ActualitéEconomie & FinancesPolitiqueUrgences

Journée internationale des femmes : comment parvenir à l’égalité des genres ?

ACCRA:  « L’égalité doit être une réalité pour tous, pour les hommes comme pour les femmes, à tous les niveaux et à tous les âges », tel est l’appel pressant lancé par Anna, l’un des jeunes talents de Nestlé CWA Ltd (https://www.Nestle.com/), à propos de l’égalité des genres. Durant notre court échange de vues d’il y a quelques semaines dans un ascenseur, j’ai été frappé par l’assurance et la détermination de cette brillante stagiaire, alors que nous parlions de son poste actuel et de son ambition de parvenir un jour à la tête d’une entreprise.

    En cette nouvelle Journée internationale des femmes (https://www.internationalwomensday.com/), sa déclaration m’a beaucoup fait réfléchir sur la signification du thème #EachForEqual. En tant que dirigeant d’entreprise, j’ai non seulement la responsabilité d’encourager les employés à se donner les moyens de donner corps à leurs aspirations, mais j’ai aussi la conviction que, collectivement, nous pouvons concrétiser des ambitions comme celle d’Anna.

Davantage d’entreprises africaines doivent lancer des initiatives en faveur de l’égalité des genres

En Afrique centrale et de l’Ouest, un nombre croissant d’entreprises, y compris Nestlé, font des progrès en matière d’avancement de la parité. Au Ghana, MTN (http://bit.ly/39rDZTk)a ouvert dans ses nouveaux bureaux d’Accra une crèche qui accueille les enfants de ses employés âgés de 5 à 15 mois, ainsi qu’une structure pour l’allaitement. Newmont Corporation (http://bit.ly/2TqJNqL) projette quant à elle de faire évoluer son environnement de travail jusque-là dominé par les hommes, grâce à une politique d’embauche et de promotion du personnel indépendante du genre, ainsi qu’en offrant un local destiné à l’allaitement.

Il s’agit là d’exemples d’entreprises parmi d’autres qui, dans la région, prennent des mesures concrètes pour faire de l’égalité hommes-femmes une réalité au travail. Toutefois, ces mesures ne sont pas suffisantes et les progrès doivent s’accélérer. Au rythme où vont les choses, le Forum (http://bit.ly/38qRPnE) économique mondial prévoit qu’il ne faudra pas moins de 99,5 années pour atteindre la parité. Dès lors, chaque employeur devrait redoubler d’efforts pour y parvenir.

Garantir l’égalité des chances pour les hommes et les femmes

Je suis d’avis qu’un effort délibéré doit être fourni par toutes les organisations, publiques et privées, afin de garantir l’égalité des chances.0

En Afrique, le défi est particulièrement important parce que, selon la Banque mondiale (http://bit.ly/3cvnFTn), les jeunes femmes ont moins d’opportunités que les jeunes hommes de décrocher un emploi formel, de recevoir un enseignement ou de suivre une formation. L’inégalité d’accès à l’éducation, les taux de mariage précoce chez les femmes et les contraintes familiales sont autant d’obstacles à éliminer rapidement afin d’augmenter le nombre de femmes dans les emplois formels.

Lire aussi :  Législatives 2016 à Gagnoa: même  les  plus radicaux font  des révélations émouvantes à Guikahué

En tant que premier groupe alimentaire mondial, Nestlé a pris l’an dernier des mesures pour faire de la parité une priorité. Ainsi, le Groupe a annoncé son Plan d’accélération de la parité (http://bit.ly/2VTgZZD) hommes-femmes, qui repose sur trois piliers : un leadership audacieux, une culture de l’autonomisation et un ensemble de pratiques habilitantes.

Par exemple, dans notre région nous augmentons activement le nombre de femmes dans les services qui embauchaient habituellement des hommes. Dans nos centres de formation technique en Côte d’Ivoire et au Nigeria, nous veillons à l’équilibre hommes-femmes lors de l’’admission des candidats aux programmes de formation, qui étaient jusque-là majoritairement suivis par des hommes. Nous avons effectivement observé une hausse de près de 80% des admissions de femmes dans ces centres de formation, et aujourd’hui le nombre d’hommes et de femmes y est quasiment identique.

En outre, nous avons récemment nommé notre première directrice d’usine, Joëlle Abega-Oyouomi, qui est responsable du site de production des bouillons MAGGI en Côte d’Ivoire. Avant d’occuper cette fonction, elle était à la tête du centre de R&D de Nestlé à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Nous avons également nommé la première responsable de production chez Nestlé CWA, Julia Atta, à l’usine de Tema, au Ghana, en 2018. Ces nominations, qui sont autant de nouveaux jalons posés par notre Société, remettent en question les domaines de travail considérés comme « non traditionnels » pour les femmes. Ces femmes sont des modèles remarquables pour les jeunes Africaines aspirant à des postes de direction.

