Hallucinant: «Adama Bictogo, Koné Cheick Oumar-abusant Désiré Tagro ont impressionné Martyn Day, de LEIGH DAY & CO, pour piller les fonds de l’indemnisation des victimes des déchets toxiques», Charles Koffi

9 min read

Ledebativoirien.net

Une grosse catastrophe humanitaire, l’intrusion de la FESCI sous Mian Augustin, appuyée par Adama Bictogo et Koné Cheick Oumar, dans le processus d’indemnisation des victimes des déchets toxiques, à l’initiative du cabinet d’avocats anglais dénommé Leigh Day and Co,

trafigurad’octobre 2009 à avril 2011. A la suite de  plusieurs  épisodes du long feuilleton du vol des fonds destinés  à indemniser  les victimes des déchets toxiques de Trafigura déversés en 2006 à Abidjan, sous les régime de Gbagbo, voici l’historique  immixtion dans ledit  processus, du directeur exécutif du RHDP, Adama Bictogo. Ledebativoirien vous conduit avec le témoignage d’un sachant…Charles Koffi.

«Il est parvenu à impressionner la volonté de Martyn Day, patron du cabinet d’avocats anglais, avec le nom de feu Désiré Tagro, au moment des faits, ministre de l’Intérieur sous le régime FPI, pour l’obliger à radier notre pourvoi en cassation sans recueillir au préalable notre consentement. ce, pour conclure un protocole de règlement amiable et transactionnel avec l’association fictive présidée par Gohourou Claude, lequel avait pour objectif de lui confier la gestion des 22.5 milliards de F CFA destines a notre indemnisation.

«A ce propos, je vous livre de façon fidèle, le contenu des deux mails envoyés par LEIGH DAY aux représentants des victimes. Ces mails contiennent à quelques égards quelques petites fautes d’orthographe.

Le document est le premier mail. Voici son contenu:

« Cher représentants,

Depuis le vendredi 22 janvier, la Cour d’Appel d’Abidjan a rendu une décision qui oblige la Société Générale à reverser à l’association de Claude Gohourou la totalité du montant de l’indemnisation de nos victimes; Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour être reste (és) à nos côtes tout au long de cette situation injuste qui nous a été impose (ée).

Dechets toxiques Charles kofi avec Adama Bictogo et Kone Cheick detournement de plusieurs millirds FCFA dses victimesNous réaffirmons note (notre) volonté de continuer la lutte et ensemble nous sommes optimistes que nos (nous) allons remporter et empêcher l’argent d’être transféré (é) a (à) Claude.

Nous sommes aussi conscient (s) que vous subissez des pressions pour apporter votre soutien à Claude Gohourou. Nous vous demandons de rester constant (s) sur votre position initiale et de ne point céder, car ensemble nous sommes convaincus de la justesse de notre combat. Nous vous communiquerons dans les plus brefs délais la position de la Cour Suprême sur cette affaire. Nous sommes plus que jamais confiants et optimistes et nous pouvons vous assurer qu’à la fin de cette affaire, les victimes retrouveront l’intégralité de leur compensation et Claude Gohourou se retrouvera dans une cellule à la Maison d’arrêt et de Correction d’Abidjan (LA MACA ). Cordialement MARTYN DAY ».

Voici le contenu du document du milieu :

« Cher représentants,

Nous vous informons qu’une suspension de la décision de la Cour d’Appel a été obtenue hier soir. Ceci veut dire que l’argent des dédommagements ne sera pas transférer (transféré) pour le moment. La Cour Suprême va examiner la décision de suspension le 08 février. Nous espérons persuader la Cour que l’argent des dédommagements doit rester en notre possession afin que nous puissions terminer la distribution des dédommagements à chaque client et représentant. La procédure d’appel durera sûrement encore plusieurs semaines.

Depuis la décision de la Cour d’Appel du vendredi (22 janvier) qui autorisait le transfert des dédommagements, certaines personnes nous ont demande (é)  de ne pas faire appel. Ils (elles) nous ont dit que les demandeurs (c’est-à-dire les victimes) ont trop attendu et qu’il fallait mieux laisser Claude trouver un processus  pour la distribution des dédommagements.

Cependant, faire ceci serait oublié (er) que Claude est un menteur et un fraudeur.

dechets toxiques gohourou claude zialloClaude a menti à la Cour quant à la mise en place de son association. Il à forge ( a forgé) des documents, des signatures de représentants et des documents de la Mairie de Cocody ( ici, j’explique: il a fait du faux sur les documents administratifs constitutifs de cette association avec la complicité de la Mairie de Cocody au moment où le Maréchal KB de la FESCI était le Président de la Jeunesse Universitaire de Cocody, donc avec l’intervention de ce dernier. Je poursuis avec ledit mail). Aussi, a (à) chaque (fois) qu’il a voulu négocier la levée du séquestre, il nous a dit clairement qu’il voulait une partie des dédommagements.

Donc, si les dédommagements étaient transférés à Claude, est ce que les gens pensent vraiment qu’il a fait toutes ces dépenses et qu’il a fait tous ces efforts au Tribunal uniquement pour distribuer les dédommagements à chaque demandeur. Nous ne  pensons pas. Nous pensons qu’il est probable qu’une partie de l’argent ou même tout l’argent disparaisse dans les poches de Claude et celles de ses soutiens et les demandeurs ne recevraient rien. Nous nous sommes battus pendant trois (3 ans de Nov 2006 à août 2009)  pour obtenir ces dédommagements pour chacun de vous et nous continuerons à nous battre pour que chaque centime qui vous ai (est) dû vous soit remis.

