Activité gouvernementaleArt & CulturePolitiqueUrgences

Crise au BURIDA ce n’est pas encore fini: Attention au remaniement annoncé-l’audit une patate chaude dans les mains du ministre Bandama Maurice

  • Bandama Maurice a-t-il des problèmes avec la loi?

Un beau  scénario d’une série hollywoodienne ! C’est ce qui est vu, depuis le début du feuilleton de ‘‘CRISE AU BURIDA’’. Un film avec des rebondissements incroyables et des acteurs  à l’imagination très fertiles pour se sortir de situations compliquées. L’épisode qui capte à l’heure actuelle reste la dernière sortie du ministre Maurice Bandama. Un acteur clé de ce feuilleton par un communiqué, a lancé la suspension u PCA Sery SYLVAIN et la DG Assa Irène VIEIRA, ce qui en dit long et sonne comme un aveu de culpabilité. Mieux, de fragilité  constatés par tous les observateurs de cette crise. Cette décision tranche avec toutes les professions de foi du ministre pour sa transparence et son équité dans la gestion de cette crise. Décrytage.

UNE ODEUR DE REMANIEMENT PLANE ET SOUFFLE

L’on croyait la série à sa fin avec la publication de l’audit qui doit mettre tout le monde d’accord sur la bonne gestion du Bureau ivoirien du droit d’auteur par l’ex-directrice générale Mme Irène VIEIRA Assa. C’est à ce niveau que se trouve le débat. Après l’échec programmé de la première tentative de restitution des synthèses de l’audit, le ministre a décidé de lever tous les préalables du Collectif d’Artistes pour le Changement du Burida (CACB) et du Président du Conseil d’administration-PCA qu’il trouvait pertinents et justifiés avant de convenir d’un autre rendez-vous pour la restitution de l’audit. Les conditions posées étaient «la publication sans délai, de l’intégralité des conclusions de l’audit sur la gouvernance du BURIDA fait par le cabinet Mazars sous la supervision de l’Inspection Générale de l’Etat», selon le porte-parole du CACB Fadal Dey.

Quand, le lendemain, contre toutes attentes prenant de cours partenaires et adversaires l’on apprend par voie de presse, la suspension du PCA SERY Sylvain et du DG Madame Viera Irène.

Quelles sont les raisons qui peuvent motiver une décision aussi brusque qu’inattendue ?

Est-ce pour éviter à madame Viera  des poursuites judiciaires ?  Le ministre après avoir parcouru les conclusions de l’audit s’est il rendu compte que les fautes commises par sa protégée étaient plus graves qu’il ne l’imaginait? Le ministre de la Culture et de la francophonie se reproche-t-il quelque chose? Est-il lui aussi accablé par l’audit qu’il tient en main comme une pate chaude ? Tout  porte à le croire. Car, visiblement, le ministre à perdu sa sérénité depuis qu’il à reçu copie de l’audit.

Badama Maurice est il au dessus des lois ?

Les contradictions du Ministre ! Pris à son propre piège il se fourvoie et se dévoile au grand jour

Pour l’artiste Danielle Logou-DAN LOG, beaucoup d’interrogations entourent son communiqué relatif aux suspensions prononcées : «Quelle est la motivation de ces suspensions puisque, les conclusions de l’audit ne sont pas connues? Si elles sont connues et qu’elles accablent la DG, à quel besoin répond la suspension du PCA? Quel mode de fonctionnement pour le Dg par intérim? La  double signature sera-t-elle appliquée? Chose plus grave et révoltante, vous suspendez le payement des DEP (droits d’exécution publique). Pouvez- vous interdire l’utilisation de nos œuvres par les espaces sonorisés pendant la suspension? Pourrez-vous faire payer des droits rétroactifs par ces usagers après cette suspension? Nous voulons juste comprendre. Vous voulez faire une omelette sans casser les œufs. Encore une autre ruse! », DAN LOG

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La seule alternative c’était de sacrifier le PCA par un acte en contradiction flagrante avec les textes qui régissent le BURIDA. Il n’existe aucune disposition qui donne compétence au Ministre de suspendre le PCA même en cas de fautes lourdes constatées. Même si c’était le cas, que reproche-t-on exactement au PCA SERY Sylvain ?

Mieux, l’article 49 du décret de 2015 relative à la surveillance administrative reconnu au ministre de la culture dispose que : «Si l’autorité de tutelle constate des irrégularités, elle interpelle l’organe en cause et lui fait injonction de corriger les irrégularités constatées. En cas de persistance desdits irrégularités, le ministre de la culture saisit les institutions judiciaires pour prendre des mesures appropriées». Le ministre connait-il vraiment les textes du BURIDA ? Ou est-ce une volonté délibéré de se séparer d’un collaborateur qui en sait trop devenu gênant ?

Joint par téléphone pour savoir ce qu’il entend faire pour faire respecter les textes, Le Président du Conseil d’Administration Sery Sylvain nous répond qu’il fait entièrement confiance au Ministre pour revenir sur sa décision. Le Ministre étant hors du pays, il ne peut rien entreprendre et appelle tous les artistes au calme et à la sérénité. La directrice générale a déjà procédée à la passation des charges avec l’intérimaire  nommé par le ministre qu’elle n’oubliera pas de remercier pour son acte .

le ministre Bandaman Maurice

La démission du ministre peut être légitimement réclamée

«Notre Ministre Bandama Maurice pris en flagrant délit d’enfreindre les textes régissant notre institution doit démissionner. Il vient de sacrifier le peu de crédit qu’on lui accordait, On l’attend» ont  déclaré certains d’artistes en marge des rencontre du Collectif des artistes pour  le changement  au Burida. Tous les artistes attendent ses prochaines décisions.  L’ensemble des artistes de  côte d’ivoire qui s’empoignent pour des intérêts divergents sont néanmoins d’accord sur une seule chose : la décision du ministre est illégale et injuste relative à la suspension du PCA du Burida. Même s’il à le pouvoir de démettre madame Vierra Irène, seuls les audits devaient nous situer sur l’étendu de sa responsabilité et elle doit répondre de ses actes. Pourquoi alors  se précipiter pour la suspendre ? S’interrogent d’autres.

Le mot suspension signifie, interdiction temporaire, par mesure disciplinaire d’exercer une activité ou une profession. Cela veut dire aussi mettre à plus tard. Donc,  il est clair que le ministre n’a posé aucun acte pouvant régler la crise du Burida. Il dit avoir pris cette décision en accord avec le gouvernement. Dans le communiqué du conseil des ministres, paru le même jour de son annonce, nulle part il n’est mentionné une décision au titre du ministère de la culture. Cela veut dire que ce communiqué du ministre de la culture est un mensonge!

Le Dg du Burida est nommé par décret sur proposition du ministre selon les textes. Sa révocation doit se faire par le même procédé, c’est à dire, un décret dûment signé par les mains du président de la république. Les artistes ont-ils obtenu la révocation de la DG Irène Viera? Le PCA est suspendu alors qu’élu par ses pairs administrateurs eux-mêmes élus par l’assemblée générale, organe suprême du Burida Il y a quelques choses qui clochent!

«Assurément cette décision du ministre semble cacher beaucoup  de choses. Nous ne pouvons que nous interroger. Le ministre est très attendu sur ses prochaines sorties car il joue aussi sa survie dans ce ministère. Qu’il rétablisse la justice et la vérité comme il l’a promis pour ramener le calme dans son département».

Des bruits font état d’un remaniement imminent! Suivez mon regard.

MIKE LEGEANT & HM

© 2019, herve_makre. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com