LE DEBAT IVOIRIEN

Parce que Nous avons tous le droit de reflechir

Université Félix Houphouët Boigny : les hauts mérites du Professeur Alain Sissoko de l'UFR Criminologie salués LEDEBATIVOIRIEN.NET

Université Félix Houphouët Boigny : les hauts mérites du Professeur Alain Sissoko de l’UFR Criminologie salués

Enseignants-chercheurs, cadres de l’administration et étudiants, tous reconnaissant au «Baobab» de la Criminologie en Côte d’Ivoire, le Professeur Alain Sissoko. Ils l’ont exprimé à l’occasion d’une cérémonie d’hommage au Professeur Alain Sissoko le jeudi 9 septembre 2021 à l’UFR Criminologie de l’Université Félix Houphouët-Boigny, sous la présidence du Professeur Adama Diawara, président de cette Université et sous le parrainage du général de corps d’armée Alexandre Apalo Touré, Commandant supérieur de la gendarmerie nationale.

Université Félix Houphouët Boigny : les hauts mérites du Professeur Alain Sissoko de l'UFR Criminologie salués  LEDEBATIVOIRIEN.NET
Dans le vieux temple du savoir scientifique d’Abidjan-Cocody, l’adage africain qui évoque qu’à l’ombre d’un grand arbre rien ne poussait, a étalé ses limites au regard du déluge de témoignages ce jeudi 9 septembre 2021 à l’Amphithéatre de l’UFR Criminologie. Car, c’est le lieu de reconnaître qu’à l’ombre de l’immense professeur, Alain Sissoko devenu, aujourd’hui, doyen honoraire de l’Unité de Recherche et de Formation Criminologie, plusieurs enseignants-chercheurs et cadres de l’administration ivoirienne ont pu émerger. L’homme célébré à la cérémonie d’hommage, de ce jour, a consacré les trente quatre (34) dernières années de sa carrière universitaire à développer L’UFR Criminologie, à former des enseignant-chercheurs, des cadres de l’administration ivoirienne et à promouvoir cette filière universitaire dans le but de permettre l’insertion socio-professionnelle de «ses disciples».

Un combat noble et bien accompli, durant trois (3) décennies, qui a suscité en ces derniers, l’idée d’organiser une cérémonie de reconnaissance à leur Maître, le Professeur Alain Sissoko. «Nous avons organisé cet évènement pour rendre hommage au Professeur Alain Sissoko, pour reconnaître ce qui appartient à César à César. Le Professeur Sissoko a été un grand artisan dans le développement de la Criminologie en Côte d’Ivoire. Il fallait que nous lui retournions l’ascenseur en lui rendant hommage publiquement, en lui rendant également hommage académiquement pour dire à la Côte d’Ivoire qu’un grand homme existe et cet grand homme c’est le Professeur Alain Sissoko.

Université Félix Houphouët Boigny : les hauts mérites du Professeur Alain Sissoko de l'UFR Criminologie salués  LADEBATIVOIRIEN.NETIl a bâti une institution, il a formé des cadres et il a beaucoup fait pour la Côte d’Ivoire. Donc, c’est à juste titre que nous avons organisé cette cérémonie. L’objectif c’était de mettre en relief, en valeur tout ce que le Professeur Alain Sissoko a apporté à la Côte d’Ivoire. Partant de là, nous voulions valoriser ces acquis auprès de l’opinion publique qui connaît mal la Criminologie. Par conséquent, nous voulions à travers cet évènement aussi valoriser la Criminologie en Côte d’Ivoire. C’est pourquoi, nous demandons aux autorités politiques de toujours faire confiance aux chercheurs que nous sommes, d’avoir recours à l’expertise des universitaires pour résoudre les phénomènes sociaux. L’actualité nous a montré le cas d’un “violeur” sur une chaîne de télévision qui s’est repenti mais qui n’existe pas scientifiquement. Ces genres de phénomènes arrivent dans la société.

