1ère  Tribune de la CSIL-Dignité : la cherté de la vie pourrait ruiner les retombées de la nouvelle trêve sociale

3 min read
56 / 100

« Tout concourt à reprendre de la main gauche, ce que l’État a donné ou va donner aux fonctionnaires de la main droite »

«Tout concourt à reprendre de la main gauche, ce que l’État a donné ou va donner aux fonctionnaires de la main droite, à l’issue des négociations qui s’annoncent. » C’est le constat de la cherté de la vie fait par la Confédération des Syndicats Libre (CSIL-Dignité) lors du lancement de son espace de plaidoyer et de dénonciation dénommé « Tribune de la CSIL-DIGNITÉ » le weekend à la Salle VIP de l’église UESSO de Cocody.

cisl DIGNITE NON AU PEADGE1 « Il faut que la trêve aboutisse à un dialogue productif », lance à l’endroit du gouvernement, le Secrétaire Général de la Confédération des syndicats libres de Côte d’Ivoire Dignité, Bli Blé David à la « Tribune de la CSIL-Dignité ». Suite à une grève exécutée par l’ensemble des fonctionnaires et agents de l’État, deux accords ont été signés  avec les organisations syndicales le 17 août 2017 par le gouvernement de l’ex-Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Notamment un sur les revendications et l’autre sur la trêve sociale pour une durée de 5 ans. Bilan 487 revendications dont 19 transversales, 43 interministérielles et 425 sectorielles ont été ramenées après croisement à 345 revendications dont 88 corporatistes et 257 en lien avec la gouvernance qui ont déposées sur le bureau du Premier ministre Patrick Achi par la ministre de la Fonction Publique, Anne Ouloto le jeudi 30 juin 2022.

cisl DIGNITE NON AU PEADGE121les organisations syndicales attendent maintenant le début des négociations. Cependant, avant cette échéance, la CSIL-DIGNITÉ a déploré à l’occasion de la première partie de sa tribune, le non-respect de la liberté syndicale avec plusieurs cas de violations dont la suspension abusive des salaires et les retenues disproportionnelles; les blocages des comptes d’épargne des fonctionnaires et les mutations et affectations abusives lors de la dernière grève. Et dans le même temps, la CSIL-DIGNITÉ tient à féliciter le gouvernement pour les dépenses effectuées à hauteur de 357 387 155 200 FCFA dans le traitement des aspects financiers des deux accords.

Par ailleurs, la CSIL-DIGNITÉ constate qu’au moment où le gouvernement s’engage à améliorer les conditions de vie et de travail des fonctionnaires et agents de l’État, des « mesures impopulaires » sont prises par ce même gouvernement. À savoir « l’augmentation du prix du carburant et le péage de Bassam fixé à 1000f CFA.»

cisl DIGNITE NON AU PEADGE12114Sans oublier l’impuissance du gouvernement de Patrick Achi face à l’augmentation exponentielle des prix des denrées de première nécessité. Ainsi, pour la CSIL-DIGNITÉ, «Tout concourt donc à reprendre de la main gauche ce que l’État a donné ou va donner aux fonctionnaires de la main droite, à l’issue des négociations qui s’annoncent » dans cette seconde trêve.

 C’est pourquoi, la CSIL-DIGNITÉ prendra part à ces négociations pour obtenir des « acquis sociaux au profit de nos mandants». Puis, la confédération plaide pour « la réparation des violations des libertés syndicales et l’annulation pure et simple du poste à péage de Grand Bassam»

Ledebativoirien.net

H.KARA

© 2022 – 2024, redaction. All rights reserved.

Du même auteur