Activité gouvernementalePolitiqueUrgences

Urgent-Abidjan-ces odeurs de déchets qui poursuivent Adma Bictogo

Bictogo Adama déchets toxiques LEDEBATIVOIRIEN.NET

Cette histoire de 4,658 milliards de FCFA des victimes toujours dans les poches des cadres du RHDP  proches de Ouattara

Que va-t-il changer dans son entourage avec ce 1er mandat de la 3ème République? En attendant encore et encore le délibéré du procès du détournement de 4,658 milliards de FCFA destinés à l’indemnisation de 6 mille victimes des déchets toxiques et qui dure, depuis 2009, des accusations pèsent, toujours sur les présumés coupables de ce hold-up financier sans précédent à Abidjan. Acte qui cause sévèrement une misère aiguë dans les rangs des victimes sans voix…

La secrétaire générale du réseau nationale de défense des victimes des déchets toxiques, Cécile Affoué ou le président dudit réseau Charles Koffi Hanon,  souviennent, aujourd’hui comme c’était, le mardi 6 janvier 2015, du ‘‘faux et usage de faux, abus de confiance et complicité d’abus de confiance’’, commis dans les documents administratifs, portant sur des numéraires, recel de numéraires détournés, blanchiment de capitaux, méconnaissance des préventions de blanchiment de capitaux.

PROCEDURE CONTRE BICTOGO SCANNE

Toute cette armada de délits commis, par la bande à Koné Cheick Oumar, Adama Bictogo et Ziallo Gohourou Claude. Ils sont condamné à 20 ans de prison ferme, mais jouissent en toute impunité de la liberté non conditionnelle. Que la justice est belle en Côte d’Ivoire. L’infraction imputée par les enquêteurs de la police économique à une autre de la bande, Mlle Digbeu Léocadie, porte sur escroquerie qui a été requalifiée par le juge d’instruction en délit de complicité d’abus de confiance.

La stupéfaction dans le dossier à ce jour reste la non inculpation de monsieur. Adama Bictogo dont la responsabilité pénale a été de façon sans équivoque établie par le rapport d’enquête de la direction de la police économique et financière. Chaque prévenu est tenu par un chef d’accusation précis. Les délits de faux et usage de faux commis dans des documents administratifs, d’abus de confiance et de blanchiment de capitaux s’appliquent à GOHOUROU Claude, auteur principal de toutes les infractions dans le vol des fonds des victimes du Trafigura.

Lire aussi :  Traitement du cancer en Côte d’Ivoire :Dominique Ouattara pose de la 1ère pierre d’un centre de radiothérapie

Mais comme Adama Bictogo et Cheick Koné, pour jouir de la protection du système politique qui tient la justice en respect, il vient de créer son parti politique proche du Rhdp, parti au pouvoir en Côte d’Ivoire. Histoire d’un parapluie atomique de protection contre la justice. Ce qui fonctionne d’ailleurs  à merveille, d’autant que, bien que condamné à 20 ans de prison ferme, il se la coule douce au baie des milliardaires, en observant les victimes de ses actes trépasser sous le poids de la misère, suite à l’inhalation des déchets toxiques.

Les délits de complicité de faux et usage de faux commis dans les documents administratifs, d’abus de confiance et de blanchiment de capitaux concernent  KONE Cheick Oumar, Awa N’DIAYE, épouse M’BAYE. Mais, le délit de recel de numéraires détournés s’applique uniquement à KONE Cheick Oumar et Awa N’diaye. Beaucoup de langues annoncent la dernière du côté du Sénégal. Comme quoi, les racines ne sont jamais assez loin  pour protéger des  menaces des tribunaux.

Et Gouhourou Claude, le nouveau chef de parti politique…

Il réussira  à pomper le sous des  victimes majestueusement grâce à une fausse association. Les  chefs d’accusations de faux et usage de faux commis dans des documents administratifs par Gohourou Claude ne procèdent uniquement pas des deux différents numéros de récépissé de déclaration dont il affirme s’agir d’une omission  de la part du  ministère de l’Intérieur, à savoir les numéros 1829 et 829.

