Activité gouvernementaleActualitéEconomie & FinancesSociétéUrgences

Côte  d’Ivoire: l’UE  entend garantir la transparence dans l’exploitation forestière avec l’implication active de la société civile

La plateforme des ONG OI-REN (observatoire ivoirien pour la gestion durable des ressources naturelles et IDF (initiative pour le développement communautaire et la conservation de  foret »ont procédé conjointement ce jeudi 19 octobre à Abidjan au lancement de deux projets d’appui et de renforcement des capacités de la société civile dans le cadre du programme UE-FAO-FLEGT. C’était au cours d’un atelier présidé par le  directeur du cabinet Adjoint  du ministre des eaux et forêts le colonel MEH et en présence de l’ambassadeur de la république d’Angleterre que cette double cérémonie de lancement a eu lieu dans un hôtel de la riviera 2.

Le premier projet  intitulé « appui à la consolidation des acquis juridiques de la société civile relatifs à la transparence, l’accès à l’information et à la mise en place d’un système national, efficace et opérationnel d’observation indépendante des forêts en CI. » il est mis en œuvre par L’OI-REN dirigée par Monsieur Doumbia et chef de ce projet. Le deuxième projet « appui au développement et à la mise en œuvre d’une stratégie d’observation indépendante dans les périmètre d’exploitation Forestière en CI » est piloté par IDF (initiative pour le développement communautaire et la conservation de la foret » est piloté par monsieur Anderson Manfei et bénéficie d’un financement de 110 000 USD

Il faut retenir de la présentation des deux projets, la volonté de la communauté internationale à travers ce financement de la FAO, de voir la société civile mieux impliquée dans la gestion et la préservation  de la forêt en jouant pleinement son rôle d’observateur crédible et force de proposition alternative dans la politique forestière de la côte d’ivoire. Selon Monsieur DOUMBIA Président de l’OIREN, ces projets permettront  d’établir un cadre national crédible de l’observation indépendante forestière (OIF) de la société civile en Côte d’Ivoire avec  au moins une vingtaine d’ONG engagées à utiliser ce cadre national. Des formations sont prévues pour améliorer les performances techniques des ONG afin de leur donner  une bonne maîtrise de la conduite des missions d’observation indépendante.

Lire aussi :  Abidjan-Déchets toxiques : L’inédit délibéré de la Cour d’Appel conduit les victimes en cassation pour le rétablissement total de tous leurs droits

Il convient  de r appeler, selon les dernières estimations du ministère des eaux et forêts que la Côte d’Ivoire a perdu plus de 90% de sa couverture forestière, qui est passée de 16 millions d’hectares avant

l’indépendance, elle est passée  à 3,4 millions d’hectares en 2015 Les causes de ce recul drastique sont, entre autres : l’agriculture extensive, l’exploitation mal maîtrisée des forêts pour satisfaire les besoins en bois d’œuvre et en bois énergie, l’exploitation minière illégale, l’urbanisation et l’insuffisance de la capacité de la puissance publique à faire respecter sur le terrain les textes réglementaires devant protéger les forêts.  Pour relever le défi d’une gestion maitrisée, un nouveau code forestier vient d’être adopté. Une implication active des communautés rurales  et de la société civile  est nécessaire  et c’est à ces besoins que vient répondre la mise en œuvre de ses deux projets.

   MIKE LEGEANT

© 2019, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com