Lire aussi :  Côte d’Ivoire-non-paiement d’heures complémentaire : Les enseignants de l’Université de Daloa en grève

Les criminologues ont leur place pour éclairer l’opinion et apporter des solutions à ces phénomènes», a suggéré le président du comité d’organisation de cette cérémonie, le Professeur Ismaila Bakayoko, Maître de Conférences à l’UFR Criminologie.
Le Professeur Affian Kouadio, 1er vice-président de l’Université Félix Houphouët-Boigny, représentant pour la circonstance, le Professeur Ballo Zié, Président de l’Université Félix Houphouët-Boigny, a transmis allègrement les mots de reconnaissance du premier responsable de l’Université au Professeur Alain Sissoko. «l’année 1996 fut la création de l’UFR Criminologie sous le Professeur Alain Sissoko. Et en 2010, lorsque cette Unité de Formation et de Recherche était en pleine maturité, survînt la crise post-électorale et l’Université a été fermé pendant deux (2) années. À la réouverture en 2012, il fallait repenser les offres de formation dans le nouveau système LMD.

Et le Professeur Alain Sissoko a fait un excellent travail. C’est pourquoi, premièrement, cette cérémonie solennelle est l’occasion de rendre hommage à quelqu’un qui a contribué à façonner plusieurs enseignants-chercheurs, cadres dans l’administration et dans les forces de défense et de sécurité. Deuxièmement, le respect des aînés n’est pas une notion vaine dans la culture africaine. Le Professeur Alain Sissoko mérite ce respect et cet hommage de son vivant. Car, il est une bibliothèque pour le monde universitaire en général et pour l’UFR Criminologie en particulier», a-t-il précisé.

À sa suite, c’était au tour du vice doyen de l’UFR Criminologie, le Professeur Akadié Mathieu de décrire l’énorme résultat du travail du Professeur Alain Sissoko à la tête du département de Criminologie à l’Université Félix Houphouët-Boigny. «L’émotion est particulière à travers l’hommage que nous rendons à ce grand «Baobab» qu’est le Professeur Alain Sissoko. Car, au bout d’un travail avec abnégation, l’Institut qui avait 04 bureaux et 35 étudiants est devenu, aujourd’hui, une Unité de Formation et de Recherche avec 48 enseignants-chercheurs, 15 bureaux, 5 salles de TD, un amphithéâtre, plus de 1000 étudiants et deux (02) laboratoires de recherches. Et ce, grâce au Professeur Alain Sissoko. Sans ignorer, les deux (02) enseignants-chercheurs, fruits du Professeur Alain Sissoko, qui nous ont quittés. Notamment, le Professeur Yébouet Boua Henry et le Docteur Traoré Massandjé.

C’est le lieu de noter l’équation, Alain Sissoko est égal à l’UFR Criminologie et l’UFR Criminologie est égal à Alain Sissoko. C’est pourquoi, dans le but de perpétuer l’illustre personnalité scientifique, nous allons instaurer un prix Alain Sissoko à l’UFR Criminologie», a-t-il annoncé.

Le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Adama Diawara, à travers son Directeur de Cabinet, le prof. Kobéa Toka Arsène, a félicité le Professeur Alain Sissoko pour tout le travail abattu pour l’UFR Criminologie, pour l’Université Félix Houphouët-Boigny, pour le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et enfin pour le service rendu à la Côte d’Ivoire. Il a promis fait tout ce qui nécessaire pour l’équipement des laboratoires de recherche de l’UFR Criminologie.

Lire aussi :  Inédit-désignation d’Alassane Outtara comme candidat: le conseil politique du RHDP cite et vise tout, sauf la Constitution, bizarre!

Le Général de corps d’armée, Alexandre Apalo Touré, parrain de la cérémonie, absent pour des raisons de contraintes de service pour la patrie, a exprimé sa joie et son honneur de faire partir du long chapelet de cadres construits par le Professeur Alain Sissoko, par la voix de son représentant, le Général de brigade Abé.
Heureux de revoir certains étudiants qu’il avait perdu de vue mais bien présents dans les administrations ivoiriennes pour servir la Côte d’Ivoire comme le Général des corps d’armée Alexandre Apalo Touré, le Professeur Alain Sissoko a exprimé sa gratitude à «ses disciples» pour cette cérémonie d’hommage de son vivant pour service rendu à la Côte d’Ivoire. «D’abord je remercie le comité d’organisation et tout ce qui ont participé à la cérémonie. Encadreurs, collègues, étudiants, etc. Je pense que dans la vie d’un homme quand on a travaillé pendant 40ans et quand on doit une reconnaissance à quelqu’un qui a posé une pierre pour les étudiants d’un État, c’est bien qu’il ait un hommage.

