LE DEBAT IVOIRIEN

Parce que Nous avons tous le droit de reflechir

le weekend du maire de yopougon auprès des populations LEDEBATIVOIRIEN.NET

Reportage-le week-end du maire de Yopougon (acte 1): investiture d’association de femmes, finales de tournois de football-en mission pour Gilbert Koné Kafana, le 1er  Adjoint au Maire, Issifou Coulibaly répond aux sollicitations des populations

À la tête de la Commune de Yopougon depuis 2013, le Maire Gilbert Koné Kafana et son équipe municipale sont au four et au moulin pour donner un cadre de vie acceptable à la population de la Commune de Yopougon. Comme en témoigne la construction de  la première bâtisse administrative municipale digne de la commune : la Mairie. Cependant, à côté de cet objectif régalien, le Maire de Yopougon déroule également son programme social.

weekend du maire de yopougon Kafana en action LEDEBATIVOIRIEN.NETC’est alors que chaque week-end du Maire de Yopougon sont consacrés entièrement à des activités sociales, culturelles et sportives afin d’apporter la joie dans les familles, les associations et au sein de la jeunesse de Yopougon. Dans un reportage ce samedi 11 septembre 2021, Ledebativoirien.net vous livre tous les détails de la randonnée d’activités sociales et sportives, à pas de course, de l’équipe du Maire Gilbert Koné Kafana conduite, ce jour, par son 1er  adjoint, l’ambassadeur Issifou Coulibaly. Suivez la performance de cette équipe du Maire Gilbert Koné Kafana.

Sous un ciel clément en cette période de pluies diluviennes, nous prenons le départ à 14h 40mn pour la première activité. Il s’agit d’une cérémonie d’investiture de la présidente du Groupement des Femmes pour la Paix et la Solidarité (GFPS). Une nouvelle association de femmes résidentes au quartier derrière le CHU de Yopougon et la cité attenante de la BAE. Il est 15 heures, notre cortège arrive sur les lieux de la cérémonie. Des cris de joie sortent de partout. «Le parrain est là, le parrain est là» pouvons-nous entendre des dizaines de femmes réunies sous les cinq bâches disposées pour la circonstance. Le Maire Issifou Coulibaly descend de son véhicule de commandement sous un tonnerre d’applaudissements et de cris qui l’accompagnent jusqu’à la bâche des officiels où l’attendait également le chef central du grand nord de Yopougon, Diarrassouba Gnéléra. L’ambiance est électrique, les femmes ne tiennent plus sur leurs sièges. Et l’artiste chanteur invité pour l’occasion amplifie cette liesse des femmes de GFPS. Elles dansent, se trémoussent pour éclater leur joie.

Les doléances des femmes

Après les mots de bienvenue de la présidente du comité d’organisation, Mlle Diarrassouba Matingué, le 1er  adjoint au Maire, Issifou Coulibaly, accompagné du chef Diarrassouba Gnéléra, procède à l’investiture proprement dite de Mme Koné Fatoumata, présidente du Groupement des Femmes pour la Paix et la Solidarité, GFPS. Des ovations nourries démontrent la satisfaction des femmes investies et mises en mission, vis-à-vis de la marque de considération du Maire Gilbert Koné Kafana et son équipe à leur égard.

Il est 15h 25mn, la porte-parole des femmes du GFPS, Diarrassouba Mazélé, debout devant la délégation du 1er adjoint au Maire, traduit l’honneur qui leur a été fait à travers le déplacement de l’ambassadeur Issifou Coulibaly pour  investir leur présidente bien qu’il ait un agenda très chargé en week-end. Elle profite de l’occasion pour égrener un chapelet de doléances en faveur de leur association.

«Au nom de la présidente, dame Koné Fatoumata, nous exprimons notre reconnaissance et nos remerciements à M. Issifou Coulibaly, 1er adjoint au Maire pour le soutien qu’il nous apporté durant les préparatifs de cette cérémonie. Votre présence, chère autorité, parmi nous démontre votre soutien à la politique sociale du Président Alassane Ouattara en ce qui concerne l’autonomisation de la femme. Notre but est de faire la promotion de nos membres, les valoriser à travers leurs activités et emplois.( …)

Permettez monsieur le Maire de recevoir nos doléances: l’ouverture des voies de notre quartier, le matériel d’assainissement pour rendre notre quartier propre et vivable, des bâches et des chaises, deux tricycles et un marché en remplacement de celui qui vient d’être cassé, l’appui à la scolarisation de nos enfants et l’assistance afin d’obtenir des emplois pour notre jeunesse», a-t-elle souhaité. À la fin de son discours, nous entendons des cris de satisfecit comme pour exprimer leur soutien audit discours. Nous repartons encore dans les chants et danses des femmes. Elles sont heureuses d’avoir eu l’occasion de parler directement au Maire leurs problèmes sociaux.

le maire partage les  préoccupations: marché, école et soulage

Le 1er  adjoint au Maire Issifou Coulibaly est embarrassé d’interrompre cet instant de bonheur pour ces femmes par son allocution. Mais, il faut qu’au nom du Maire Gilbert Koné Kafana, il s’adresse au GFPS. «Je voudrais vous transmettre les salutations de notre Maire à tous, le ministre Gilbert Koné Kafana. Nous sommes, ici, avec sa bénédiction. Il sait que nous sommes avec vous donc il nous a chargé de vous transmettre ses salutations.