Donner la priorité à l’égalité parentale

Tandis qu’Anna et moi parlions de l’équilibre entre vie de famille et vie professionnelle, elle m’a dit que bien que n’ayant pas encore d’enfant, elle était convaincue que la grossesse, l’accouchement et la garde des enfants ont des répercussions majeures sur les femmes et peuvent ralentir leur carrière. Même si la situation en termes de congés de maternité est meilleure actuellement en Afrique centrale et de l’Ouest que dans de nombreux autres pays du monde, sont-ils toutefois suffisants pour assurer la parité si nécessaire en matière de responsabilités liées à l’éducation des enfants ?

Lire aussi :  Algérie : huit terroristes tués dans une opération de l'armée

Les congés parentaux accordés aussi bien aux hommes qu’aux femmes contribuent à combler le déficit d’égalité. Ils répondent aux désirs des jeunes générations, qui demandent de plus en plus d’égalité dans les rôles parentaux. Comme le souligne Forbes (http://bit.ly/3cCp6jc), le congé parental a de nombreux avantages pour les entreprises, l’économie et la société. Il contribue à transformer la perception selon laquelle la garde des enfants incombe uniquement aux femmes et réduit la « pénalité de la maternité » au travail, tout en permettant aux parents de consacrer du temps à leurs enfants pour leur assurer le meilleur départ possible dans la vie.

La politique de soutien aux parents (http://bit.ly/38mnHKd) élaborée par Nestlé, dont le déploiement dans la région sera finalisé en 2021, est une mesure novatrice. Grâce à cette nouvelle politique indépendante du genre, le congé parental des principales personnes (biologiques ou adoptives) en charge de l’enfant sera allongé à 18 semaines payées intégralement et, pour la première fois, nous offrirons également un minimum de quatre semaines aux aidants secondaires, comme les pères, auxquels était appliquée jusqu’ici la norme minimale d’une semaine.

L’égalité commence à la maison, donc la politique de congé parental d’une entreprise doit être inclusive pour permettre à ses employés de s’épanouir et concrétiser leurs aspirations professionnelles.

Réduire les préjugés au travail comme à la maison

Il existe encore un grand nombre d’idées reçues à propos du rôle des hommes et des femmes au sein de la société africaine.

D’après la Banque africaine de développement (http://bit.ly/2x5L6Cu), les femmes africaines sont freinées dans la réalisation de leur potentiel, que ce soit en tant que leaders dans la sphère publique, dans les conseils d’administration ou dans le développement de leur activité. Elles passent trop de temps à effectuer des tâches ménagères qui pourraient être partagées entre hommes et femmes. Ces barrières traditionnelles sont fondamentalement injustes et peuvent empêcher les femmes de réaliser leur plein potentiel.

Un changement des mentalités est nécessaire, de la base jusqu’aux plus hauts niveaux de responsabilité. L’égalité des chances doit être une réalité dès les postes de niveau débutant et jusqu’aux fonctions de direction, car les dirigeants doivent être le reflet du changement que nous voulons mettre en place. Pour éliminer les préjugés, les directeurs et les employés de Nestlé suivent des formations en matière de diversité et d’inclusion afin d’inculquer une culture de l’inclusion et de réduire la partialité au travail. Les offres d’emploi sont désormais neutres pour minimiser l’idée qu’un poste donné est destiné à un sexe en particulier.

Lire aussi :  Côte d’Ivoire-Tiassalé : l’ancêtre Ano Assoman des Agni ressuscité

L’embauche doit reposer uniquement sur les qualifications, l’expérience et le mérite, et non sur le genre.

Promouvoir l’égalité pour qu’elle devienne réalité

La parité et l’égalité des genres doivent être une priorité absolue de notre Société. C’est pour cette raison que le soutien de l’initiative #EachForEqual et la promotion de l’égalité à tous les niveaux de l’entreprise font partie de l’engagement de Nestlé à améliorer l’égalité hommes-femmes au travail et à autonomiser les femmes sur l’ensemble de la chaîne de valeur (http://bit.ly/38lfaqM)

Nous encourageons d’autres organisations et entreprises d’Afrique centrale et de l’Ouest et du monde entier à continuer leurs efforts pour garantir l’égalité des chances, en donnant la priorité à l’égalité parentale et à la lutte contre les préjugés à la maison et au travail.

L’égalité entre les genres peut être une réalité, et il nous incombe à tous d’inculquer cet état d’esprit et de donner toutes leurs chances aux jeunes talents comme Anna. Un nombre plus élevé de femmes au travail donne du sens à l’entreprise (http://bit.ly/2Tnj3am) Cette approche est bonne pour les entreprises, bonne pour l’économie et bonne pour l’Afrique. L’égalité hommes-femmes n’a incontestablement que des avantages, et nous devons continuer à encourager la diversité pour tous”.

Par Rémy Ejel

directeur général de Nestlé Central and West Africa (CWA) Ltd

© 2020, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com