Activité gouvernementalePolitiqueUrgences

Urgent-le rêve de Ouattara  pour Gbagbo: et si les ivoiriens étaient morts dans le faux combat de Bédié, Assoa Adou et d’Affi N’Guessan

AVION de Ouattara pour le retour de Gbagbo en Côte d'Ivoire LEDEBATIVOIRIEN.NET

Alassane Ouattara a-t-il réussi à neutraliser le Conseil National de Transition d’Aimé Henri Konan Bédié ? Des ivoiriens sont-ils horriblement morts et inutilement croyant à une fausse résistance orchestrée par une opposition divisée sur l’objectif de la lutte démocratique, y compris le troisième mandat d’Alassane Ouattara ?

Les réponses à ces questions sont perceptibles dans les démarches incompréhensibles d’Henri Konan Bédié et d’Assoa Adou. Est-il encore opportun pour l’opposition d’engager les ivoiriens et les ivoiriennes dans une voie sans issue dénommée le CNT? Ce Conseil de Transition n’existe-t-il  uniquement que dans la tête des partisans d’Affi N’Guessan Pascal ? Sous le crane de Bédié…

Concernant le président du PDCI RDA, les informations qui nous reviennent de sa rencontre avec Alassane Ouattara le mercredi 11 novembre 2020 au golf hôtel valident la posture de Président réélu du candidat du RHDP au scrutin du 31 octobre 2020. Car, «Au cours de leur bref tête-à-tête, Alassane Ouattara (ADO) et Henri Konan Bédié (HKB) se sont entendus sur les futurs sujets à négocier, à savoir la libération des prisonniers de l’opposition, la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) ainsi que le redécoupage électoral avant les législatives. Et ce, avant d’envisager un dialogue qui devrait rassembler toute l’opposition, y compris Laurent Gbagbo», a rapporté Jeune Afrique, du  13 novembre 2020.

Du coup, le dialogue entre Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié ne concerne plus la contestation du troisième mandat d’Alassane Ouattara, mais plutôt de la libération des membres et leaders de l’opposition et de la société civile, puis de la révision des conditions d’organisation des législatives en Côte d’Ivoire. Bédié et ses alliés viennent de perdre le combat du CNT. Le regret sera pour les familles qui ont perdu des proches dans cette lutte.

Lire aussi :  GALA : LA GUERRE SOUTERRAINE  DE CHILDREN OF AFRICA DE DOMINIQUE AOUATTARA A SERVIR D’HENRIETTE BEDIE

Comme cela ne suffisait pas pour que les militants de l’opposition prennent conscience du faux combat dans lequel leurs leaders respectifs les a engagés, Assoa Adou et Danon Djédjé ont montré aux yeux du monde, en allant rencontrer le premier ministre Hamed Bakayoko, qu’il serait mieux pour les GOR de faire profil et se démarquer des radicaux du CNT afin d’obtenir un passeport diplomatique pour Laurent Gbagbo. D’où l’hésitation des “Gbagbo ou Rien” (GOR) à s’inscrire dans un Conseil National de Transition le dimanche 1er novembre 2020 à la résidence d’Henri Konan Bédié. Et pour cause ? Peut-être la suite logique du coup de fil de Laurent Gbagbo à Hamed Bakayoko.

Pendant ce temps, les partisans d’Affi N’Guessan croient dur comme fer à l’aboutissement de la lutte du CNT. Ils estiment que leur leader est, aujourd’hui, une victime de d’envergure nationale qu’a prise cette nouvelle plateforme politique. Elle a réussi à faire trembler Alassane Ouattara du haut de a tour d’ivoire. Le CNT serait encore fort si HKB, Laurent Gbagbo et Assoa Adou y croyaient. Mais la cacophonie dans en son sein l’affaiblie davantage face à Alassane Ouattara progressivement en difficulté dans la presse française.

Il semble qu’Alassane Ouattara a réussi à diviser l’opposition ivoirienne. Il ne serait pas étonnant que les prochains jours, le président du RHDP fasse entrer en Côte d’Ivoire Laurent Gbagbo comme il l’a clamé au cours de sa campagne présidentielle. Et même lui proposer une mission conjointe de réconciliation nationale. Laurent Gbagbo la prochaine mascotte d’Alassane Ouattara pour la réconciliation.

Une stratégie qui pourrait littéralement éteindre à jamais le combat du CNT. Car, au cours d’une réunion de crise tenue à huis clos au palais présidentiel, Alassane Ouattara a évoqué ce jeudi 12 novembre 2020, devant plusieurs de ses ministres et des cadres du RHDP que désormais, sa priorité était de «réconcilier le pays» et d’«apaiser les cœurs», d’où la poursuite de ses discussions avec Henri Konan Bédié, le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et, très prochainement, avec son prédécesseur Laurent Gbagbo.

Lire aussi :  ABIDJAN-ACHILLE GNAORE: «NOUS VOULONS ENCOURAGER TOUS LES IVOIRIENS A QUI OUATTARA IMPOSE DES MISÈRES A CONSTITUER UN BLOC»

Au regard de tout ce ballet politique autour du CNT, est-il encore opportun pour l’opposition ivoirienne conduite par Henri Konan Bédié d’engager les populations ivoiriennes dans une voie sans issue ? Et si des ivoiriens étaient morts dans un faux combat ? L’heure est venue pour HKB de discuter franchement de l’avenir du CNT avec ses alliés. Et c’est tout le sens, selon nous, de cette consultation des différentes plateformes et partis politiques initiée vendredi 13 novembre 2020 à la résidence d’Henri Konan Bédié dont la CDRP a été la première plateforme reçut par le sphinx de Daoukro. L’AFD/FPI d’Affi N’Guessan puis l’EDS de Georges Armand Ouegnin et d’Assoa Adou suivront. Les décisions finales de cette consultation sont impatiemment attendues par les militants de l’opposition ivoirienne significative.

H.KARA

© 2020, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com