Activité gouvernementaleActualitéPolitiqueUrgences

Meeting Pdci/ Fpi-les  militants:«Nous ne devons pas rester en état de belligérance….pour sauver notre pays»

KAKOU Guikahue parle de Gbagbo LEDEBATIVOIRIEN.NET

Le PDCI et le FPI s’activent  pour réussir  leur  premier test de  la mobilisation, ce samedi 14 septembre à Abidjan. Une délégation du Front populaire ivoirien (Fpi) avec à sa tête, Marie Odette Lorougnon, vice-présidente, chargée de la mobilisation et composée, Ahité Kouassi Noël (son directeur de cabinet), Ouraga Eugénie, Secrétaire générale chargée de l’Ecole, Mah Siaba (chef de cabinet) et du chargé de communication, l’écrivain Gala Kolebi, a été reçue à la Permanence du Pdci-Rda du Plateau, en fin de journée, mercredi 11 septembre. Au menu, préparation du meeting du Pdci-Rda et du Fpi du 14 septembre 2019 au Palais des sports de Treichville d’Abidjan.

Marie Odette Lorougnon en sa qualité de présidente de la commission Mobilisation de ce meeting a lancé un message de remobilisation des militants du Plateau : «Le Pdci et le Fpi sont debout pour braver l’ennemi. Nous sommes venus pour préparer un grand événement et lancer un message à toute la Côte d’Ivoire. Il fallait que la Côte d’Ivoire se retrouve au moment où elle est en train de nous échapper. C’est pourquoi, les présidents Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo se sont donné la main. Ce n’est pas cette Côte d’Ivoire que Félix Houphouët-Boigny nous a laissée. Aujourd’hui, il y a l’insécurité partout. Nos frontières sont ouvertes et tout le monde entre ou fait n’importe quoi. Les présidents Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo se sont donné la main pour sauver la Côte d’Ivoire ». un message appréciés par les cadres du Pdci du Plateau, Yeboué Angoua, (délégué communal), Amian Antoine, secrétaire général de section nord, Mme Kokola Cécile, présidente de l’Ufpdci et Brou Gerald, coordonnateur Jpdci du Plateau.

«Les palabres, on les faits à un moment et après on s’arrête. Et c’est ce que l’ainé Bédié et son jeune frère Gbagbo ont fait. A un moment donné, le leadership doit s’arrêter. Notre Côte d’Ivoire est malade. Et nous sommes des exécutants. Ce que nos chefs disent, c’est ce que nous faisons. Et ils ont décidé que nous allions à un meeting commun. Il n’y a que ces deux enfants, Bédié et Gbagbo, qui peuvent la sauver. Nous sommes deux grands partis politiques en Côte d’Ivoire. Et je pèse bien mes mots. Après ce meeting, beaucoup de choses vont changer. Nous savons tous ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire. Mais nous ne devons pas rester en état de belligérance. Nos yeux sont ouverts. Les yeux de la communauté internationale doivent rester rivés sur la Côte d’Ivoire le jour du meeting. Nous devons leur montrer que nous pouvons aller au-delà de nos divergences. La Côte d’Ivoire nous appelle pour la sauver. Notre identité, notre nationalité demandent que nous sauvions la Côte d’Ivoire », conclu la dame du FPI.  Il aura par la suite des échanges entre militants Pdci et Fpi du Plateau autour de la nouvelle alliance pour  sortir la Côte d’Ivoire des affres de la division.

Les indicateurs en matière de gouvernance en Côte d’Ivoire étaient  au rouge en 2011 : taux de pauvreté à 51 % ; croissance économique négative (-4,2 %) ; Indice de Développement Humain (IDH) à 0,40/1 ; Indice de sécurité à 3,9 en 2012 (selon l’ONU) ; instabilité politique avérée, etc. En 2019, ils sont globalement passés au vert, avec le recul de la pauvreté à 46,3 % (2015) ; un taux de croissance économique moyen à 8,6 %, depuis 2012 ; l’IDH passé à 0,74 ; l’Indice de sécurité à 1,1 en mai 2019 ; l’accessibilité accrue des populations à l’eau potable (81 %)…

Grace Ozhylly

© 2019, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com