Activité gouvernementaleActualitéPolitiqueUrgences

la Tribune de Geoffroy-Julien Kouao: “La ploutocratie n’est pas la démocratie”

La ploutocratie, c’est le pouvoir des riches exclusions faites des pauvres. Dans un système ploutocratique, seuls ceux qui ont de l’argent peuvent être électeurs ou candidats. C’est l’apologie du suffrage censitaire. Le cens prend tout son sens. On comprend alors Ernest Renan quant il écrit : « J’appelle ploutocratie un état de société où la richesse est le nerf principal des choses, où l’on ne peut rien faire sans être riche, où l’objet principal de l’ambition est de devenir riche, où la capacité et la moralité s’évaluent généralement (et avec plus ou moins de justesse) par la fortune. » La ploutocratie est donc un système politique ou un ordre social dans lequel la puissance financière et économique est prépondérante. C’est une dégénérescence du néolibéralisme. 

JULIEN KOUAO ET LA CEI LEDEBATVOIRIEN.NETEn instaurant dans son code électoral, le cautionnement de vingt millions de francs CFA  pour l’élection  du Président de la République et, deux millions pour l’élection des sénateurs, la Côte d’ivoire s’érige en un Etat ploutocratique. La richesse financière devient un critère d’intelligence politique. Par contraste, la pauvreté prend valeur de  délit politique.

La ploutocratie est une erreur à la fois théorique, sociale et politique. Théoriquement, le suffrage censitaire relève du suffrage restreint dont la caractéristique est d’exclure une partie de la population à partir de critères discriminatoires. Par exemple, le suffrage masculin qui exclut les personnes de sexe féminin. Le suffrage capacitaire qui refuse la qualité d’électeur et de candidat à ceux qui n’ont pas un niveau scolaire élevé. Le suffrage censitaire, lui, n’aime pas les pauvres. Seuls les riches peuvent êtres électeurs et candidats. C’est en réaction contre le suffrage restreint qu’est né le suffrage universel.

Lire aussi :  LE BURKINA REFUSE-T-IL L’AMBASSADEUR IVOIRIEN ? LE BRUIT COURT TOUJOURS

Le suffrage universel consacre une avancée politique importante. Avec le suffrage universel, les hommes et les femmes, les pauvres et les riches, les lettrés et illettrés peuvent êtres électeurs et candidats. Et l’article 52 de notre loi fondamentale du 08 novembre 2016 dispose que « le suffrage est universel, libre, égal et secret» De ce qui précède, sauf à renoncer à l’Etat de droit, l’article 55 du code électoral et l’ordonnance N°2018-143 du 14 février 2018 relative à l’élection des sénateurs sont anticonstitutionnels et devraient être soumis à la censure du juge constitutionnel.

Socialement, la ploutocratie est discriminatoire et donne l’impression que la politique est une affaire d’argent. Ce qui est faux. La politique repose sur la sagesse. Un bon homme politique est moins celui qui est riche que celui qui est sage. Dans un pays où le salaire minimum est de 60.000F et où 46% de la population vit avec moins de 737 FCFA  par jour, faire de l’argent un critère du casting politique relève du politiquement incorrect. Le cens est un non sens. En sus, le principe du cautionnement à vingt ou cent millions viole de façon fragrante et violente l’article 4 de la constitution qui dispose « Tous les ivoiriens naissent et demeurent libres et égaux en droit. Nul ne peut être privilégié ou discriminé  en raison de sa race, de son ethnie, de son clan, de sa tribu, de sa couleur de peau, de son sexe, de sa région, de son origine sociale, de sa religion ou croyance, de son opinion, de sa fortune, de sa différence de culture ou de langue, de sa situation sociale,  ou de son état physique et mental »

Lire aussi :  Abidjan : l’opposition dégaine : «A VOUS DE LA CEDEAO, UE, UA, ONU, QU'EST-CE QUE OUATTARA VOUS A DONNE ? IL Y A DES CHOSES QUE VOUS NE TOLEREZ PAS A MUGABE, KADHAFI, BEN ALI...VOUS TOLEREZ A OUATTARA POURQUOI ?»

Sur le plan politique, la ploutocratie constitue un véritable obstacle au renouvellement de la classe politique. A l’observation, ce sont les mêmes, parce que les plus riches qui  contrôlent tous les instruments de propagande politique et d’achat de conscience des populations et des électeurs. A l’évidence, nous sommes dans une lutte des classes ou l’aristocratie bourgeoise veut éternellement confisquer le pouvoir d’Etat.  De ce qui précède, si le souhait émis par le président de la république de fixer à cent millions le cautionnent à l’élection présidentielle  devenait, par extraordinaire, une réalité légale, il prendrait valeur de recul démocratique.

Je pense que  pour les élections de 2020, la suppression du cautionnement s’impose. En lieu et place, le législateur doit instaurer le système de parrainage. Remplacez le cens par la légitimité. Il faut demander aux différents candidats, surtout, de l’élection du Président de la République, de réunir autour de leur candidature, le soutien d’un certain nombre d’élus nationaux et locaux. Je pense aux députés, aux sénateurs, aux conseillers régionaux et aux conseillers municipaux. C’est donc environ sept mille (7000) élus. Les conseillers du district, parce que nommés, sont exclus.  Les prétendants à la candidature doivent réunir aux moins chacun 100 signatures d’élus dans au moins  vingt (20) régions. La candidature sera donc portée par  deux mille (2000) élus. Cependant, il existe un problème que je ne peux, par honnêteté intellectuelle, éluder. Les dernières élections locales et générales ont été boycottées par une partie, non négligeable,  de l’opposition politique.

En sus, le parlement et les conseils régionaux et municipaux sont largement dominés par la coalition RHDP  au pouvoir. Le recours au parrainage des élections par les élus pourrait pénaliser certaines figures importantes de la vie politique nationale. Les responsables de petites formations politiques, les intellectuels et des personnalités de la société civile très populaires mais n’ayant pas d’élus au sein des organes et des instituions concernés pourraient être pénalisés. Aussi, une autre solution serait-elle nécessaire, toujours avec le parrainage mais, cette fois-ci, avec les citoyens. Précisément, ceux inscrits sur la liste électorale. C’est environ six millions d’électeurs. La loi électorale pourrait exiger que chaque candidat à la candidature soit porté par au moins dix mille (10.000) électeurs dans au moins vingt (20) régions sur les trente et un (31). Evidemment, ces propositions pourront être améliorées, corrigées par des contributions additives.

Lire aussi :  INCIDENT DE ZOUAN HOUNIEU : MARIATOU KONE DEPECHE UNE EQUIPE AU CHEVET DES VICTIMES BLESSEE INTERNEE A ABIDJAN

Geoffroy-Julien KOUAO

Juriste, écrivain et analyste politique

© 2019, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com