Un certain nombre de représentants nous ont dit qu’il voulait que Claude soit responsable de la distribution de leurs parts de dédommagements. Ce ne sera pas un problème pour nous de remettre à Claude leurs dédommagements et leur 3 pour cent et ils pourront s’arranger avec Claude. Pour les autres nous continuons à travailler pour nous assurer que leurs paiements soient effectués par cartes (dédommagements) ou chèque (pour les 3 pour cent). Bien cordialement MARTYN, Senior Partner ».

Les représentants dont il s’agit sont au nombre de 43 qui avaient décidé d’abandonner leurs victimes pour intégrer la Coordination fictive dirigée par GOHOUROU Claude.

Charles Koffi et les victimes des dechets toxiques dabidjan manifestent contre le sale coup de gohourou claude1Les 3 pour cent dont il est question, sont  le seul accord passé de façon volontaire, volontariste et en toute conscience  par les 29.624 victimes sur leur indemnisation au profit de chacun de leur représentant. Ce, pour leur travail de prospection, de leur recensement en se déplaçant-même à leur domicile pour qu’elles fassent partie de cette procédure, de leur organisation pour prendre part à chaque étape  relative cette procédure chaque fois que ledit cabinet venait en Côte d’Ivoire. Ceux-ci avaient également obligation d’informer leurs victimes des différentes  dates d’arrivée dudit Cabinet dans le cadre de ladite procédure durant les 3 années sus visées. Sur les 750 mille F CFA que chacune d’elles devait recevoir, une somme de 22.500 F CFA était retirée pour chaque représentant au profit de son association. Le premier document est l’attestation de radiation de notre pourvoi en cassation délivrée par l’ex Cour Suprême, actuelle Cour de Cassation au cabinet LEIGH DAY.

A la suite des pressions exercées par Monsieur Adama BICTOGO sur monsieur Martyn Day, patron du cabinet LEIGH DAY & CO, ce dernier radiait unilatéralement notre pourvoi en cassation devant l’ex Cour Suprême, l’actuelle Cour de Cassation pour former, le 11 février 2010, un protocole de règlement amiable et transactionnel avec l’association fictive de GOHOUROU Claude, à l’effet de  lui confier la gestion des 22.500 milliards de francs CFA destinés à notre indemnisation.

CLAUDE GOHOUROUFort de ce que toutes ces manœuvres étaient faites par le nommé Gohourou Claude et ses soutiens dans le seul but de détourner notre indemnisation, ledit cabinet, pour baliser ou minimiser les risques dudit détournement,  avait dû prévoir, dans ledit protocole,  du 1er  au 21 mars 2010, un processus conjoint de remise de 23 mille chèques à 23 mille victimes sur les 29.624 victimes concernées par cette procédure  par le cabinet KSK, son représentant et la prétendue Coordination dirigée par le nommé Gohourou Claude.

Le reste de l’indemnisation due aux 6.624 victimes restantes devait être transférée du compte des victimes ouvert par leur ex mandataire,  LEIGH DAY  & CO à la SGCI sur un compte que devait ouvrir la Coordination dans les mêmes livres de la SGCI et non à ACCESS BANK COTE D’IVOIRE devenue AFRILAND FIRST BANK COTE D’IVOIRE.

Il s’agissait pour cette association, selon ses exigences faites audit cabinet,  de procéder seule à la distribution des chèques aux 6.624 victimes restantes à charge pour la SGCI, de vérifier la régularité de leurs documents de paiement à leur remis par le Cabinet KSK et la Coordination concernant les 23 mille victimes et la Coordination seule, s’agissant des 6.624 victimes restantes avant de procéder à leur payement, à leur indemnisation.  Les 4.815.648 milliards de F CFA dus aux 6.624 victimes restantes ont été irrégulièrement transférés par la SGCI à ACCESS  BANK et  détournés par GOHOUROU Claude et ses soutiens et ce, exception faite des détournements portant sur les 18 milliards de F CFA gérés à la SGCI  avec la complicité manifeste de cette banque.

Déchets toxiques avec Adama Bictogo et Koné Cheick détournement de plusieurs  milliards FCFA des victimes  ledebativoirien.netCe détournement qui n’a pas encore fait l’objet d’enquête  est plus important que celui intervenu  à ACCESS BANK. A l’occasion du transfert irrégulier des 4.815.648 milliards de F CFA, 157.648 millions de F CFA ont disparu comme par une opération du Saint-Esprit à la SGCi si bien que c’est seulement 4.658 milliards de F CFA qui étaient réceptionnés dans le compte de cette association imaginaire ouvert frauduleusement à ACCESS BANK devenue AFRILAND FIRST BANK et totalement détournés par elle et ses soutiens . Le détournement de cette somme a été fait avec la complicité manifeste d’ACCESS BANK).

Ce protocole prévoyait toutefois,  que s’il advenait des troubles du fait de l’une des parties ( le cabinet KSK ou la Coordination)  pouvant perturber le bon déroulement de ce processus,  la partie préjudiciée par ces troubles avaient la possibilité de demander une prorogation dudit processus de deux semaines,  donc du 21 mars 2010 au 05 avril 2010 en ce qui concernait le processus conjoint de remise de 23 mille chèques à 23 mille victimes sur les 29.624 concernées par ledit processus »… A SUIVRE..

Ledebativoirien.net

© 2021, redaction. All rights reserved.


En savoir plus sur LE DEBAT IVOIRIEN

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Du même auteur