LE DEBAT IVOIRIEN

Parce que Nous avons tous le droit de reflechir

Urgent-Pourquoi la jeunesse du PDCI atteint gravement à la liberté de la presse: la colère de la presse étrangère à Abidjan après l’agression barbare au siège du parti de Bédié LEDEBATIVOIRIEN.NET

Urgent-Pourquoi la jeunesse du PDCI devient subitement agressive et atteint gravement à la liberté de la presse: la colère de la presse étrangère à Abidjan après l’agression barbare au siège du parti de Bédié

Et de deux ! La jeunesse du PDCI enrichit peu à peu son catalogue d’actes de violences, comme un âne perdu, alors que guidée par le sage Henri Konan Bédié. Il y a peu, le Secrétaire Exécutif en chef Maurice Kacou Guikahué tenant une rencontre du parti a vu deux factions de la jeunesse s’affronter dans l’enceinte même du siège. Quelques semaines plus tard, la même jeunesse du parti de Bédié (certainement qu’elle a besoin d’être éduquée à la discipline) remet l’action.

Cette fois, en franchissant un palier, en direction des journalistes venus relayer la rencontre de la direction du parti avec un ancien militant dudit parti poussé dans les rangs du parti du président Alassane Ouattara. Il y est devenu même ministre et siège dans le gouvernement Rhdp. Kouadio Konan Bertin, ancien président de la jeunesse du Pdci est aujourd’hui ministre de la Réconciliation, ce qui traduit sa visite au siège de son ancien parti qu’il a parcouru avec fierté, ce jeudi 4 juin 2021.

Une ascension fulgurante qui crée un désordre dans le mentale de la jeunesse du parti du président Henri Konan Bédié et qui justifie son ressentiment par la violence envers les journalistes. Quelque chose doit être fait pour cette jeunesse du parti fondé avec une noble vision par Félix Houphouët-Boigny et ses compagnons, le 9 avril 1946  à l’Etoile du Sud Treichville. Sinon, elle est en perte de vraies repères.

Ici, la déclaration de la presse étrangère exerçant en Côte d’Ivoire violentée, elle aussi. Soutenue  par la presse locale, l’Association de la Presse Etrangère en Côte d’Ivoire-AEPCI dénonce, par la voix de la présidente, M’ma CAMARA. 

Lire aussi :  Abidjan-presse :«L’augmentation du prix des journaux a été nuisible ; Notre liberté est encadrée mais…’’ Charles Lambert Tra-Bi (Président des Dp)

Déclaration de l’APECI

« Jeudi 3 juin 2021, plusieurs journalistes invités au siège du PDCI-RDA pour une conférence de presse ont été violemment agressés alors qu’ils attendaient le compte-rendu d’une rencontre entre la direction du parti et le ministre de la Réconciliation nationale. Plusieurs confrères ont été brutalisés par des individus issus de la Jeunesse du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire rurale (JPDCI) et ont vu leur matériel endommagé. Parmi ces confrères, un membre de l’APECI, François Hume Ferkatadji qui couvrait l’événement pour RFI.

L’APECI s’insurge contre cette atteinte gravissime à la liberté de la presse émanant de surcroit d’une des instances du PDCI-RDA et la condamne avec la dernière énergie. L’APECI rappelle à la direction du PDCI-RDA que le parti est responsable de la sécurité des journalistes qui viennent couvrir l’actualité au sein de son siège. L’APECI se réserve le droit de donner des suites judiciaires à cette agression. Les médias membres de l’APECI envisagent de ne plus couvrir d’évènements au siège du PDCI-RDA,

tant qu’il n’y aura pas de garantie sur la sécurité des journalistes. L’APECI apporte son soutien  à tous les confrères, ivoiriens ou étrangers, qui ont été victimes de ces violences inadmissibles».

ledebativoirien.net

© 2021, redaction. All rights reserved.

This site is protected by wp-copyrightpro.com