Merci pour cette forte mobilisation. Mais avant de m’adresser à vous, permettez que je salue les chefs traditionnels ici présents. Les chefs traditionnels donnent toute la solennité nécessaire à notre cérémonie. Les chefs, je vous remercie pour votre présence (…) plus particulièrement le chef Diarrassouba Gnéléra et l’ensemble de ses camarades. Nous comptons sur vous pour que toutes ces associations qui ont des difficultés pour avoir accès à la Mairie, vous puissiez les aider pour que nos actions puissent les toucher au maximum ici à Yopougon.

(…) Chères femmes, je suis heureux. Heureux d’être avec vous parce que c’est ce que nous recherchons au niveau de la commune de Yopougon. Partout où il aura des rassemblements de femmes, partout où les autres femmes vont comprendre la nécessité de se mettre en ensemble, nous allons répondre présent parce que ce que nous c’est le développement et la cohésion sociale dans notre commune. On sait que quand vous êtes ensemble vous renforcez la cohésion, vous développez des liens de fraternité et vous nous aider à vous autonomiser.

Car, le développement de la commune ne peut se faire qu’avec des entités constituées, qu’avec des groupes et qu’avec des associations. Individuellement, on ne peut pas vous aider efficacement. Or, lorsque vous êtes regroupées et que l’association GFPS vient par l’intermédiaire de sa présidente Koné Fatoumata pour dire que nous avons tels problèmes, en aidant l’association on aide tous ceux qui y sont. Est ce que ces n’est  pas mieux comme ça?

Quel Maire qui va voir ce type de groupement surtout qui a décidé de s’appeler Paix et Solidarité, qui va dire je ne viens pas. En tout cas nous quelque soit l’endroit, on allait venir. On allait venir parce que nous sommes les adeptes de la paix et de la solidarité. Est ce que ce n’est pas le travail du Maire Kafana Koné que vous faites, quand vous faites la paix? Est ce que quand vous faites la solidarité, ce n’est pas le travail du Maire Kafana Koné que vous faites? Donc, c’est normal qu’on vienne vous soutenir.

Demander que vous vous mettiez ensemble, ce n’est pas pour aller faire les mariages ou les baptêmes même si cela participe de la solidarité. Mais mieux vous mettre ensemble pour faire des projets, pour aider et qu’à la longue que vous soyez autonomisées. Et que chaque femme puisse en retour aider ses enfants, aider son mari. Faire en sorte que nous donnions la main pour faire reculer la pauvreté, ici, à Yopougon. Et également renforcer la paix et la solidarité ici à Yopougon. Voilà pourquoi le ministre d’État Gilbert Koné Kafana nous a demandé de venir exprimer tout son soutien, tout son encouragement, de venir investir la présidente de votre association », livre le maire Issifou avant de conseiller :

Lire aussi :  RHDP-Bafing: les 4 militants condamnés à 2 ans de prison ferme désolation dans les rangs des militants RHDP

«Faites en sorte pour ne pas que les problèmes vous divisent. (…) Nous vous attendons pour vous aider. Et pour vous aider, il faut que vous vous mettiez ensemble. Emmenez-nous des projets pour qu’on puisse financer ensuite vous pourrez, à votre tour, vous puissiez vous prendre en charge. La porte-parole, tout à l’heure, a évoqué un certains nombres de préoccupations sur lesquelles je vais revenir dessus. Je vais revenir sur chacune d’elles pour qu’on s’entende sur un certains nombres de choses pour vous dire qu’à Yopougon, aucun quartier ne doit échapper au développement.

Aucun quartier ne doit être mis à côté

Notre souhait est que tous les quartiers de Yopougon soient au même niveau de développement. Vous avez parlé des voies d’accès à votre quartier. Nous n’avons pas de problème avec cette doléance. Mais, vous constatez avec moi que les voies sont souvent obstruées par votre fait. Des baraques sont souvent construites sur les voies. C’est vrai que l’érosion aussi a fait son travail cependant après les pluies, nous allons réprofiler les voies afin que votre quartier soit aisément accessible. Vous avez parlé du matériel d’assainissement qui comprend les tricycles. À ce niveau, vous êtes regroupées, il n’y a pas de raison que nous ne regardions pas cette doléance.

