Activité gouvernementaleActualitéPolitiqueUrgences

Côte-d’Ivoire-Abus de pouvoir permanent sur les enseignants: le directoire des exige le reversement des salaires suspendus

Ponction des salaires après la grève de 3 jours, les enseignants réclament le reversement intégral de leur dû

Le directoire de la COSEFCI a   réclamé, ce jeudi 6 février à Abidjan  l’intégralité des salaires de plus de trois cents (300 ) enseignants bloqués par le gouvernement, à suite à la grève de trois jours  observés du 28 au 30 janvier 2020.
Le directoire de la Coordination des enseignants de Côte d’Ivoire encourage les victimes du gouvernement, même après la ponction de leurs salaires, à demeurer ferme dans leur décision de revendications.  Les enseignants pensent être victimes des agissements de la ministre de l’éducation, Kandja Camara . Selon eux, à la suite de l’arrêt de travail du 28 au 30 janvier 2020, les salaires de plus 300 enseignants ont été suspendus. Le point de la situation obéit à leur volonté, d’éclairer l’opinion sur les dérives totalitaires de la ministre de l’éducation, de l’enseignement technique  et de la formation professionnelle. Aussi, ont ils soutenu que pendant leur grève, 19 syndicats d’autres ministères ont aussi observé un arrêt de travail sans pour autant être suspendus. Ils condamnent donc cette injustice  du  gouvernement contre les enseignants. ”Est-ce-à dire que la grève est interdite au ministère de l’éducation nationale?” s’interrogent t ils. Ils dénoncent alors avec la dernière énergie cet ”abus de pouvoir permanent sur les enseignants de Côte-d’Ivoire’.  Ces actes sont des violations gravissimes de la constitution du code de travail, du statut général de la Fonction Publique et des conventions 87 et 98 relatives à la liberté syndicale. Or ironie du sort, la Côte-d’Ivoire est membre du conseil d’administration l’organisation internationale du travail (OIT), donc sensé protéger jalousement lesdites conventions. Malheureusement, elle n’approuve aucune pudeur à violer sans retenue ces dernières comme le cas depuis plusieurs années.” a clamé le porte parole du directoire, Akey Nomel Hidry.
kandia Camara LEDEBATIVOIRIEN.NETEt de déclarer clairement que, malgré tout, les enseignants de Côte-d’Ivoire restent résolument attachés à leurs revendications et attendent par conséquent le dernier palier des discutions, après Grand-Bassam avec le premier ministre pour les réponses claires. ” La COSEFCI appelle le gouvernement à reverser ici et maintenant les salaires des enseignants suspendus de 8 mai 2019 et de janvier 2020 conformément à l’article 8 de la loi 92- 571 du 11 septembre 1992. La COSEFCI appelle tous les enseignants de Côte-d’Ivoire à se tenir prêts à exécuter avec honneur et dignité tous les mots d’ordre clairs dans les jours  à venir” . Le directoire de COSEFCI a tenu à remercier toutes les organisations sœurs qui, selon eux contribuent à cette lutte syndicale et promet d’être disposé à un front commun pour sauver la libérer syndicale en Côte-d’Ivoire.
Hortense Loubia Kouame

© 2020, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com