Activité gouvernementaleActualitéPolitiqueUrgences

Inédit! Abidjan-fraude de l’électricité: Un individu, faux agent de la CIE avec une artillerie lourde aux arrêts, ses victimes racontent, sa confession

CIE FAUX AGENT LEDEBATIVOIRIEN.NET

Fin de parcours pour l’indélicat électricien se faisant agent de la CIE. Mais aussi, fin du calvaire des usagers, victimes de ses pratiques. Un gros coup de filet réalisé à la Compagnie Ivoirienne d’Electricité-CIE, grâce aux victimes. Il est 15 heures 45 minutes, Diabaté Sékou continue de recevoir quelques charges électriques dans l’esprit, depuis le samedi 14 décembre 2019. Ses victimes qui ne se comptent certainement pas ont retrouvé le sommeil avec sa mise sous l’éteignoir par les forces de l’ordre sur signalement de celles-ci avec vérification de sa qualité professionnelle par l’équipe de la Sous-direction Rendement Distribution de la Compagnie Ivoirienne d’Electricité-CIE. Il est déclaré faux agent ! Et depuis, il ne cesse de lire et relire loi  n°2014-132 du 24 mars 2014 portant code de l’électricité réprimant sa fraude en Côte d’Ivoire. La fraude fait perdre plus de 40 milliards FCFA à l’Etat ivoirien.

Disposant d’une artillerie lourde CIE : «Je voulais me faire un peu d’argent» 

C’est que les opérations  de contrôle sur toute l’étendue du territoire ivoirien se multiplient jour après jour avec le commando de contrôleurs de la Sous-direction Rendement Distribution et se prises insoupçonnées. Et les populations ayant perçu la pleine mesure de la mission commencent à coopérer, dans la lutte contre la fraude de l’électricité, qui s’étend à l’eau. Et pour fait, le dernier coup de filet ! L’arrestation d’un faux agent de CIE saisi grâce à l’apport desdites populations victimes qui l’ont signalé auprès de cette entité chargée de traquer les indélicats personnages dans la fraude de l’électricité en Côte d’Ivoire.

Elles ont tout de suite flairé une odeur de mauvais raccordement dans son comportement d’expert en électricité disposant de matériels de haut niveau et de haute qualité. Il sévissait au sein des populations de la commune d’Adjamé, une cité souvent perçue comme centre commercial où l’on peut trouver tout, dans un désordre bien rangé. Il croyait prospérer dans un tel environnement de black market en se faufilant dans la grisaille quotidienne des populations pour faire des victimes. Mais cette fois,  la cible est mal choisie. Et il appréciera dans sa cellule de prison, l’adage populaire : «Qui ne risque rien, n’a jamais rien ».

Lire aussi :  Théophile Soko Waza : «La  CÔTE D’IVOIRE est devenu la plantation de cacao des occidentaux», son message à la nation

Avec une artillerie lourde : tenues vestimentaires neuves et flanquées d’armoiries de la Compagnie Ivoirienne d’Electricité, outils et matériels de travail composés de pince multimètre d’électricien de couleur bleu et rouge (pas un hasard puisque, couleur des agents de contrôle CIE), il ne rechignait aucunement  à la tache. En se fixant certainement un quota journalier de victimes à faire. Et pour bien faire, il dispose de plusieurs copies de factures CIE lui servant d’établir les factures pour ses travaux d’agent à l’écoute des usagers. Avec lui, pas besoin de se déplacer jusqu’à l’agence plus proche pour se voir livrer sa facture de consommation d’électricité ou de travaux. Il vous fait gagner du temps. Mais la journée, du samedi 14 décembre 2019 restera celle que Diabaté Sékou n’oubliera pas de sitôt avec son passage à Adjamé ancienne gare BG.

Appréhendé voici ce qu’il pense la main sur la poitrine :

  «Le teeshirt, je l’ai payé avec le macaron (CIE) au marché. Quant à l’appareil de mesure je l’ai eu sur le marché et je l’utilise pour mes travaux d’électricité, car je suis moi-même électricien. Pour les reçus que je délivre par contre, je reconnais avoir fait du faux, parce que je voulais gagner un peu d’argent  sous le couvert de la CIE », confesse-t-il, le regard perdu et mesurant le court-circuit dans le courant de sa vie. Comment a-t-il pu se laisser avoir, s’interroge-t-il encore à quelques jours de la nouvelle année 2020 !

