestation de 3 731 dont :162 Revendeurs; 2.472 receleurs,1087 Clients ;10 Agents CIE. 2 409 cas réglés à l’amiable; 1322 cas jugés  avec 242 condamnations avec sursis et 578 condamnations à la peine de prison fermes.

Fin avril 2019 : l’arrestation de 1.946 fraudeurs dont 26 revendeurs, 510 receleurs (fraudeurs non abonné à CIE) et 656 clients CIE. Avec 601 cas réglés  à l’amiable, 418 dossiers en instruction, dont 173 Judiciaires, 48 libérés,  64 Condamnations (Surcis) 40 condamnations (ferme), 21 en cours de jugement et 321 recouvrement PEPT constate M.  Sekongo Tannignigui, Sous-directeur Rendement Distribution, lors de nos échanges.

MAI 2019 CONDAMNATION DU REVENDEUR  KARAMOKO ADAMA, AVEC SES COMPLICES DONT UN AGENT CIE ET UN GENDARME 

Des résultats  probants de la lutte contre la fraude sur l’électricité menée par les hommes de la Sous-direction rendement distribution. En mai 2019, un revendeur, ses complices et 1 agent CIE condamnés à 12 mois ferme et le gendarme écope de 5 ans ferme.

C’est qu’une  opération, du 31 mai 2019 à la Direction Régionale Abobo a permis d’interpeller: Karamoko Adama. Il est auteur de la réalisation des réseaux de fraude et en fait la commercialisation à plus d’une cinquantaine d’individus. 22 receleurs du revendeur Karamoko Adama. Ces faits ainsi établis et confirmés par les  travaux de vérifications des contrôleurs de la Sous-Direction Rendement Distribution ont constitué une violation des articles 59  et 60 de la loi du code de l’électricité. Conformément aux dispositions pénales de la loi portant code de l’électricité, Karamoko Adama et ses receleurs ont été conduits à la brigade de gendarmerie pour répondre de leurs actes. Interrogés à la brigade de recherche, les 22 receleurs n’hésitent pas à signifier que c’est le sieur Karamoko Adama qui leur livre l’électricité moyennant des montants variable d’un receleur à un autre.

Karamoko Adama  reconnait les faits tout en indiquant qu’il a deux complices qui le protègent dans son activité de vol et commercialisation de l’électricité. Il  donne 220 000 francs CFA à chacun des complices ajoute-t-il. Ces complices ont pour rôle de lui donner des informations afin d’éviter son interpellation par les équipes de la Sous-Direction Rendement Distribution.

Et là,  ses complices sont,  à la stupéfaction de tous, un agent CIE Koffi N.J. de zone d’Abobo et le  gendarme Mdl A.H. de la brigade de sécurité de la brigade de gendarmerie nationale. Interrogés, les deux complices reconnaissent les faits à la brigade de recherche et sont aussitôt  gardés à vue. Les receleurs ont tous soldés les factures de la fraude à la caisse CIE et ont recouvré la liberté. Quant au revendeur Karamoko Adama et ses deux complices ils seront déférés à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan, le 7 juin 2019.

Ils comparaîtront  à l’audience du 18 juin 2019, mais l’audience sera renvoyée, au jeudi 20 juin 2019. Le Tribunal après en avoir délibéré conformément à la loi, a décidé ce qui suit: déclare les prévenus coupables des faits qui leur sont reprochés. En répression, condamne le Mdl A.H. à 5 ans d’emprisonnement ferme et 5 millions de FCFA de dommages et intérêt. Condamne le revendeur Karamoko Adama et l’agent CIE Koffi N.J. à 12 mois d’emprisonnement ferme chacun et 2 millions de FCFA de dommages et intérêt pour  chacun des complices.

Une satisfaction totale à  la CIE qui semble être engagée dans la bonne trajectoire face  à la fraude de l’électricité. Un message envoyé aux fraudeurs. La traque se  poursuit pour mener à bien l’opération d’assainissement du réseau électrique qui cause un important préjudice financier à la compagnie, à l’Etat et aux consommateurs.

 Un combat intérieur reste tout de même à mener, car le réseau des fraudeurs trouve une oreille alerte dans la complicité interne à la CIE. Des résultats significatifs avec le commando de la Sous-direction Rendement Distribution…Le coût de l’électricité est-il élevé pour les ménages ivoiriens ? La lutte contre la fraude de l’électricité est loin d’être gagnée…La CIE s’engage !

HERVE MAKRE

© 2019, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com