Activité gouvernementaleArt & CultureUrgences

Abidjan-culture: Daisyz Watozo raconte sa 1ère rencontre avec Tiburce Koffi, ses idées avec le BURIDA

WATEZO DAISYZ ET TIBURCE KOFFI LEDEBATIVOIRIEN.NET

Il  est heureux de faire son retour dans son  pays, la Côte d’Ivoire, après plusieurs années en France. Daisyz Watozo, acteur, metteur en scène et réalisateur a été durant ces  années à  la tête de l’Association  des artistes musiciens ivoiriens résidant à Paris. Sa rencontre avec Tiburce Koffi reste vivace encore avec son retour à Abidjan. Il en parle..

WATEZO DAISYZ ET TIBURCE LEDEBATIVOIRIEN.NET«Je suis artiste ivoirien, donc j’entends mettre tout ce que j’ai fait à Paris au service des jeunes de mon pays», affiche-t-il, à son retour. Mais  il revit son premier contact avec l’homme de  culture, écrivain, ancien conseiller de chef d’Etat ivoirien, ancien directeur de  la bibliothèque nationale à Abidjan, ancien patron de l’institut national supérieur des arts et de l’action culturelle-insaac et aujourd’hui  président du conseil d’administration du BURIDA, Tiburce Koffi.

«J’ai des idées pour le Bureau ivoirien du droit d’auteur. Je suis un acteur du théâtre. Il y a au Burida un administrateur que je connais bien, Tiburce Koffi, que j’ai rencontré au festival d’Avignon en France. Il  était accompagné de la journaliste Agnès Kraidy, tous les deux   envoyés  par le gouvernement ivoirien au festival. Ce jours là, ils ont vu sur les affiches, un ivoirien qui remerciait le président Henri Konan Bédié.

 

J’étais sélectionné pour  y jouer, mais le président nous a aidés pour être à Avignon. À la fin du festival  ils sont  venus rencontrer  le metteur en scène et réalisateur que j’étais. Je leur ai dit que c’est parce que le président nous avait aidé grâce  à l’appui de  l’ambassadeur qui avait apprécié notre pièce théâtrale que nous le remercions… et une amitié est née».

Lire aussi :  Cote d’Ivoire : Reconquête du pouvoir, Pascal Affi sent quelque chose, que prépare l’UE ?

Avec  une rencontre avec le PCA du Buruda, Daisyz Watozo entend donc se mettre désormais au service du monde culturel et artistique de son pays, la Côte d’ivoire.

H. MAKRE

Ledebativoirien.net

© 2021, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com