Comme je le disais à la télévision, on rend souvent hommage aux hommes politiques en Côte d’Ivoire cependant les enseignants n’ont pas souvent droit à ces hommages. Les enseignants rendent service à la nation. Nous avons formé 300 à 500 cadres pour le pays mais on en parle pas. Quand vous regardez la télévision, on montre souvent le travail des hommes politiques pour la nation. C’est ce qui est apparent. Également, il faut montrer ce qui se fait discrètement par les enseignants pour le pays et j’insiste dessus. Il faut valoriser la fonction d’enseignant. Elle est trop dévaloriser à mon avis. Aujourd’hui, à travers cette je suis heureux qu’on reconnaisse le travail que j’ai effectué. C’est important. Et l’appui des médias est fondamental pour la promotion de notre travail. Quand vous venez vers nous, cela nous permet de montrer aux yeux du monde ce que nous faisons. Nous pouvons de par vos canaux également vendre notre produit aux yeux des jeunes, aux yeux de la nation.

Il y a des personnes qui pensent que la Criminologie c’est pour former des criminels. Il est important que les populations sachent ce que nous faisons. Nous avons travaillé énormément sur plusieurs phénomènes tels que le phénomène des “microbes” et bien d’autres. Il serait bon que les criminologues soient associés aux travaux du Conseil National de la Sécurité pour apporter leur expertise en matière de sécurité et de défense. Le Gal. Apalo par exemple, bien qu’il soit formé ici en Criminologie, participe à ce Conseil en tant que commandant supérieur de la gendarmerie et non en qualité d’expert en Criminologie dans ce Conseil. Donc, il serait bénéfique qu’on fasse intervenir des experts en Criminologie dans le Conseil National de la Sécurité (CNS).

Même au niveau de la sécurité routière dont on parle aujourd’hui, il faut associer des criminologues, des sociologues, des psychologues afin de résoudre l’insécurité routière. Mon message c’est que l’État se rapproche plus des universités et qu’il aient plus d’échanges entre les décideurs et nous les enseignants-chercheurs. Parce que nous pouvons apporter beaucoup à l’État dans l’action gouvernementale pour le développement du pays. Les experts sont présents dans nos universités et il faut se servir d’eux. Le gouvernement peut en chercher ailleurs mais il faut d’abord sur les locaux. Et je souhaite bon vent à l’UFR Criminologie. Je suis retraité toutefois, j’interviens parfois en tant qu’expert en Criminologie et doyen honoraire pour donner des conseils aux jeunes au sein de l’UFR Criminologie» a-t-il fait savoir.

Lire aussi :  DANANE : LE 2EME CONSEIL MUNICIPAL PLANIFIE PLUSIEURS PROJETS POUR 2020

Il faut noter que la Criminologie, comme discipline scientifique à l’Université de Cocody rebaptisée Université Félix Houphouët-Boigny, a commencé par la création d’un institut le 22 décembre 1969. Cet institut a été dirigé par le Professeur Marcel Etté jusqu’à 1989, date de la nomination du Professeur Alain Sissoko comme le nouveau Directeur. À l’issue d’un travail scientifique et managérial, l’Institut abouti à l’Unité de Formation et Recherche (UFR) Criminologie en 1996. Mais, c’est en 1997 que l’UFR Criminologie a commencé réellement à fonctionner. Ainsi, de 1996 à 2016, le Professeur Alain Sissoko, en qualité de doyen de l’UFR Criminologie, a su graver la méthodologie, l’objet et la finalité de la Criminologie dans l’esprit des étudiants qu’il a reçu afin qu’ils puissent réfléchir, à leur tour, comment lutter contre la marginalité sociale et la criminalité en Côte d’Ivoire?

H.KARA
Ledebativoirien.net

© 2021, redaction. All rights reserved.

This site is protected by wp-copyrightpro.com