Activité gouvernementaleArt & CulturePolitiqueUrgences

Education-zéro grossesse en milieu scolaire: Young Girls Care sensibilise les filles élèves de la Marahoué à l’abstinence et aux contraceptions

ONG YOUNG CARE ET ZERO GROSSESSE A L'ECOLE LEDEBATIVOIRIEN.NET

La campagne de sensibilisation, formation des femmes rurales dans la Marahoué sur ”zéro grossesse en milieu” entamée depuis vendredi 2 octobre, s’est achevée le 9 octobre 2020 par une grande conférence au lycée moderne de Bonon en présence des autorités. Autour du thème: ”Lutte contre les grossesses précoces en milieu scolaire”, les initiateurs membres de l’ONG Young Girls Care avec leur présidente Irie Lou Laurentine ont échangé avec les filles élèves sur les principes de contraception, l’abstinence et la persévérance dans les études.

 La sous-préfet de Zaguieta, Ozigré Marie qui représentait le sous-préfet de Bonon a rappelé aux jeunes filles du lycée, que la rigueur dans le travail est le gage de la réussite. Elle a même mentionné les conditions difficiles dans lesquelles  vivaient ses parents, alors élève. Mais cela ne l’a pas empêché de persévérer dans les études pour atteindre le sommet.

Je vous invite à faire comme moi. Votre fondateur a été mon professeur de 6è en 1992. Il était tellement rigoureux qu’on le trouvait méchant, mais j’ai bénéficié de cette rigueur et voici le résultat. Seul le travail paye. Evitez de suivre le premier venu sous prétexte que vous n’avez pas de moyens financiers. Moi je ne suis pas née avec une cuillerée en or dans la bouche.  J’ai fréquenté l’école dans les mêmes conditions que vous. Ecoutez les conseils que vous apporte Young Girls Care. Etudiez et travaillez dans la rigueur pour un lendemain meilleur” a-t-elle recommandé, à toutes les élèves attentives aux conseils, ce  jour-là.

Le thème de cette conférence, ”lutte contre les grossesses précoces en milieu scolaire” étant d’actualité a convaincu plus d’un. Au cours des échanges entre les élèves et les initiateurs de l’ONG Young Girls Care, les filles élèves ont été interpellées sur les principes de base d’une élève consciente et soucieuse de son avenir. La présidente de Ladite ONG n’a pas manqué de révéler qu’elle-même avait été victime de grossesse en milieu scolaire.

Lire aussi :  Abidjan-Procès déchets toxiques-VOICI CES ARGUTIES JURIDIQUES DE L’AVOCAT GENERAL BAKAYOKO OUSMANE QUI CONSACRENT L’IMPUNITE

Son adresse aux enseignants et aux éducateurs n’a pas été tendre. Car pour elle ceux-là sont censés éduquer, protéger et guider les filles en leur inculpant les vraies valeurs. Mais, a-t-elle déploré, c’est encore eux qui convoitent leurs propres élèves et les conduisent à la perdition:

”Vous les élèves filles, vous êtes les meilleurs cadeaux de vos parents. Persévérez dans les études. N’écoutez surtout pas ces enseignants et éducateurs irresponsables qui vous font des avances. Ils veulent vous détruire. N’acceptez pas cela.

Les propriétaires de motos taxis, les bouviers et tous ceux qui abusent de vous pour des raisons financières sont méchants. Le comble est qu’ils vous abandonnent, lorsque vous êtes enceintes. C’est inhumain. Prenez conscience et résistez aux tentations. Je voudrais vous dire que vous n’êtes plus seules. Cette lutte que nous menons aujourd’hui est la vôtre Celui qui ose vous faire du mal, nous trouvera sur son chemin. Il ira répondre de ses actes à la justice” a-t-elle menacé, dans  un tonnerre d’applaudissements.

Et d’interpeller les parents à prendre soin de leurs enfants et de les protéger. Irié Lou Laurentine a fait comprendre aux filles que le travail est leur premier mari. Elle leur a recommandé d’éviter les grossesses en milieu scolaire et de se consacrer à leurs études. Surtout, elles doivent écouter les conseils de leurs parents et pratiquer les contraceptifs.

‘‘Aujourd’hui vous avez la chance d’avoir les parents lettrés qui peuvent vous guider, vous avez la télé, les ordinateurs et l’internet qui vous montrent tout. Normalement cela devrait vous aider à ne pas succomber aux tentations et surtout à ne pas tomber enceinte à l’école.

Cette chance, nous ne l’avions pas eue à l’époque. Vous devez savoir d’où vous venez, c’est vrai que les parents vivent dans la précarité. Mais cela devrait être une source de motivation pour vous. Etudier et libérer vos parents de cette misère. Mes chers enfants et petits-enfants, éviter les grossesses en milieu scolaire, ça y va de votre avenir” a-t-elle ajouté.

Lire aussi :  Abidjan-fait insolite au procès de Simone Gbagbo : Deux témoins à charge déroutés

La première vice-présidente Kalou Philomène lui emboîtant le pas, a rebondi quant à elle sur les valeurs morales. Pour elle, il est formellement interdit à filles mineures d’avoir des contacts sexuels. ”Vous devez vous abstenir et vous concentrer sur les études, le bonheur est devant. Si vous travaillez demain, les hommes seront à vos pied Vous   qui avez atteint la majorité devez suivre les conseils de contraception et surtout vous préserver contre les MST et la grossesse en milieu scolaire. Restez proche des parents et communiquez avec vos mamans, elles vous guideront sur de droits chemins ” .

Le directeur exécutif de Young Girls Care, Gogone Bi Bollou a pour sa part présenté leur Organisation Non Gouvernementale. Il a ensuite livré les  stratégies et perspectives pour un aboutissement meilleur du projet. Selon lui cette lutte implique tout le monde, car, ”les parents, les filles élèves, les éducateurs et les enseignants sont les points focaux à viser dans cette lutte”. Le représentant du fondateur du lycée, Andjou Koné ACE, est conscient du danger que courent les filles élèves avec les grossesses en milieu scolaire. Il a rappelé que chaque année le pourcentage de grossesse en lieu scolaire augmente de jour en jour dans les établissements de Bonon.

Avant de mentionner que la difficulté financière des parents est à la base de ce phénomène. Il a ensuite fait un plaidoyer afin  qu’une infirmerie  soit construite au sein du lycée, pour les premières urgences en cas de maladies. Les élèves à leur tour, ont fait une doléance pour la réhabilitation de leurs latrines et une dotation du lycée en bibliothèque et un sanitaire.

Lire aussi :  Abidjan : un syndicaliste se déchaine : «C'est du banditisme politique que fait le gouvernement en gelant les comptes des instituteurs»

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Elles voudraient aussi bénéficier des conseils de contraceptions pour éviter les grossesses précoces en milieu scolaire. La cérémonie s’est achevée par repas d’ensemble.

HORTENSE LOUBIA KOUAME

Envoyée spéciale

© 2020, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com