Activité gouvernementaleActualitéEconomie & FinancesFoot ballPolitiqueSportsUrgences

Election à la FIF: curieusement, ce sont les dirigeants des clubs frappés par la mauvaise gestion qui se répandent dans la presse-le gros décryptage de Leon Saki

FIF ELECTION DROGBA LEDEBATIVOIRIEN.NET

ELECTION A LA FIF : SE RÉVOLTER POUR LE COMPTE D’UN PEUPLE IGNORANT, REVIENT A S’IMMOLER PAR LE FEU POUR ÉCLAIRER LE CHEMIN A UN AVEUGLE

Leonel Messi n’a jamais eu la chance de donner un trophée à l’Argentine mais il reste le capitaine de l’équipe nationale. Personne ne viendra lui contester le brassard. S’il choisit à sa retraite de diriger la Fédération Argentine de Football, nous sommes convaincus que, cela ne suscitera pas de débat d’intérêt, comme les Ivoiriens le font aujourd’hui avec Drogba dans le cadre de l’élection du président de la FIF. Dans d’autres pays, on aurait tout simplement dressé le tapis rouge à Drogba et le supplier de prendre la tête de la fédération de football. Mais voilà qu’en Côte d’Ivoire, la diablerie est la chose la mieux partagée.

L’intérêt du pays, on s’en fout !
Voici une fédération gérée sur les pylônes de la mauvaise gestion depuis l’arrivée de Sidi Diallo, un homme porté à la tête de la FIF sur la base de promesse politique. S’il a le mérite d’avoir remporté un trophée continental pour avoir hérité de joueurs expérimentés et aguerris par les Can successives, sa présence à la tête de la FIF n’a pas été agréable et prometteur pour le football ivoirien en termes d’organisation et de gestion.

Je m’en tiens à la position des Eléphants dans les derniers classements FIFA, à l’absence d’engouement pour notre championnat, au mauvais traitement des joueurs, joueuses et acteurs du football, au niveau très bas d nos différents championnats dont les clubs ont du mal à accéder à une finale de coupe d’Afrique.  Tellement déçus de ce président qui ne fait qu’à sa tête que les Ivoiriens ont choisi de se tourner vers les championnats étrangers. Après avoir été désavoué par les présidents de clubs pour raison de gestion, son institution est poursuivie depuis 2018 par la FIFA pour un audit.

FIIFLes dirigeants de notre football s’opposent à cet audit avançant le prétexte du non financement du football ivoirien par la FIFA depuis 2016. Une peur panique se lit sur les visages des pensionnaires de la maison de verre de Treichville. Que faire alors ? Il faut tout simplement se faire succéder par un pion à sa solde en vue… imaginez le reste ! Jetons aujourd’hui un regard sur le Football ivoirien et cette ligue dite professionnelle pour comprendre le degré de précarité dans lequel ils baignent.

L’Africa Sport, une équipe qui a fait les beaux jours du foot africain n’est aujourd’hui que l’ombre d’elle-même, parce que gérée par des dirigeants corrompus incapables d’être interpellés par la FIF. Les joueurs sont dans la précarité sans salaire depuis plusieurs mois dans une période de crise sanitaire où le confinement est de mise. Les deux comptes dont dispose le club vert et rouge (Ecobank Plateau et Corisbank Yopougon) sont quasi vides malgré les transferts des joueurs qui ont fait entrer des centaines de millions dans les caisses. Même son de cloche du côté d’Abengourou où les joueurs sont réduits à la mendicité.

FIF ELECTION DROGBA LEDEBATIVOIRIEN.NETCurieusement, ce sont les dirigeants de ces clubs frappés par la mauvaise gestion qui se répandent dans la presse pour dénigrer Didier Drogba. Comment comprendre que des gens qui ont scandé et chanté le nom de l’icône du football ivoirien deviennent subitement ses détracteurs, à la faveur d’une élection ? Quels sont les intérêts en jeu ? Ces intérêts sont-ils particuliers ou généraux ?

Parlons de ce Drogba patriote qui a marqué le cours de l’histoire par un geste illustre que personne n’aurait pu faire.
Drogba Didier a dit non à la sélection française où tout lui a été promis notamment le Ballon d’or Européen, au profit de la Côte d’Ivoire, alors qu’il connaissait à peine ce pays (la Côte d’Ivoire).  La plus part des joueurs comme Kalounhio, Gbamin, Zaha et bien d’autres ont rejoint la sélection nationale grâce à l’intervention personnelle de Didier Drogba. Rappelons ce pan de l’histoire que tous les Ivoiriens gardent encore en mémoire. C’était au Ghana. La CAF a invité le capitaine des Eléphants à se rendre au Togo en vue de recevoir le Ballon d’or africain, alors que la Côte d’Ivoire avait un match capital contre le Ghana.

Les dirigeants de cette institution entendaient rehausser l’image de l’événement par la présence de Didier Drogba, le joueur le plus adulé du moment et 10è personnalité la plus influente du monde. Contre toute attente, l’enfant de Niaprayo n’a pas voulu compromettre la victoire des Eléphants au profit d’une satisfaction personnelle. Il a choisi de sacrifier son bonheur et son palmarès. Il a refusé de se rendre à Lomé, sous l’étonnement de ses coéquipiers qui se sont rendus compte de l’étendue de l’amour que Didier portait à son pays. Certains, à sa place seraient partis accroître leur capital butin (le trophée ira à Kanouté à son grand étonnement.’Un joueur  primé étonné-lui-même).

Il est tout aujourd’hui lamentable de voir des anciens joueurs qui ont longtemps et toujours décrié la gestion de Sidy Diallo, s’allier à un membre de son équipe aujourd’hui candidat, en avançant l’argument de l’expérience. C’est un acte de trahison vis-à-vis de la nation et je l’assume pleinement. Comment, un dirigeant qui n’a pu rehausser le niveau de la ligue professionnelle, dont il a la charge depuis des années (avec des clubs méconnaissables en termes de gestion et de rendement) peut-il passer subitement pour un messie, l’homme providentiel ?

Voici ce que disait Abdoulaye Traoré à propos de Sidy Diallo:

«Comment expliquez-vous qu’à la suite de chaque compétition, Sidy Diallo ne fait pas de bilan, il ne rend compte à personne. Je n’ai rien contre sa personne, mais il a une mauvaise politique pour notre football. Qu’il parte pour que le football ivoirien redémarre. Je vois l’avenir du foot ivoirien sans Sidy Diallo. Que son Comité directeur et lui mettent fin à leur amateurisme. Les présidents de clubs ne devraient pas se contenter des ristournes qui se partagent dans la cour de la Fédération. Ils devraient s’unir pour se battre pour le développement du football ivoirien qui est méconnaissable sous Sidy Diallo. Il a failli, il doit mettre son orgueil de côté et rendre le tablier pour libérer le football ivoirien ».  Sans commentaire !
Mohamed Rachid Rida, Réformateur Arabe Syrien disait: “Se révolter pour le compte d’un peuple ignorant, revient à s’immoler par le feu pour éclairer le chemin à un aveugle !” DROGBA, YAKO !
A bientôt !

Par LEON SAKI

© 2020, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com