LE DEBAT IVOIRIEN

Parce que Nous avons tous le droit de reflechir

urgent-à Kouadio Konan Bertin: une si longue lettre ouverte d’un compagnon de lutte ‘‘pour la réconciliation nationale’’

Objet: Réhabilitation Politique du Grand Conseiller Sékou Sanogo

 

Monsieur le Ministre KKB, Cher frère de lutte,

Sekou Sanogo le combat de l4EDICI et Samna Koné LEDEBATIVOIRIEN.NETC’est la première fois que je veux m’exprimer officiellement sur votre nomination, depuis que le Président de la République SEM Alassane Ouattara, vous a fait gracieusement l’honneur en vous choisissant en tant que Ministre de la réconciliation nationale.

J’ai partagé avec vous, durant de nombreuses années, les durs moments de la lutte contre le cancer de la division et de la haine en Côte d’Ivoire, lorsque vous étiez Président de la jeunesse du PDCI et moi, en tant que responsable à la sécurité, auprès de vous.

J’ai encore en mémoire, ces durs moments.

Nous avons véritablement soufferts des péripéties des broussailles, nous avons échappé à la mort. Parfois, nous dormions sans nourriture. Et pour ce principe et vécu, je suis très fière de cette nomination que d’autres jugeront opportuniste sans connaître le combat que nous avons mené Ensemble.

Je suis convaincu de votre loyauté envers votre parti politique, le PDCI. Il avait fait le choix de vous briser, au profit de Monsieur  feu Atsé Jean Claude, Président du forum des jeunes du PDCI. C’est parce que le PDCI n’a pas été reconnaissant que vous êtes devenu Ministre et le PDCI se retrouve à l’opposition.

À Abidjan,  sur 17 Coordinations de la JPDCI, 14 avaient signé une pétition pour votre destitution, mais je suis resté à vos côtés, fidèle à mon engagement. J’ai même effectué des rencontres officieuses, pour dissuader certains dissidents.

Mais, après ce bref témoignage, seulement voilà; monsieur le Ministre KKB

Vous connaissez mon dévouement et mon abnégation, parce que vous savez ce que nous avons fait et vécu ensemble, vous savez mon engagement. Nous savons tous ce qui est nécessaire pour la réconciliation en Côte d’Ivoire. Ce ne sont pas les accolades, ici et là, qui vont créer la fraternité entre ivoiriens, tant que nous ne serons pas capables d’aborder avec courage et audace, les vrais défis qui se présenteront à nous, chaque fois.

Lire aussi :  Abidjan : Retour secret de Paris-Soro Guillaume : «J’irai demander pardon  à Gbagbo…J’ai constaté des agitations» 

Monsieur le Ministre KKB,

Ce processus de réconciliation nationale dont vous avez la lourde charge nous intéresse pleinement, dans la mesure où vous et nous savons les causes du mal en Côte d’Ivoire. Elles  qui sont entre autres, l’exclusion, le rejet et la catégorisation des citoyens ivoiriens.

Monsieur le Ministre KKB

Ma préoccupation concerne la question de la réhabilitation du Grand Conseiller Sékou Sanogo et ex-député de l’Assemblée Constituante Française, dont le parcours politique a été effacé injustement par le PDCI, durant 40 ans. Sékou Sanogo est un citoyen ivoirien ayant servi à l’Assemblée Constituante Française au nom de la Côte d’Ivoire, son pays d’origine. De nombreux projets de loi élaborés par lui continuent de servir à la Côte d’Ivoire.

Monsieur le Ministre KKB,

Voici que les traces de cette illustre personnalité n’existent nulle part, y compris dans les livres ou manuels scolaires, à l’instar du Voltaïque Ouezzin Coulibaly ou de l’ivoirien, Grégoire Yacé, Houphouët-Boigny, Ange Barry Batesty, ou même Samory Touré, le guerrier, et tant d’autres.

Monsieur le Ministre KKB,

Nous savons tous que l’exclusion du passage Politique du Grand Conseiller et ex-député de l’Assemblée Constituante Française, Sékou Sanogo a été un moment donné à l’origine du sursaut d’éveil de bon nombre d’ivoiriens qui se sont sentis trahis par le PDCI.

Aujourd’hui, nous mettons sur table, cette importante question de Réhabilitation Politique du Grand Conseiller Sékou Sanogo, car aucun être humain ne souhaiterait que ses droits lui soient retirés pour des motifs d’adversité Politique.

Monsieur le Ministre KKB,

Cher frère,

Cette illustre personnalité a été, certes, adversaire Politique du PDCI, mais avait-elle droit à ce mépris de l’Etat et à cette catégorisation injustifiée et arbitraire de la part du PDCI, alors au pouvoir ? Une haute personnalité politique dont le mouvement politique EDICI était le 2ème sur l’échiquier National et potentiel adversaire Politique du PDCI, lors des législatives du 17 juin 1951 et du 2 Janvier 1956.

Lire aussi :  Ramadan : le Conseiller du Président  Ouattara à la conquête cœurs des fidèles musulmans démunis

Monsieur le Ministre KKB,

cher frère,

Parlons de réconciliation nationale, d’accord, mais enracinons d’abord notre esprit d’humanisme, c’est en cela que nous pourrons construire une nation une et indivisible.

J’espère trouver en vous, ainsi qu’en chacun de nous cette reconnaissance méritée à l’endroit de notre frère ivoirien, feu Sékou Sanogo qui a vaillamment animé la classe politique avant l’indépendance dont mon unique but est de voir réhabilité pour le bonheur de tous ses sympathisants, dans l’intérêt de la cohésion nationale. Je vous prie de bien vouloir trouver ici mes chaleureuses salutations distinguées».

Fraternellement votre,

Sékou Samba Koné

Président de L’EDICI

ledebativoirien.net

© 2021, redaction. All rights reserved.

This site is protected by wp-copyrightpro.com