Activité gouvernementaleEconomie & FinancesPolitiqueUrgences

Urgent-Covid-19-primes à risques impayées: ça grogne fort dans  les établissements sanitaires du District d’Abidjan

 Le président Abdoulaye Bakayoko appelle  les Escom à se tenir prêts à rencontrer le ministre de tutelle

La grogne est perceptible, depuis quelques temps dans les 37 établissements sanitaires du District autonome d’Abidjan. Et pour cause, les agents contractuels de la santé desdits établissements réclament leurs primes de risques liées au coronavirus, jusque-là pas encore reçues en ce mois de juillet. Alors que leurs collègues de la fonction publique (fonctionnaires) travaillant dans les mêmes structures sanitaires ont déjà empoché leurs primes, deux fois pour les uns et une fois pour les autres.

Après donc le dépôt des listes, les Etablissements à base Communautaire seront reçus par les responsables dudit ministère en charge des primes. A cette réception il a été proposé à chaque agent contractuel la somme de soixante mille francs CFA (60.000). Et depuis, aucune ligne ne bouge. C’est un silence de cimetière. L’ambiance dans les services commence  à se dégrader, pour la simple raison que les même Etablissements à base Communautaire  se côtoient des agents du public et ceux du privé.

Du coup, les agents contractuels ne savent plus où donner la tête. Aujourd’hui, force est de constater que certains de ces agents ont été contaminés par le Covid-19 dans l’exercice de leur travail. Ils se sont  confinés selon nos sources sans moyens financiers, alors que trainant déjà quatre (4) mois d’arriérés de salaires impayés.

En fait, dans son plan stratégique de soutien économique, social et humanitaire, le gouvernement a débloqué une enveloppe de 1.700 milliards de FCFA qui devrait permettre d’atténuer l’impact de la pandémie à Coronavirus sur la population. Les contractuels voient du feu dans l’attente de ce fonds qui  pourrait soulager leur  misère en attendant la régularisation du paiement de leurs salaires.

Depuis 2011, selon les accords conclus entre l’Etat et  les Escom, il est clairement stipulé qu’il revient à l’Etat de payer les salaires des agents contractuels et nécessité de la gratuité ciblée des soins. Mais ces salaires sont déduits des subventions de l’Etat allouées au conseil des établissements sanitaires. Il revient que ces salaires ne sont pas reversées  aux bénéficiaire. Et surtout sans aucune mesure d’accompagnement. Ce qui rend difficile, le fonctionnement de ces structures sanitaires de proximité très importantes pour le ministère de la Santé  et  pour la santé des  populations.

Le président du Conseil d’administration (Pca) de la Fsucom d’Andokoi (Yopougon), par ailleurs président de la Fédération pour le développement des établissements sanitaires communautaires (Fedescom), Abdoulaye Bakayoko, a initié une tournée d’information, de sensibilisation et de mobilisation des membres des conseils d’administration des établissements sanitaires à base communautaire sur ce problème et pour le travail abattu en cette période du Covi-19.

Ainsi, depuis le 23 juillet 2020, à la tête d’une forte délégation,  il  s’est rendu successivement à Marcory-Anoumambo, Koumassi-Aklomiambla, Port-Bouêt-Vridi et à la Riviera-Anono pour  demander à ces différentes structures sanitaires à se tenir disponibles pour la prochaine rencontre avec le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique,  Dr  Eugène Aka Aouélé.

«Il s’agira de lui exprimer de vive voix les maux auxquels les Escom sont confrontés. Les salaires ne sont pas payés depuis quatre (4) mois, la subvention non versée, les agents contractuel n’ont pas encore perçu leurs primes», indique le président Abdoulaye Bakayoko.

Sur ce, tous les responsables des Escom  visités se sont réjouis et ont exprimé unanimement leur disponibilité pour la conduite  à adopter. « Car, cette mission vise au bien-être de la population si la démobilisation ne gagne pas les professionnels de la santé face laxisme des autorités du ministère de la Santé et de l’Hygiène publique ivoirien. Il donc temps d’interpeller le Président  Alassane Ouattara et le gouvernement sur cette situation qui perdure avec son relent  de deux poids deux mesures », indique le président Abdoulaye Bakayoko qui contient pour l’heure la colère des agents contractuels.  S’ils n’ont pas encore été tous emporté par les effets de la Covid-19.

A.T. Tchedé

© 2020, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com