Activité gouvernementaleActualitéEconomie & FinancesPolitiqueSociétéUrgences

Côte d‘Ivoire-inédit: Le préfet d’Abidjan Vincent Toh Bi Irié imprime une gestion révolutionnaire de l’administration, découvrez 

VINCENT TOH BI IRIE PRÉFET LEDEBATIVOIRIEN.NET

ParHM

Alerte sur la gestion des crises

Son cri devant les enfants abandonnés à Abidjan à la pouponnière de Yopougon

Visites aux victimes, aux transporteurs, à la chefferie, aux artistes etc., un administrateur très présent aux cotés des populations qui communique son secret et sa vision. «Partager des moments de rires, partager des repas, se faire des accolades, regarder les prestations artistiques traditionnelles est un autre moyen d’administration de proximité, qui permet de découvrir l’humanité tapie en chacun de nous». Une semaine d’intenses activités avec le préfet Vincent Toh Bi Irié. Accrochez-vous !

Il donne des tournis à toute son équipe de part le déploiement d’énergie! Il multiplie les actions qui vont de la sensibilisation au soutien et à l’interpellation. Des transporteurs aux ménages, en passant par des administrateurs aux populations, tout le monde est emporté par la vague décisive du contact du préfet d’Abidjan, Vincent Toh Bi Irié. Campagne terrain dans la lutte contre la dengue qui menace les ménages, recadrage de la jeunesse et des transporteurs dans la cité, à la prévention de conflits, aux visites en situation de détresse avec la dernière en date notée, la famille éplorée de l’artiste Arafat Dj, l’intensité dégagée cette semaine écoulée par le gouverneur d’Abidjan laisse émerveiller plus d’un observateur.

Préoccupé par les dégâts du gaz butane

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce lundi 26 août 2019, il est annoncé dans la commune de Yopougon à la rencontre des populations suite aux événements tragiques avec l’assassinat d’un gendarme dans ladite commune. Mais déjà, préoccupé par la situation de la mauvaise manipulation croissante du gaz butane entraînant des explosions et incidents dans les ménages, le vendredi 23 août dernier, il était face la haute hiérarchie de la région des lagunes de la Gendarmerie, des Sapeurs Pompiers et de la Police. Et ce, pour une  concertation à l’effet d’examiner tous les aspects de la question. «Des opérations de sensibilisation et de répression seront mises en œuvre dans quelque temps dans le Département d’Abidjan. D’ici là, prudence dans l’usage du gaz butane et approvisionnez-vous auprès des revendeurs agréés», annonce-t-t-il.

Il en a profité pour faire un bilan des sinistres dus aux explosions et incendies causés en  2019 par le gaz butane avec des décès et blessées graves. C’est le cas à  Attécoubé où  en Juin dernier 7 personnes d’une même famille ont péri dans un seul incendie. Le Groupement des Sapeurs Pompiers Militaires (GSPM) a effectué de nombreuses interventions liées à ces accidents : 51 cas en 2017 ;  57 en 2018 ; 25 au 22 août 2019.

Lire aussi :  ABIDJAN JEAN KOUASSI ABONOUA DANS LES DÉTAILS DE SA RÉVOLTE CONTRE BEDIE

Les explosions et incendies constatés, selon les experts sont dus, au transvasement illicite de gaz butane dans des magasins clandestins ; aux mauvaises manipulations et circuits défectueux ; au transport non réglementé des bouteilles de gaz butane, mais aussi à  l’utilisation du gaz comme carburant de véhicule. « Étant entendu que les accidents de ce type arrivent le plus souvent à l’occasion des fêtes d’année, il convient d’anticiper sur la prévention et la répression», Vincent Toh Bi Irié .