Soyez rassurées que nous allons satisfaire cette doléance. Et faire en sorte que vous ayez le minimum pour assainir votre quartier. Parce que l’assainissement et l’environnement participent à la santé, au bien-être. Comme nous vous voulons en bonne santé et que les enfants jouent dans un environnement sain, il n’y a pas de raison que nous ne puissions pas vous appuyer à ce niveau. Vous avez parlé de votre autonomisation, je vous ai dit tantôt que la balle est dans votre camp. Nous vous attendons avec des projets qui puissent profiter à l’ensemble du groupe. Je vous assure s’il y’a des projets qui sont bien montés avec le groupe, nous n’allons pas reculer. Nous allons faire en sorte pour que vous ayez gain de cause.

Vous avez parlé du marché en remplacement du marché qui a été cassé.

 Le marché qui est cassé, il faut que je vous l’explique aussi. Vous savez, il y a le 4ème pont qui est en train d’être fait. Et le 4ème pont, on ne voit que ce qui sur la lagune. Mais quand tu traverses la lagune, tu vas où? Il faut des voies pour accéder au 4ème pont. Il faut des voies du 4ème  pont pour qu’on puisse accéder aux différents quartiers de Yopougon. Et le marché qui a été cassé est sur l’emprise d’une voie des voies.

Du 4ème  pont, il aura une autoroute qui va traverser toute la commune de Yopougon pour venir prendre la BAE, ici. Vous conviendrez que le marché de Port Bouët 2, c’est de ça qu’il s’agit, est bien sur cette emprise. Les gens ont été informés depuis belle lurette, qu’ils devaient quitter. Le développement aussi à son prix. Voilà pourquoi dès qu’on constate qu’il y a des installations sur les emprises, on vous dit, ici, il y a une rue qui doit passer. Mais comment cela fait longtemps qu’en Côte d’Ivoire, on ne faisait plus les routes donc on s’asseyait pour dire Non ! Non! Ça ne va pas venir maintenant, c’est dans 20 ans, 30 ans.

Mais, vous savez qu’avec Alassane Ouattara, on fait les routes, on fait les ponts. Donc, c’est l’occasion d’interpeller chacune. Ceux qui sont sur les voies, même si elles ne sont pas encore construites. Mettez vous à l’esprit que tôt ou tard vous allez quitter. C’est le cas du marché qui a été détruit. Vous verrez que dans très peu de temps, que la voie qui va venir prendre la voie de la BAE, c’est toute la commune de Yopougon qui va y gagner parce qu’on aura fini avec les embouteillages. Vous allez quitter au Plateau, en 10 minutes vous serrez, ici, à la BAE. Ce n’est pas mieux ça?

Mais pour le marché qui a été détruit, nous allons regarder avec les services si des espaces peuvent être trouvés pour votre installation provisoire. Je dis bien provisoire parce que le grand marché de Yopougon est en train d’être construit à côté de vous, ici. Et c’est là bas que tout le monde doit se retrouver. Vous voyez que c’est un gain pour vous. Vous les femmes derrière la BAE. Vous qui faites des commerces à côté, vous êtes prioritaires. Nous allons vous enlever de la rue pour vous mettre dans ce marché. En début d’année 2022, ce grand marché dont on parle tant va commencer pour votre bonheur.

Vous avez parlé de l’appui à la scolarisation et de l’emploi.

(…) L’école publique est gratuite. On défend aux Coges de prendre quoique ce soit aux parents. Et il n’y a pas longtemps, au dernier conseil des ministres l’État a débloqué de l’argent pour les Coges. Donc,  chers parents, si un Coges vous dit de cotiser veuillez nous informer. Nous on va s’en occuper. Pour l’aide à l’emploi, il faut qu’on soit clair. Surtout pour l’emploi des jeunes. L’État ne peut pas trouver de l’emploi pour tout le monde.

Voilà pourquoi on vous dit, mettez-vous en association et ayez des projets pour qu’on puisse vous aider. Le gouvernement fait en sorte de créer les conditions pour que les entreprises se créent. Et ces entreprises, à leur tour, puissent embaucher les jeunes. Mais la fonction publique, à elle seule, ne peut pas résorber le problème du chômage. Le problème du chômage, il est mondial. En France, on parle de chômage.

