Activité gouvernementaleActualitéPolitiqueUrgences

Abidjan-climat politique-Théophile Soko Waza : «Le Covid-19 montre que c’est Dieu qui préside…Ouattara doit installer une CEI avant son départ »

soko waza lutte coronavirus ledebativoirien.net

« Que nos dirigeants actuels sachent  lire les signes dans le ciel… Ce n’est pas  une malédiction »

     «Depuis 2011, les Ivoiriens ont demeuré dans la peur. En 2020, les mêmes  ivoiriens sont  à se demander ce qu’il va se passer ? Est-ce que le destin de la Côte d’Ivoire est un destin de guerre, de peur de trouble ? Est-ce que chaque année électorale est une année où la cohésion sociale doit être détruite ? Ce sont autant de questions que les porteurs de voix des sans  voix que nous sommes, posons. Nous nous demandons en fait, quel est le destin spirituel de la Côte d’Ivoire?”  a affirmé Théophile Soko Waza, président de  la plate-forme citoyenne ivoirienne, la 4ème Voix,  la voix des Sans Voix, devant les médias, le weekend (samedi 28 mars 2020), à Abidjan, lors d’une conférence publique. 

Des échanges autour du destin spirituel de la Côte d’Ivoire conjointement animés avec le pasteur  Gama Alain Logbou et l’Imam, Almamy Cissé Seydou, chef  suprême de l’organisation de la communauté musulmane de Côte d’Ivoire la Oumma.

Le coronavirus est venu démontrer que le dieu de l’économie peut tomber, le dieu de la science peut tomber, le dieu du football peut tomber, et tous ces dieux sont tombés, aujourd’hui. Ma compassion pour le peuple Italien dont la situation en est une belle illustration avec la réaction du premier ministre Italien Giuseppe Conte avec les larmes déclarant que: “Nous avons perdu le contrôle, nous avons tué l’épidémie physiquement et mentalement. On ne peut pas comprendre ce que nous pouvons faire de plus toutes les solutions sont épuisées sur terre, notre seul espoir reste dans le ciel ! Dieu sauve ton peupleIl y a donc une force à laquelle tout le monde fait allusion et crie au secours, c’est Dieu qui tient le destin de toutes les nations. C’est Dieu qui préside au destin et destinée des nations», affirme Théophile Soko Waza. Et d’appeler à un retour de l’identité spirituelle de la Côte d’Ivoire.

«Les fondements spirituels de la Cote d’ivoire ont été posés, dès l’indépendance avec le premier président Felix Houphouët-Boigny. Le prochain président doit être le choix de Dieu et non celui d’un homme ou d’un groupe d’hommes. Que les uns et les autres cherchent à savoir quel est ce choix et que chacun se plie au choix de Dieu afin de nous éviter des crises inutiles. Nous sommes en  2020, une année électorale et  chaque fois  qu’il s’agit d’année électorale en Côte d’Ivoire les  Ivoiriens  ont  peur. Ils  ont vécu des crises multiples depuis  la disparition de Félix Houphouët-Boigny…Que nos dirigeants actuels sachent  lire les signes dans le ciel. Une nation est pluridisciplinaire. Ce n’est pas  une malédiction. Le problème de la Côte d’ivoire réside dans l’organisation des élections».

« Alassane Ouattara doit installer une CEI qui rassure avant son départ »

«Les Ivoiriens n’ont jamais accusé Henri Konan Bédié, Guei Robert, Laurent Gbagbo ou Alassane  Ouattara, mais ils constatent la situation dans laquelle est leur pays. Quel est leur destin. Mais le destin, vient de Dieu. Et la situation du coronavirus vient montrer cette force supérieure qui gouverne les choses : Dieu. Depuis  1995 l’opposition a réclamé une commission indépendante pour l’organisation des élections. Et depuis, la solution autour de cet organe qui rassure les uns et les autres n’a pas encore vu le jour. Toutes les crises viennent de l’organe qui dit le vote. Aujourd’hui le président Alassane a mis en place  une CEI mais l’opposition n’est pas d’accord. Cet organe ne rassure pas. Nous le félicitons pour sa décision historique de ne pas briguer un troisième mandat. Mais nous lui demandons d’aller plus  loin en mettant en place un organe qui organise les élections et qui rassure les opposants comme ceux qui sont au pouvoir. Par principe nous ne comprenons toujours pas pourquoi ce sont  ceux qui sont participants aux élections, ce sont les mêmes qui organisent les élections et arbitrent. Nous demandons au président Alassane Ouattara de mettre en place  un organe qui rassure afin d’éviter une autre crise, après son départ annoncé… Alassane Ouattara doit installer une CEI qui rassure avant son départ», soutient Théophile Soko Waza.

Il passe alors en revue les grandes étapes des  différentes crises traversées par la Côte d’Ivoire entre autres : le  boycott actif en 1995, le coup d’état militaire de décembre 1999, l’élection de 2000 avec des violences de toute nature sous le régime  militaire de Robert Guéi, le coup d’état manqué de janvier 2001 dit la Mercedes noire, le coup d’état manqué du 19 septembre 2002 transformé en rébellion armée pendant 8 ans avec Guillaume Soro; l’élection 2010-2011 avec une guerre et deux présidents et de 2011 à ce jour,  des exilés et des prisonniers, etc. Et de poursuivre

«Les prophéties présidentielles montrent bien que la Cote d’Ivoire est une nation spirituelle, une prophétie donnée par la prophétesse d’une religion africaine révélée depuis Lakota, a dit que Houphouët-Boigny : une vielle dame Baoulé donne une prophétie depuis Yamoussoukro que Chirac serait président ; une prophétie donnée des sages depuis Kong dans le nord musulman qu’Alassane Ouattara serait président; une prophétie donnée par le prophète Kakou Séverin du christianisme annonce que Gbagbo serait président.

C’est parce qu’ils n’ont pas suivi les fondements spirituels de la Côte d’Ivoire comme Félix Houphouët-Boigny. La Côte d’Ivoire a besoin d’unité spirituelle. Le salut de la Côte d’Ivoire passe par l’union spirituelle de ses habitants. Seule cette union permettra de retrouver la paix et la prospérité. Elle doit dépasser les divergences d’ethnies ou de religion.  Les forces vives de la nation doivent être utilisées pour reconstruire et réorganiser la Côte d’Ivoire. Le prochain président doit être le choix de Dieu et non celui d’un homme ou d’un groupe d’homme. Que les uns et les autres cherchent à savoir quel est ce choix et que chacun se plie au choix de Dieu afin de nous éviter des crises inutiles», déclare le révérend Théophile Soko Waza, président de la 4ème Voix La Voix des sans Voix.

HERVE MAKRE

© 2020, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com