Devant les enfants abandonnés à Abidjan: Richard, un garçon adorable hélas !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La veille, le jeudi 22 août, il rendait une visite à la Pouponnière de Yopougon, une des structures sous sa coordination administrative. Avec 90 pensionnaires, allant de 6 jours de naissance à 44 ans de vie, tous abandonnés. Et là, il constate effectivement qu’elle accueille des bébés et des enfants abandonnés dans les rues et les poubelles. Une triste réalité malheureusement. Peuvent également y être recueillis certaines catégories d’enfants du fait de la vie de leurs mères incarcérées, toxicomanes, malades mentales, démunies, violentes ou décédées.

Il y apprend que ces enfants peuvent être adoptés au niveau national ou international. «Souvent, certaines familles, regrettant leurs actes, reviennent chercher leurs enfants abandonnés». Cependant les enfants handicapés sont abandonnés à leur sort, personne ne voulant d’eux. Un cas émouvant a été touché du doigt par le préfet Vincent Toh Bi Irié. Celui de Richard, arrivé à la pouponnière après quelques jours de naissance en 1975, il est aujourd’hui âgé de 44 ans. «Un garçon adorable, enthousiaste et volontaire qui travaille à la gestion des stocks à la pouponnière. J’ai été particulièrement ému à écouter chanter Jonas, handicapé mais admis en classe de 5ème. J’ai adoré la bonne humeur de Samson et ses frères, trois enfants abandonnés en même temps par leur mère au quai fruitier au Plateau. J’ai écouté les rires des Jumeaux Fofana, abandonnés par leur mère. J’ai tenu dans mes bras Jean Jacques, un bel Ange de 1 an, beau comme tout. J’ai pomponné Amina et Josée, abandonnées par leur mère parce qu’elles sont handicapées motrices incapables de s’asseoir. J’ai écouté le vacarme berçant des enfants insouciants et heureux comme des oiseaux. Mais j’ai senti mon cœur saigner de voir des enfants de Dieu rejetés par leurs familles». Ainsi parle le cœur du gouverneur,  Vincent Toh Bi Irié.

Son  appel pour la pouponnière de Yopougon : Aidez-nous !

«Apportez nous de la nourriture dont vous ne voulez plus. Donnez nous des habits que vous ne portez plus. Offrez nous des médicaments. Nous avons besoin de matelas, de lits, de draps. Ayez pitié de nous, prenez en charge les examens médicaux de nos enfants. Donnez nous des pots de peinture et des peintres pour redonner vie à notre espace. Soyez généreux avec du matériel de nettoyage. Sponsorisez nos travailleurs. Jetez chez nous toutes vos bricoles et vos jouets dont vous ne voulez plus. Artistes, venez nous offrir de petits concerts gratuits. Un jeune homme handicapé pensionnaire de 15 ans m’a dit : “On sait que DJ Arafat est mort”; et moi de lui demander “pourquoi ?” et il me répond : “Facebook l’a tué”! Je vous prie à genoux, venez nous apporter votre amour à la pouponnière de Yopougon. Venez nous rendre visite. Venez partager quelques minutes avec nous. Venez nous offrir ce que nous ne pouvons jamais acheter : votre sourire ».

Lire aussi :  MISS IVOIRE CULTURE 2018 : LA PHASE CULINAIRE A EU LIEU SAMEDI 24 NOVEMBRE A ANGRE

Puis aux cotés des victimes d’Abatta

Le préfet d’Abidjan Vincent Toh Bi Irié

Cet élan de solidarité et de compassion a conduit également, le mercredi 21 août, le préfet d’Abidjan, Vincent Toh Bi Irié, dans le village d’Abatta. Présentant ses condoléances aux familles, qui inhumaient, quelques victimes de l’intoxication qui a coûté la vie à plusieurs personnes dans ‘‘l’affaire du koutoukou’’ (boisson traditionnelle alcoolisée non contrôlée) en juin 2019, il indique: «Nous en avons profité pour expliquer aux villages, les conclusions de l’analyse toxicologique et pour rappeler les mesures de prudence quant à la consommation de l’alcool non réglementé».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans la gestion sécuritaire des obsèques de Dj Arafat

