Foxtrot, métro, aéroport avec  des marchés de plus de 2 milliards d’Euros: Martin Bouygues à Abidjan arrache tout  à  la Chine

3 min read

Le PDG du conglomérat français Bouygues, Martin Bouygues, est, depuis le début de la semaine, en Côte d’Ivoire. Son groupe s’apprête à y lancer deux chantiers d’envergure, mais doit aussi faire face à des difficultés.

bouygues abidjan A peine officialisé samedi 6 novembre le rachat d’Equans, la filiale de services d’Engie, le PDG du conglomérat français de BTP Bouygues a pris l’avion pour Abidjan. Arrivé le dimanche 7 novembre en soirée, Martin Bouygues a été accueilli par une escorte avec motards mise à sa disposition par la présidence. Il a pris place dans une Mercedes hors série habituellement affectée aux chefs d’Etat en visite dans le pays. Ce cortège l’a emmené jusqu’à la présidence, où le PDG a dîné avec Alassane Ouattara qui rentrait d’Accra. Le président ivoirien y avait assisté au sommet des chefs de l’Etat de l’Afrique de l’Ouest sur la Guinée et le Mali.

Entretenant de longue date une vraie proximité avec Alassane Ouattara, Martin Bouygues se déplace rarement à Abidjan, à l’inverse de son frère Olivier Bouygues, qui y vient fréquemment. Ayant détenu pendant plus de vingt ans le monopole de l’eau et de l’électricité dans le pays, le groupe Bouygues s’est désengagé de ces deux secteurs, tout en restant actif dans les infrastructures stratégiques. Il est également l’un des plus généreux contributeurs de la fondation Children of Africa de Dominique Ouattara, la première dame du pays.

Deux chantiers majeurs obtenus in extremis

bouygues abidjan metroA l’heure actuelle, le groupe s’apprête à lancer deux chantiers d’envergure. D’abord le contrat d’extension de l’aéroport d’Abidjan, estimé à plus de 600 millions de dollars et que Bouygues a réussi à arracher au chinois China Railway International Group (CRIG), premier adjudicataire du marché. Plusieurs caciques du pouvoir d’Abidjan, comme le général d’aviation Abdoulaye Coulibaly – président d’Aeria, la société de gestion de l’aéroport – soutenaient ouvertement les Chinois. Mais le lobbying actif de la diplomatie française et de Bouygues a contraint Alassane Ouattara à réattribuer le contrat à la Setao, l’une des filiales de Bouygues qui avait déjà participé à la construction de l’actuel aéroport.

Le deuxième dossier majeur de Bouygues est le métro d’Abidjan, dont le coût des travaux est estimé à 1,4 milliard d’euros. Un projet lancé par les Coréens de Dongsan Engineering et de Hyundai Rotem mais que Bouygues, là encore, est parvenu à ramener dans son escarcelle.

martin bouyguesDernier dossier, celui du fournisseur de gaz naturel Foxtrot International, détenu par Bouygues et qui approvisionne les centrales thermiques du pays. Confronté à une pénurie récurrente d’électricité depuis juin (AI du 14/06/21), l’Etat ivoirien misait sur l’augmentation de la production du bloc CI-27, opéré par Foxtrot, pour alimenter ses centrales. Mais l’entreprise se révèle incapable de répondre à cette demande, le prochain forage sur CI-27 ne devant pas intervenir avant la fin de l’année.

avec Africa Intelligence

ledebativoirien.net

© 2021, redaction. All rights reserved.


En savoir plus sur LE DEBAT IVOIRIEN

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Du même auteur