Urgent-les militants PPA-CI en alerte à Yopougon face au RHDP: «Attention,  que  la mairie ne nous échappe  pas…»

4 min read

Qui du RHDP ou du PPA-ci contrôlera  totalement la commune de  Yopougon? Tout va se savoir à l’issue des élections municipales à venir. Les deux  formations tentent de redresser les axes!  Le ministre Diawara et le 1er adjoint au maire de Yopougon, Issouf, se livrent  un combat  à  distance pour être le choix du parti du Président Ouattara, le Rhdp.

PPA CI Bertin Kouassi Kouadio. ledebativoirienLe parti de Gbagbo, Parti des Peuples Africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI) sorti des entrailles du FPI,  à l’évidence, ne serait pas lui aussi à l’abri d’une immense surprise, même si, faisant partie d’une coalition qui a remporté les législatives dans cette commune. La menace d’une défaite est réelle, comme l’indique un des responsables dudit parti à Yopougon.

Plusieurs militants de la fédération de Yopougon pour le compte du parti de Laurent Gbagbo étaient rassemblés, le dimanche 19 décembre dernier, au Mont Zatro. A l’occasion  d’une assemblée générale extraordinaire. Ils  ont répondu massivement à l’invitation du  secrétaire général de la fédération de Yopougon, Bertin Kouassi Kouadio. Sonnant ainsi l’alerte:

«..Le chef est arrivé, et  il regarde vous, il regarde son Yopougon. C’est maintenant  là  que  nous devons être soudés, parce que nous avons  un challenge très important qui n’est pas  loin. Nous avions  pensé au c’était en,  2025,  mais il nous dit que, c’est en 2023. Nous sommes  à  un an des échéances  électorales. La mairie de  Yopougon, est  l’espoir de tous militants, jeunes, vieux, femmes, hommes. Cette victoire  montrera déjà, 2025…». Mais une réelle menace existe. Les militants semblent dormir sur leurs lauriers avec la présence de quelques séquelles de la crise de la décennie passée et la départ du FPI.

Conscient de  cette réalité, Bertin Kouassi Kouadio alerte sur les divisions internes portant, sur  la guerre du choix des candidats, comme ce fut le cas en 2001, en forte intensité. «Cela a été difficile, en 2021. Une forte division eu sein de la JFPI, qui s’est alliée derrière un autre candidat que celui de la fédération. Nous avons vu ce que cela a créé, de multiples réunions  pour choisir les candidats du parti. A un mois des élections en janvier 2001, nous n’avions pas encore de candidat, alors que les élections étaient  pour, le  25 mars 2001. La division était forte au point que les militants se  parlaient  durement  comme s’ils n’allaient  plus se revoir, se resaluer, pour une question d’élection, alors que, camarades d’un même parti politique.

docteurs a la cathedrale14Camarades, je le dis, parce que nous devons aujourd’hui prendre de la hauteur, et nous devons faire un choix ». Message bien saisi, vingt ans  plus tard ? Et d’avertir : «Nos adversaires sont sur le terrain. Le ministre Diawara est sur le terrain. Le  poulain du Maire actuel est sur  le terrain. Donc le Rhdp est sur le terrain. Nos amis avec qui nous irons en coalition attendent le nom de  notre candidat. Nous n’avons  pas encore fait  le choix…

Sortons des intrigues. Les jeunes nous attendent.  La mairie de Yopougon, c’est l’espoir de tous  les  militants». Il est clair que les élections municipales seront particulières dans la plus grande  commune de Côte d’Ivoire que le pouvoir d’Abidjan a perdu aux législatives au profit de  l’opposition. L’issue des prochaines élections municipales dans cette commune  sera une mesure de ce que pourrait être la présidentielle de 2025. Ne dit-on pas que qui gagne Yopougon gagne Abidjan, et qui gagne Abidjan, gagne la Côte d’Ivoire, aux élections!

Bertin Kouassi Kouadio, reste tout de  même  confiant et poursuit sous les regards très attentifs de ses camarades militants…«Le chef est arrivé, nous irons aux élections municipales, il nous regarde. Il y a des défaites qu’on ne pardonnera pas. C’est  un cri de cœur que je lance. Je vous demande d’aller à l’essentiel, et qui consiste à ne pas créer les conditions de la défaite. Mettons-nous ensemble…Le plus  important en ce moment, c’est d’implanter le parti en installant des comités de bases…

docteurs a la cathedrale1453222Parce qu’après la mairie, nous devons réinstaller Laurent Gbagbo dans le fauteuil présidentiel», a martelé Bertin Kouassi Kouadio, pour le compte du  Parti des peuples africains Côte d’Ivoire (PPA-Ci), en présence de Michel Gbagbo confortablement  intaillé dans son fauteuil de député de Yopougon. La bataille du contrôle de la mairie de Yopougon est lancée et les  militants du parti de Laurent Gbagbo, malgré l’énorme défi de l’implantation, n’entendent pas perdre, ce qui devra rester le bastion de leur  mentor, Yopougon.

Ledebativoirien.net

H.MAKRE

© 2021, redaction. All rights reserved.


En savoir plus sur LE DEBAT IVOIRIEN

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Du même auteur