Activité gouvernementalePolitiqueUrgences

Tribune-révolté, le politologue Geoffroy KOUAO tacle: «En Côte d’Ivoire, nous avons beaucoup de trop de députés»

le politologue Geoffroy KOUAO ledebativoirien.net

Le collège électoral est convoqué le 6 mars prochain pour élire les membres de la chambre basse du parlement ivoirien. L’enjeu de l’élection des députés  n’est pas seulement que symbolique. Certes, il faut réconcilier les ivoiriens avec la démocratie considérablement endommagée depuis août 2020 mais, il faut aussi relancer un mode de fonctionnement politique dépassionné pour reconstruire la cohésion nationale.

C’est également une opportunité pour le politologue de jeter un regard critique sur le nombre pléthorique de députés à l’hémicycle. Nous avons beaucoup trop de députés en Côte d’Ivoire. 255 députés pour une population de 23 millions d’habitants et une superficie de 322 462 KM2. Soit 1 député pour 90.000 habitants ou 1 député pour 1300 km2. C’est surabondant. Une petite étude comparative pour mieux apprécier l’inflation parlementaire dans notre pays.

En France, notre référence en tout et pour tout, il y a 577 députés pour une population de 65 millions d’habitants,  soit un député pour 113.000  habitants. En Allemagne, une autre démocratie européenne, ce sont  622 députés pour 82 millions d’habitants soit 1 député pour 131.000 habitants.

Le Niger, un Etat de l’Afrique de l’ouest,  a 171 députés pour 22 millions d’habitants soit 1 député pour 129. 000 habitants. Le Mali, notre voisin septentrional,  c’est 147 députés pour 20 millions d’habitants  soit 1 député pour 137.000 habitants.

De ce qui précède, en tenant compte de ces ratios, la Côte d’ivoire a besoin de seulement 170 députés. Nous avons, donc, 85 sièges de députés de trop. Nous devons pouvoir, courageusement, en tirer les conséquences politiques pour une utilisation rationnelle  de notre politique budgétaire et affecter ces ressources financières aux vrais besoins des populations, par exemple, combler le déficit abyssal de 13000 enseignants au primaire, au secondaire et au supérieur. C’est une exigence de bonne gouvernance.

Lire aussi :  Toulepleu: la mutuelle des femmes de Nezobly  a vu  le jour pour plus de solidarité

Geoffroy Julien KOUAO

Politologue et Ecrivain

Dernier livre publié: «Côte d’Ivoire une démocratie sans démocrates. La ploutocratie n’est pas la démocratie»

© 2021, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com