Activité gouvernementaleActualitéPolitiqueUrgences

Urgent-Côte d’Ivoire: second souffle avec les effets dévastateurs de la déclaration des Évêques

Peut-on valablement dénier aux guides religieux celui de leader d’opinion? En RDC, au Nigeria, aux USA, en Afrique du Sud, au Togo, en France, partout aux quatre coins du monde, l’impact du religieux est incontestable. Pourquoi devrait-il en être autrement en Côte d’Ivoire? La 114e Assemblée plénière des Évêques de Côte d’Ivoire tenue, restera dans les anales de la vie sociopolitique ivoirienne.

Elle intervient dans un contexte environnemental tendu avec une guerre interne entre alliés au pouvoir en côte d’ivoire. Mais aussi à quelques mois de la tenue d’élection présidentielle à l’issue incertaine. Une page totalement blanche pour la Côte d’Ivoire, car nul politicien pouvait prévoir cette division si pointue et aiguë entre les partenaires dans lutte contre le régime Gbagbo encore hors du pays. Une division aussi rude donnant une allure de non retour dans un face-à-face terrible. Les effets seront dévastateurs! Et c’est dans un tel contexte que les prélats de l’Eglise catholique en Cote d’Ivoire ont parlé. ” … Nous désirons ardemment par le présent message, attirer l’attention de tous nos concitoyens sur quelques conditions d’élections justes et apaisées. Nous sommes tous invités à tirer des leçons d’un passé douloureux, afin de reconstruire notre pays et laisser aux générations futures, un héritage d’unité et de paix“.

Un avertisseur autour de la réconciliation, la concertation et le consensus entre acteurs politiques, mais aussi de l’instauration et la consolidation de l’Etat de droit qui implique le respect de la Constitution et la garantie d’une totale indépendance de la Commission électorale indépendante (CEI). Un tel message ne pouvait que rebuter le pouvoir démocratiquement élu, qui se voit accuser de pourfendue rde la démocratie. Inacceptable! Comment les dignitaires du clergé catholique ivoirien peut-il oser que le régime ne travaillerait pas pour une élection présidentielle ouverte, qui garantisse l’égalité des chances de tous les candidats. Alors que le Chef de l’Etat dans ses tournée internationales présente le processus électoral comme des plus démocratique au monde.Voilà que, depuis la déclaration des Évêques, la vie politique en Côte d’Ivoire commence à retrouver du rythme. Elle est à la fois condamnée et soutenue. Un souffle démocratique avec la marche annoncée appuyant ladite déclaration: “Allons à la paix” est désormais le second cris des ivoiriens.
La sortie des Évêques ivoiriens est-elle une “prise de position” de religieux dans les débats politiques. Puisqu’en réplique le porte-parole du gouvernement ivoirien, le ministre Tiémoko déclare: “J’ai effectivement pu lire Prisonniers politiques et d’opinion dans ladite déclaration et j’aimerais simplement relever que la qualité de politicien ne nous dédouane pas du fait que nous sommes tous des justiciables. D’autant plus quand il s’agit de flagrant délit d’atteinte à la sûreté de l’Etat, il n’y a pas de prisonniers politiques ni de prisonniers d’opinion en Côte d’Ivoire. Il faut que cela soit bien clair”.

Lire aussi :  Cote d’Ivoire : l’opération un journaliste, un ordinateur a débuté ce jeudi 21 décembre 2017

La déclaration des Évêques n’est-elle pas un constat de société? Le religieux fait-il partie de la population? Vers qui est sa mission sociale? N’est-ce pas pour la condition sociale de l’homme ici-bas la préparant pour un autre monde? Les fracas de ce monde réel ne seront-ils pas retentissants dans le monde irréel et intemporel? Devant une telle réalité, quelle devrait être l’attitude des guides religieux? n’est-ce pas d’attirer l’attention de tous sur le danger de l’avènement d’un grabuge prévisible qu’évitable?
Peut-on raisonnablement condamner la pensée de Mgr Jean Salomon Lézoutié, évêque de Yopougon? “Comme toute compétition, les élections ont besoin d’un arbitre. De la position de l’arbitre dépend le bon déroulement de la compétition. Si l’arbitre est à la fois “joueur et arbitre”, la fin de la compétition est déjà connue. Par contre, si l’arbitre n’est qu’arbitre, avec une indépendance qui ne souffre d’aucun doute, la compétition se termine paisiblement. Voilà pourquoi le rôle d’arbitre dévolu à la CEI exige son indépendance totale“. Limpide:
Quelle que soit sa position, tout leader politique devrait se l’approprier et poser les bases solides de la consolidation d’un environnement de paix. Mais les effets dévastateurs de la déclaration des Évêques ivoiriens, comme un coup de massue se feront de plus en plus crescendo dans la société ivoirienne, en attendant octobre 2020.
HERVE MAKRE

© 2020, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com