Pris en flagrant délit  pour, faux et usage de faux, avec usurpation de titre, de qualité et de fonction, Diabaté Sékou réfléchira encore longtemps pour le choix opéré dans le cadre de ses opérations professionnelles. Un choix qui lui sera  préjudiciable, car puni sévèrement  par loi portant code de l’électricité en Côte d’Ivoire.

Lire aussi :  Abidjan:Le gouvernement explique le nettoyage

Mais laissez les victimes de Diabaté Sékou raconter

sous le regard du responsable de facturation (le vrai) de l’Agence CIE Adjamé sud, monsieur Aka Brou et de l’équipe de la Sous-direction Rendement Distribution dépêchée par le Sous-directeur Sekongo Tannignigui. L’équipe est appuyée du Mdl Assuhé Elise de la compagnie de la gendarmerie Abidjan nord. Et tout le monde écoute :

«Mon compteur est loin de ma gare. J’ai donc déplacé mon disjoncteur pour éviter qu’il soit volé. Monsieur Diabaté Sékou s’étant présenté à mes bureaux comme agent de la CIE a procédé à un contrôle sur mes installations. Et m’a signalé que le fait que mon disjoncteur ne soit pas sur le tableau de comptage constitue une fraude. Il m’a donc demandé de payer la somme de 60 000 F pour éviter que mon compteur soit déposé. En outre, il m’a demandé de lui verser la somme de 15 000F, pour l’achat d’un nouveau disjoncteur. Au total, c’est la somme de 75 000F qu’il m’a soutiré pour ses services en me faisant croire qu’il est agent de la CIE », lâche la première victime de Sékou Diabaté, nommée Alassan Cissé.

Juste après sa misère, que lui emboite le pas dans les accusations, Abou Bakayoko sans détours: «Monsieur Diabaté Sékou s’étant présenté chez nous, m’a donné l’information selon laquelle nous restons devoir la somme de 55 000F à la CIE. Pour impayés de facture. Qu’il va devoir procéder à la dépose de notre compteur, si nous ne payons pas dans les minutes qui suivent. Pressé par mon père, je me suis donc exécuté en lui versant les 55 000F, avant de me rendre compte, plus tard qu’il n’est pas un vrai agent de la CIE ».

Mais depuis quand l’ingénieux Diabaté Sékou agissait-il comme agent (faux) de la CIE ? Qui lui a fait germer une telle idée dans l’esprit ? Et comment a-t-il pu s’en convaincre qu’il resterait impunément ce faux agent de la CIE écumant des foyers sans que la compagnie s’en aperçoive ? Mesurait-il le gros risque encouru ? Il répondra à toutes ces questions à la barre.

Lire aussi :  Abidjan: «ANAKY Kobena  arrête de te servir du nom GBAGBO pour justifier ton s existence politique », Joël N’GUESSAN ( RDR) 

De grosses prises ont déjà été réalisées par la sous-direction Rendement Distribution, en  rappelle  l’opération, du 31 mai 2019 à la Direction Régionale Abobo qui a mis hors d’état de nuire un certain Karamoko Adama, revendeur et ses 22 receleurs. Au nombre des complices, un agent CIE, Koffi N.J. de zone d’Abobo et un  gendarme Mdl A.H. de la brigade de sécurité de la brigade de gendarmerie nationale. Ils ont été tous punis par la loi.

CIE FAUX AGENT LEDEBATIVOIRIEN.NETLe démantèlement des réseaux frauduleux dans l’activité de vol et de commercialisation d’électricité se poursuit avec la Sous-direction Rendement Distribution conduite par Sekongo Tannignigui. Une équipe d’agents engagés, disponibles 24h/24, rassurés de bien tenir la loi portant répression. Mission, l’éradication totale de l’activité du vol et de la commercialisation d’électricité illicite dans les quartiers péri urbains; démantèlement des réseaux frauduleux construits par les revendeurs alimentant leurs receleurs. Mais aussi de débusquer des personnages à l’allure de Diabaté Sékou. Combien sont-ils encore ces faux agents de la CIE qui courent ?

HERVE MAKRE

© 2019, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com