Activité gouvernementaleActualitéPolitiqueUrgences

Côte d’Ivoire: le Forum de la société civile de l’Afrique de l’Ouest préoccupé par la situation sociopolitique qui se radicalise de plus en plus

Déclaration sur le processus politique en Cote d’ivoire 2020

CONTEXTE
Notre pays, la Côte d’Ivoire a vécu depuis ces deux dernières décennies une succession de crises politiques et sécuritaires qui ont eu un impact important sur la paix et la stabilité du pays. Le coup d’Etat de décembre 1999, la rébellion de 2002 et la crise post électorale de 2010 ont progressivement fragilisé la gouvernance, la stabilité des institutions, la réconciliation nationale et la situation des droits de l’homme en Côte d’Ivoire. En effet plus de 3000 victimes ont péri dans la crise post électorale selon un bilan des Nations Unies et les conséquences humanitaires et des droits de l’homme ont emmené de nombreux ivoiriens sur le chemin de l’Exil .

Après son investiture officielle par le Conseil Constitutionnel, le 21 mai 2011, le Présidentn élu, SEM. Alassane Ouattara, a engagé le pays dans un double processus de normalisation progressive de la situation sécuritaire et politique du pays, d’une part, et de réconciliation nationale, d’autre part. Mais, force est de reconnaître que près de dix ans après, d’immenses défis se présentent à la nation toute entière. Il s’agit entre autres de la consolidation de l’indépendance du système judiciaire vis-à-vis de l’exécutif, de la liberté d’expression et d’association, du respect des droits de l’homme, de la réconciliation nationale et de la libre participation des partis politiques.

Aussi, la récente reforme de la CEI (Commission Electorale Indépendante) et le recours devant la Cour africaine des droits de l’homme pour contestation de la crédibilité et de l’impartialité de cette institution qui doit organiser les élections transparente est le signe d’un malaise national et de la nécessité de la reprise du dialogue politique et du rejet de la radicalisation des positions. En cette fin d’année 2019, notre pays, la Côte d’Ivoire a besoin de paix pour organiser des élections crédibles mais surtout pour consolider la gouvernance et l’Etat de droit. Aussi, le plus grand défi pour notre pays est de favoriser une alternance pacifique à la tête de l’Etat, à la suite de l’organisation, en octobre 2020, d’une élection présidentielle transparente, inclusive, démocratique et équitable qui consoliderait davantage la paix fragile et l’Etat de droit.

Lire aussi :  Le flot de migrants ne tarit pas, l'UE cherche une réponse dans l’impuissance et le désaccord

Notre Analyse

Le vœux de tous les ivoirien au delà des investissements et des infrastructures, reste la paix et la réconciliation véritable assortie de reformes institutionnelles, du retour des exilés, de la libération des détenus politiques et la mise en place d’une institution électorale inclusive en vue de la consolidation de l’Etat de droit.
Aussi, la société civile, bien que constitutionnellement reconnue, article 26 de la constitution est toujours à la traine alors qu’elle devait constituer à cette étape du processus, le maillon de la démocratie ivoirienne comme le disait SEM Ban Ki Moon, Secrétaire General des Nations Unies : La société civile est l’oxygène de la démocratie.
La démocratie et la bonne gouvernance sont la résultante d’un processus pacifique, transparent et inclusif de consolidation de l ‘Etat de droit dans le lequel nul ne doit être poursuivi pour ses opinion et que le système judiciaire, dans la forme et dans le fond doit respecter les procédures.

Aujourd’hui la violation des droits civils et politiques essentiels tels que la liberté de manifester, l’indépendance de la justice , le respect de l’immunité parlementaire des députés est remise en cause par des procédures expéditives et peu transparentes. Aussi, un sentiment de crainte des populations alimenté par la résurgence de la violence verbale au sein de la classe politique, et de nombreuses décisions des autorités visant à restreindre l’espace public, comme les interdictions de sortie du pays pour des personnalités de l’opposition, les arrestations et les procès de leaders d’opinion jugés peu conformes à la loi etc. Cet environnement pourrait à long terme fragiliser davantage le pays et déstabiliser les institutions de la république. En 2020, les ivoiriens devraient être dans un processus serein de préparation des élections où l’inclusion, le respect de tous les partis politiques et de la société civile devrait être légion. Pour notre part, personne ne gagnerait à radicaliser les positions en faisant peur aux ivoiriens. Il faudra plutôt, une plus grande responsabilité des leaders politiques, de la société civile et des citoyens qui devront travailler pour un processus électoral serein car les élections ne représentent qu’une parenthèse dans la vie d’un Etat.

Lire aussi :  30 ans: la MATCA au service du développement social et de la victoire pour ses sociétaires

Nos recommandations

Nous, Forum de la société civile de l’Afrique de l'Ouest, section Côte d’Ivoire (FOSCAO CI), préoccupé par la situation sociopolitique qui se radicalise de plus en plus à travers les discours à un an de l’élection présidentielle de 2020  Appelons les partis politiques à modérer leur langage, en mettant l’accent sur leur programme et la sensibilisation de leurs militants: Appelons sans tarder à la reprise du dialogue politique pour le renforcement de la CEI par la présence de tous les partis significatif de l’opposition et par l’entrée d’experts internationaux compétents qui pourrait aider à assurer une meilleure présence de qualité de la société civile au sein de l’institution. Demandons le respect de la constitution à travers une alternance politique véritable: Appelons les leaders politiques et la société civile à une plus grande responsabilité à travers des messages pacifiques et une éducation civile véritable car les résultats des élections se jouera dans les urnes et que le peuple de Côte d'Ivoire reste souverain. Appelons à une reforme profonde de la société civile ivoirienne et au renforcement de son indépendance et de sa crédibilité afin qu’elle puisse jouer son rôle d’impartialité dans les élections à venir.

Guillaume Gbato

Pour le FOSCAO Côte d’Ivoire
Le Coordonnateur par intérim
M. Guillaume GBATO

© 2020, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com