Activité gouvernementaleActualitéPolitiqueUrgences

Côte d’ivoire : pourquoi les fonctionnaires rejettent la couverture maladie universelle (cmu)

Réunies en assemblée générale ordinaire, le samedi 9 novembre 2019 à Yopougon , la coalition des syndicats du secteur public de Côte d’ivoire (CSSPCI)  a exigé la suspension de la couverture maladie universelle (cmu) . «Quand la population ne peut plus se soigner, cela veut dire qu’elle est en danger » a laissé entendre Yves Seri Désiré porte-parole  de la coalition.

L’assemblée générale a demandé qu’une marche se fasse sur la présidence de la république, la primature et dans les sous-préfectures de l’intérieur du pays. Selon Yves Seri, la couverture maladie est entrée en vigueur depuis le 1er octobre 2019. Les problèmes des fonctionnaires à se traiter ont débuté, le 18 octobre. «Il y avait un déficit criant de bons de la CNAM, caisse national d’assurance maladie, les médicaments n’étaient pas disponibles, les fonctionnaires avaient du mal à se faire recevoir par les médecins qui ne font pas partie du réseau de la CMU-MUGEFCI » .

Poursuivant son intervention,  il fait savoir qu’après une rencontre avec le président du conseil d’administration (PCA) de la MUGEFCI, celui-ci révèle que son panier de soins a diminué,  vu que 42 % des cotisations reviennent à la MUGEFCI et 58 % vont dans les caisses de la CNAM.

«Le directeur de la CNAM, nous a appris ne pas comprendre qu’il n’y avait pas de bons pour les pharmacies, alors que 70.000 bons ont été imprimés pour l’ensemble des 300.000 fonctionnaires. Si rien n’est fait pour améliorer les prestations de la CMU, nous allons observer des marches de protestation» a-t-il menacé.

Martial Tahou

© 2019, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com