Aux États Unis, on parle du chômage. Ce n’est pas nous les petits pays d’Afrique qui ne devons pas connaître le chômage. C’est une réalité mais il faut qu’on comprenne qu’aller à la fonction publique n’est pas la panacée. Ne pas être à la fonction publique n’est pas une fatalité. Il faut se donner les moyens de l’auto-emploi pour pouvoir se prendre en charge. L’État a mis en place plusieurs projets à travers l’agence emploi jeunes. Il n’y a pas de sous métier. Il n’y a pas de sous emploi. Il faut mettre la tête et la conviction pour pouvoir atteindre son objectif. (…)

Au niveau de Yopougon, nous sommes prêts à donner les orientations aux jeunes pour le financement de leur projet. (…) En guise de premier apport, nous donnons 200 milles francs CFA pour la caisse de l’association GFPS et 50 milles francs CFA aux chefs qui ont effectué le déplacement». C’est sur ces mots du 1er  adjoint au Maire de Yopougon, l’ambassadeur Issifou Coulibaly que nous quittons les lieux.

Lire aussi :  PDCI-violences contre les femmes dans les partis politiques: ‘‘Il y a une évolution avec un état progressif…’’rapporte le NDI

Destination, le quartier Yopougon-Andokoi

15h 55min, notre cortège s’ébranle en direction de Yopougon-Andokoi où l’Amicale des Jeunes de Yopougon Andokoi pour un Avenir Meilleur (AJYAAM) organise la finale de la 4ème  édition du tournoi de maracana (football sur  une  petite surface) dénommé, «La ligue des pros». 16h 37mn, nous arrivons à la terrasse, l’endroit où se tient l’évènement.

Le Maire Issifou Coulibaly et sa délégation sont installés sous l’ovation du public sorti massivement pour l’occasion. 16h 45mn, le coup d’envoi du match de la finale est donné par l’ambassadeur Issifou Coulibaly. Le président de l’AJYAAM Traoré Aboudramane, par ailleurs président du comité d’organisation du tournoi, nous informe qu’il s’agit d’un tournoi de maracana qui est à sa 4ème édition.

«Il y avait 24 équipes dès le départ. Aujourd’hui, en phase finale nous avons 2 dont les équipes River Place et “Gouvernement s’en fou”. Nous remercions le Maire Kafana Koné sans oublier son 1er  adjoint, Issifou Coulibaly qui nous assiste à chaque édition pour la réussite de notre tournoi. Nous voulons un tournoi de maracana à la dimension du tournoi “Zébié” (un autre tournoi qui enregistre souvent  la participation des  joueurs professionnels  en vacances) et nous y arrivons petit à petit avec l’aide du Maire de Yopougon. En revanche, nous lui demandons d’améliorer notre seul aire de jeux et de divertissement qui est la terrasse présentement. Mieux, de nous offrir un nouvel aire ailleurs à Andokoi», a-t-il plaidé

Il est 17h 50min, le match prend fin avec la victoire de l’équipe “Gouvernement s’en fou” par le score de 1 but à 0. Aussitôt, le Maire Issifou Coulibaly passe à la remise des trophées sous l’acclamation du public. 17h 57min, nous quittons les lieux pour la finale d’un autre tournoi.

Lire aussi :  Côte d'Ivoire-crise au FPI: l’analyse que fait Pascal Affi N’guessan de la création d’un nouveau parti par Laurent Gbagbo

direction Yopougon Sideci Saguidiba pour une autre finale

Le cortège se dirige plus précisément au “Bloc célibataire” où les hostilités avaient déjà commencé. Arrivée sur les lieux à 18h 10min, le comité d’organisation installe rapidement la délégation de l’adjoint au Maire, Issifou Coulibaly. Au même moment, l’arbitre met fin au match à la finale de la 15ème  édition du “Mondialito” des U15-50kg qui a opposé l’équipe de Chigata FC de Marcory et Éric FC de Yopougon. Cette finale a été remportée par l’équipe de Chigata de Marcory par le score de 4 buts à 1.

C’est ainsi que l’honneur a été donné au Maire Issifou Coulibaly et sa délégation de remettre les différentes récompenses aux équipes. Une tradition qu’il a  assuré avec les encouragements du Maire, le ministre Gilbert Koné Kafana. Il est 18h 32min quand tout prend fin en ce lieu. C’est sur cette note que se termine également la randonnée d’activités sociales et sportives de l’équipe du Maire de la commune de Yopougon, pour ce samedi 11 septembre 2021. Séance tenant, le 1er adjoint au Maire, Issifou Coulibaly, informe  notre équipe de reportage, pour le lendemain, dimanche 12 septembre 2021. La suite et dernière partie des activités de l’équipe du Maire Gilbert Koné Kafana pour ce week-end. A suivre

Ce diaporama nécessite JavaScript.

H.KARA

Ledebativoirien.net

© 2021, redaction. All rights reserved.

This site is protected by wp-copyrightpro.com