Activité gouvernementaleActualitéArt & CulturePolitiqueSociété

Côte d’Ivoire-Inconcevable : ‘‘On ne comprend plus rien dans ce pays”-La rentrée des classes, un véritable calvaire

Education avec kandia camara difficile LEDEBATIVOIRIEN.NET

INCONCEVABLE! LE GOUVERNEMENT  IVOIRIEN A DÉCIDÉ DE MAL TRAITER LA QUESTION DES  FRAIS DES COGES APRES L’INSCRIPTION EN LIGNE QUI LUI REVIENT  DIRECTEMENT

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Brou Félix, parent d’élèves, est à bout du souffle. Fatigué par le poids des charges de ses six enfants. ”J’ai 6 enfants du primaire jusqu’au supérieur. Je dois assurer tous, leur rentrée scolaire. Or, maintenant tout est payant, même au public. C’est de l’argent ! Je suis fatigué. C’est un peu trop.” Aman Jeanne mère de trois enfants écoliers, pour sa part se plaint de l’inscription en ligne qui selon elle menace tous des calculs. ” Sincèrement je ne comprends pas pourquoi il faut inscrire en ligne et encore inscrire à l’école où trouver tout cet argent-là ? D’ailleurs même inscription en ligne là même c’est quoi eeeh ! On ne comprend plus rien dans ce pays-là. Et le gouvernement  ne fait rien pour  contrôler les frais  que  les parents  paient dans les écoles, après  l’inscription en ligne. Ce n’est  pas  normal ».

Notre équipe a fait le tour des marchés de fournitures scolaires, c’est du même au pareil. Parents d’élèves, administrateurs scolaires, vendeurs d’effets scolaires, élèves et tuteurs tours crient au rythme de la misère.   Depuis la rentrée des classes en début du mois de septembre. Les établissements sont encore presque déserts. Pas assez d’élèves qui se sont inscrits pour la reprise effective des cours. Beaucoup de parents ne sont pas encore vraiment prêts pour les frais de la scolarité. Ils évoquent les mêmes raisons qui occasionnent ce retard. Les vendeurs sont découragés parce-que rien ne marche raconte Abou T. Il accuse directement les administrateurs de concurrence déloyale. ” Les directeurs et enseignants nous empêchent de gagner un peu aussi. Eux même,  ils vendent maintenant toutes les fournitures dans les écoles. Alors qu’est-ce que nous devenons, nous autres ? C’est désolant, je vous assure.”

Quant aux élèves, ils sont impatients de regagner les classes  mais ”c’est dur”, indique Kouassi Armeline Grâce, élève en 3e. Elle attend que ses parents réagissent financièrement avant sa reprise des cours. Mais elle s’inquiète pour les études. ” Je passe en 3e et  je n’ai pas encore repris les cours, j’aurai les difficultés vers la fin de l’année. Je ne voudrais pas que cela arrive. C’est pour cela que je veux vite aller à l’école”.  Pour Gédéon Ziga, c’est plus fort que lui, même avec le Bepec en ppoche, il reprend sa classe. Mais jusque-là il ne sait pas encore inscrit même pas en ligne.” je ne sais pas encore si, cette année même j’irai à l’école. Mon papa n’est pas prêt pour moi. Il veut d’abord payer les fournitures de mes petits frères. Il n’est pas content que je reprenne ma classe alors il veut me laisser tomber. Sincèrement la rentrée de cette année-là, on ne comprend pas. Il n’y a rien”.

Les tuteurs quant à eux refusent de recevoir les enfants pour manque de moyens financiers et de nourritures. M. Kofi koffi. ” Moi cette année-là je ne peux prendre enfant de quelqu’un chez moi. Il y’a trop de problèmes d’argent d’abord et puis, il n’y’a pas de nourritures. Les parents viennent déposer leurs enfants chez les gens, mais ils ne reviennent plus voir si l’enfant va bien ou s’il mange bien ou pas. Ils les abandonnent carrément jusqu’à la fin des classes. Alors cette année, je ne suis pas prêt pour accueillir un élevé ici». Dure réalité des parents en Côte d’Ivoire en cette rentrée des classes 2019-2020

Par H.L.K.

© 2019, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com