Site icon LE DEBAT IVOIRIEN

Abidjan-docteur Bertin Bosson non recruté: «Nous appelons tous  les docteurs non recrutés au calme et à la sérénité afin de réorienter notre lutte…»

 

Docteur Bosson, vous sortez d’une rencontre, de quoi a-t-il été question ?

Nous nous sommes réunis, pour réfléchir sur les nouvelles orientations à donner à notre lutte pour l’insertion de tous les docteurs non recrutés. Au cours de cette rencontre, nous avons décidé de  mettre en place  un comité ad’hoc. Ce comité est chargé de l’organisation de l’assemblée  générale que nous avons projetée pour le samedi prochain, le 23 juillet 2022.

Membres du collectif des docteurs non recrutés,  pourquoi une assemblée générale  à l’heure actuelle ?

Après  le résultat de concours de recrutement des assistants, il y a certains responsables du bureau sortant qui sont admis. Donc il est important de réorganiser le bureau afin de redonner un nouveau souffle  à notre lutte, pour  l’insertion de  l’ensemble des docteurs non recrutés.

 

Mais  nous constatons qu’il y a sur le terrain, un porte-parole du Collectif, à quoi obéit cette réorganisation que  vous  voulez entamer?

A la base, nous  avons créé à la sortie du recrutement de 2021 un collectif pour exiger un peu plus de transparence dans le processus du recrutement. Nous nous sommes rencontrés pêle-mêle et nous avons structuré le collectif. Alors, maintenant que certains responsables du bureau sortant sont admis, nous estimons qu’il revient  à l’ensemble des docteurs de se réunir  lors d’une assemblée générale et à cette assemblée générale, nous allons réfléchir et décider de qui va porter la voix et de qui va représenter le collectif. Ce qu’on constate, c’est que c’est un groupe autoproclamé qui a été désigné par l’ancien  porte-parole.

Ce groupe-là mène des actions qui ne sont  pas consensuelles. L’ensemble des docteurs n’est pas consulté. C’est pour cela que vous  constatez que ça va dans  tous  les sens.

Je pense que  nous sommes des docteurs, et quand  on a fini un  processus, il faut faire le  point. Et c’est après avoir  fait le retour du point de ce  processus qu’on peut entamer  des actions.  Si des actions doivent être menées, nous estimons que c’est de concert et c’est avec l’ensemble des docteurs que les décisions doivent être prises.

Un petit groupe ne peut  pas prendre des décisions et mener des actions  au nom de tous les docteurs. Je pense que cette façon de faire n’est pas appropriée surtout que nous sommes des docteurs. Et c’est pour cela que nous avons décidé de convoquer l’ensemble des docteurs à une assemblée générale et au sortir de là, nous allons  mettre de  l’ordre dans tout cela.

Est-ce-à dire que  vous n’endosser pas ce que  le collectif fait en ce moment ?

Comme je l’ai dit, c’est un groupe autoproclamé qui décide et qui mène des actions qu’il attribue à l’ensemble des docteurs. Naturellement nous qui sommes ici,  nous ne nous sentons  pas  concernés ni de près, ni de loin des actions de ce groupe ; puisque  le  mode de désignation de ce groupe  n’a pas fait l’objet d’un consensus, donc ses actions aussi ne font pas l’objet d’un consensus.

Figurez-vous qu’ils  ont dit qu’on allait constater des actions sur  le terrain,  ils n’ont pas dit ce qu’ils allaient mener comme  actions. On voit que des thèses sont  brulées çà et là. Rassurez-vous, nous qui sommes ici, nous n’avons pas l’intention de  brûler nos thèses. Nous avons encore besoin de  nos  thèses. Sur la question, c’est ce que  nous tenons  à dire pour  l’instant.

Le samedi 23 juillet il sera certainement question de réflexions sur  le concours  lancé par le  ministre Adama Diawara pour 2023 et le reliquat  en octobre. Est-ce que les docteurs se  préparent ?

Naturellement ! Comme  je l’avais annoncé,  le 2 juillet, nous avons travaillé sur  un document de synthèse qui est en finition. Les docteurs qui sont  ici vont certainement apporter leur touche  pour  qu’en fonction de chaque spécialité, on puisse  poser un diagnostic, analyser tout le processus, relever les limites assorties de recommandations pour l’amélioration du nouveau processus qui a été mis en place.

A côté de cela comme notre lutte  a un but ultime, qui l’insertion professionnelle de  l’ensemble des docteurs  non recrutés nous allons demander aux autorités de nous donner des  informations sur les autres points de propositions que  nous avons faits l’année dernière. Je pense que c’est après toutes ces étapes qu’on reviendra vers la base pour faire le  point et décider de ce qu’on fera  la suite.

Docteur Bosson,  quel est  l’appel à tous  les docteurs  non recrutés ?

Nous voulons appeler tous  les docteurs non recrutés au calme. Nous les invitons le samedi prochain à une assemblée générale. Ce sera  un moment de réflexions. Un moment  de définir les grandes actions afin de réorienter notre lutte.

Donc, nous les  invitons  au calme, à la sérénité et  à la mobilisation  pour  le samedi   prochain, c’est-à-dire le 23 juillet 2022… ».

SUIVEZ-LE…

ledebativoirien.net

HERVE MAKRE

© 2022, redaction. All rights reserved.

Quitter la version mobile