LE DEBAT IVOIRIEN

Parce que Nous avons tous le droit de reflechir

france afrique democratie ledebativoirien.net

urgent-françafrique: «Les dés sont pipés pour la pérennisation des pouvoirs autocratiques dans des pays où il y a la démocratie sans démocrates»

En Afrique francophone, la tradition du “1 coup k.o” est en train de s’enraciner fortement avec les tenants du pouvoir, qui ne veulent rien lâcher. Le président sortant du Bénin, Patrice Talon, a été réélu, sans surprise. À l’issue du scrutin du dimanche 11 avril 2021, il a obtenu 86.37% des suffrages exprimés, au premier tour du scrutin. En Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, pour son 3è mandat et le premier de la IIIè République, a plané avec 94.27% des voix, au scrutin du samedi 31 octobre 2020.

Au Congo-Brazzaville, “l’empereur” Denis Sassou Nguesso, au pouvoir depuis 36 ans, s’est vu offrir 88.57% des suffrages de la présidentielle du dimanche 21 mars 2021 quand, en Guinée-Conakry, Alpha Condé entamait son 3è mandat et le premier de la IVè République avec 59.49% des voix, le dimanche 18 octobre 2020.

La démocratie africaine francophone finit par apparaître comme un cache-sexe. Elle évolue sur les traces indélébiles du parti unique avec une seule et unique différence: multiplicité des candidatures certes mais des violences pré- et postélectorales avec de nombreuses victimes. Dans son discours au sommet de La Baule (19 au 21 juin 1990), François Mitterrand a relevé les bretelles aux chefs d’État africains, exigeant d’eux de développer la démocratie dans leur pays à l’image des Européens de l’Est. Ceux-ci avaient profité de la chute du mur de Berlin (9 novembre 1989) pour s’affranchir du communisme.

Le chef de l’État français subordonnait alors l’aide de son pays à la mise en œuvre de reformes politiques. Et partout ou presque, dans ces pays sous perfusion et ajustement structurel, ce fut la course avec la mode des conférences nationales et la proclamation du multipartisme. C’est du pipeau. Si le pluralisme politique a réveillé les antagonismes ethniques qui couvaient sous la cendre, il a brisé le fragile consensus social, permettant aux puissances occidentales d’instrumentaliser ces divisions pour mieux asseoir leur influence et leur présence.

Lire aussi :  FONCTION PUBLIQUE IVOIRIENNE : LES MÉDECINS MILITAIRES APTES A INTÉGRER L’ADMINISTRATION PUBLIQUE APRES LEUR DÉPART A LA RETRAITE DES 57 ANS

Et 31 ans bientôt après La Baule, tous les pays s’en réclament, mais bafouent le libre jeu démocratique tant qu’ils sont placés sous des parapluies atomiques extérieurs. Cet exercice est donc expressément faussé à la base. Les commissions électorales, que tous croyaient, en 1990, comme l’antidote de l’opacité, ont échoué, car prises en otage. Elles concurrencent les vomis ministères de l’Intérieur d’hier dans la manipulation des résultats et la “technologie électorale”.

Les règles du jeu (constitution, conditions d’éligibilité, etc.) sont le fait du prince. Comme au temps du parti unique. Il les change à sa guise, en violation flagrante de la séparation des pouvoirs, pour mettre les bâtons dans les roues de ses adversaires. La souveraineté du peuple, bâillonnée, se trouve alors piétinée impunément. Et face à des manifestations réprimées et vite circonscrites d’une opposition désordonnée, désorganisée et en panne de stratégie, les dés sont pipés pour la pérennisation des pouvoirs autocratiques dans des pays où il y a la démocratie sans démocrates.

Par F. M. Bally

ledebativoirien.net

© 2021, redaction. All rights reserved.

This site is protected by wp-copyrightpro.com