Vincent Toh Bi Irié, le lundi 19 août s’est impliqué pleinement dans l’organisation des obsèques de DJ Arafat avec une  réunion à la Préfecture de Région d’Abidjan. Il s’est entouré de toutes les forces de sécurité, les pompiers, l’ONPC, la SODECI, la CIE, La Croix-Rouge, le SAMU, le District et les Communes d’Abidjan. Les organisateurs des obsèques de l’artiste ont été exceptionnellement invités à l’effet de fournir toutes les informations précises permettant à l’Administration de faire face à la sécurisation, le secours et l’assistance aux populations qui se déplaceront pour la cause.

C’est que depuis les événements, de janvier 2013 au cours desquels plusieurs dizaines de jeunes ont perdu la vie dans des bousculades au Plateau, la Préfecture d’Abidjan a mis sur pied un Poste de Commandement Fixe qui assure le suivi et l’encadrement de tous les événements attirant un grand monde. Et ce sera le cas de l’hommage à l’artiste, le  vendredi 30 et le samedi 31 août dans la capitale économique ivoirienne. 

Dans la gestion de conflits villageois- Abobo-Baoulé et Bahouakoi

Anonkoua Kouté, Abatta, Mpouto, Mbadon, Petit Cocody- une belle ronde des villages

Lire aussi :  Livres-Geoffroy-Julien Kouao revient avec : «Et si la Côte d’Ivoire refusait la démocratie ? » à  lire absolument

Le vendredi 16 août 2019, aux environs de 17 heures 30 minutes, des tensions dans le village d’Anonkoua Kouté traversé, depuis 2015 par des rivalités d’origines diverses ont conduit à des bagarres rangées entre générations du village. Avec l’intervention de la Gendarmerie Nationale, l’ordre revient. Il est aussitôt saisi. Le mercredi 21 août,  il y effectue  une visite. «Nous sommes allés sur le terrain pour écouter les différentes parties et enclencher un processus de résolution de ces crises. Dans le même élan, en compagnie de la Police Nationale qui assure la sécurité des villages dans les périmètres communaux, nous avons fait le tour de 4 autres villages relativement plus calmes à l’effet de socialiser et de partager des moments de bonne humeur. Ce n’est pas seulement lorsqu’il y a des problèmes qu’il est nécessaire de rencontrer les villages» fait savoir le gouverneur d’Abidjan.

Avec la même force de contrer et contenir  les conflits fonciers récurrents, le Préfet Vincent Toh Bi Irié tenait une importante réunion, le lundi 19 août. Il est face  à une des grandes problématiques dans la gestion du Département d’Abidjan qui demeure la question foncière. Avec son, corollaire  de conflits de toutes natures aux  conséquences sociales dévastatrices, au delà des impacts sécuritaires et administratifs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il explique que des individus qui utilisent leurs épargnes pour acquérir des terres se trouvent ruinés du fait des conflits  fonciers et surtout de leurs implications judiciaires. «Le conflit ouvert entre Abobo-Baoulé et Bahouakoi sur un lotissement de plus de 280ha dans la Commune de Cocody doit aboutir à une solution négociée et acceptée par tous» éclaire-t-il. Et ce, afin d’éviter que des citoyens qui ont fait des acquisitions ne soient pris dans le feu des recours judiciaires de l’une ou l’autre partie. La multiplication des rencontres avec les populations soutenues par son implication dans le règlement des litiges seront l’ultime gage d’apaisement.

Que dire, être sur le terrain loin de son siège douillet : le 16 août 2019 aux cotés des scouts africains, les 19, 20, 21, 22 et 23 entre réunions ou visites pour, ce lundi 26 août à Yopougon (avec l’assassinat d’un gendarme), le préfet d’Abidjan Vincent Toh Bi Irié imprime une autre vision de la gestion de l’administration publique. On dit merci qui pour ce rythme!

Par HERVE MAKRE

© 2019, herve_makre. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com