Bien au contraire, le faux a été constaté sur les actes constitutifs de son association, à savoir l’attestation sur l’honneur supposée établie à la mairie de Cocody et les anomalies criantes qui greffent la prétendue assemblée générale constitutive de cette association putative. Le procès-verbal de l’assemblée générale constitutive de la CNDVT-CI son association contient de nombreuses anomalies qui remettent en cause la validité-même des actes constitutifs de celle-ci.  GOHOUROU Claude président de la CNDVT-CI, a produit des documents prétendument légalisés à la mairie de Cocody, le 11 août 2009 sous la référence 83.410.

Lire aussi :  Urgent-Côte d'Ivoire: les enseignants révoltés: ''On arrête tout les 28, 29 et 30 Janvier 2020" Kouamé Bertoni (Sg du RICI)

Or, les constatations faites à la mairie de Cocody, à la demande de certains représentants de victimes à l’époque des enquêtes, dont AGNIN ADJE Jean-Claude et AGNIN Kadio Marthurin agissant en vertu d’une ordonnance du tribunal d’Abidjan, établissent clairement que ladite attestation sur l’honneur N° 83410 n’existe nullement dans les registres des actes de l’état civil de la mairie de Cocody datés du 11 août 2009. Que la Côte d’Ivoire est belle !

DECHETS TOXIQUES ET QUI PROTEGE CLAUDE GOHOUROU, LEDEBATIVOIRIEN.NETLes documents présentés au ministère de l’Intérieur par GOHOUROU Claude en vue d’obtenir le récépissé de déclaration de son association constitue des faux qu’il a élaborés dans le seul but de s’approprier sous le couvert de cette association fictive, les indemnités négociées par le cabinet LEIGH DAY& CO auprès de la multinationale empoisonneuse, Trafigura. Les faits de faux et usage de faux commis dans des documents administratifs, d’abus de confiance et de blanchiment des 4,658 milliards de FCFA sont constitués à l’égard de Gogourou Claude. Mais rassurez-vous, il a fait la campagne présidentielle 2020 en toute  liberté

Blanchiment de capitaux, Koné Cheick Oumar, le maître du jeu

Le blanchiment de capitaux est l’infraction constituée par un ou plusieurs agissements commis intentionnellement, à savoir la conversion, le transfert ou la manipulation de biens dont l’auteur sait qu’ils proviennent d’ un crime ou d’ un délit, dans le but de déguiser ou de dissimuler l’ origine illicite desdits biens…

L’origine frauduleuse résulte du transfert irrégulier dont a été objet la somme de 4,658 milliards de FCFA, dans le cadre de la double violation d’un séquestre judiciaire des victimes et du protocole d’accord qui obligeait GOHOUROU Claude à indemniser les victimes à la SGBCI et non à l’ex ACCESS BANK, malgré une fausse association qu’il présidait à la commission des faits.

Lire aussi :  Urgent-accidents de plus en plus meurtriers: le Procureur de la République d’Abidjan va sévèrement sanctionner les auteurs

Koné Cheick Oumar pour avoir aidé Gohourou Claude à monter sa fausse association et avoir également reçu, gardé, manipulé et disposé  desdits fonds est complice desdits chefs d’accusation au regard de l’article 27 de notre code pénal. Pour sa part, ACCESS BANK devenue AFRILAND FIRST BANK, a vu sa sentence  atténuée, au regard de sa  responsabilité pénale pour dit-on «méconnaissance des préventions de blanchiment de capitaux», alors que, nul n’est censé ignorer la loi. Alors qu’ACCESS BANK devenue AFRILAND FIRST BANK, en difficulté de trésorerie avant le transfert desdits fonds a intentionnellement accompli tous les actes.

Mais l’exhumation de cette forte odeur des déchets qui poursuivent Adma Bictogo et autres, avec l’histoire de 4,658 milliards de FCFA des victimes atteint-t-elle, le président réélu Alassane  Ouattara, à la tête de la Côte d’Ivoire ? Cette impunité dont jouissent les cadres de son entourage prendra-t-elle fin avec ce 1er mandat de la 3ème République ?

HERVE MAKRE

LEDEBATIVOIRIEN.NET

© 2020, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com